Separation
Newsletter

Ana Clara (Master Conseil éditorial) - "Lettres parisiennes"

J’ai choisi de vous parler de Lettres Parisiennes de Nancy Huston et Leïla Sebbar.

Il s’agit du premier livre que j’ai lu en français. Deux romancières exilées à Paris (Nancy Huston vient du Canada et Leïla Sebbar d’Algérie) échangent des lettres autour des thèmes du déracinement, du bilinguisme, du sentiment de perte qui naît de l’exil, même lorsqu’il ne s’agit pas d’un exil obligé.

Cette oeuvre m’a beaucoup marquée, car elle était à la fois une traduction poétisée de mes sentiments en tant qu’étrangère récemment arrivée en France, et un défi car je lisais pour la première fois en français.

Le passage le plus marquant, à mon avis, exprime ce qu’est vivre en tant qu’étranger dans une ville comme Paris. Nancy Huston compare ce sentiment avec la littérature, la langue française et la distanciation de tout ce qui nous est familier :

« Vivre en France, pour moi, c’était choisir d’“étrangeïser” toutes mes habitudes : ma vie sociale, ma vie intime…C’était faire de toutes ces choses une source d’étonnement perpétuellement renouvelée…”

“Mais n’est-ce pas cette distanciation même qui constitue la littérature ? Notre écriture ne vient-elle pas de ce désir de rendre étranges et étrangers le familier et le familial, plutôt que du fait de vivre, banalement, à l’étranger ?

“Mais qui sait ? Peut-être qu’un jour j’admettrai que le sortilège de la langue française est aussi fantomatique que celui de l’exil, et que le seul écart indispensable est celui du geste littéraire lui-même ? À ce moment-là, anything can happen, non ?”