Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

Des images que l’on mange

1 juin 2016

Cette rencontre avec Jérémie Koering est proposée dans le cadre du cycle sur l’histoire de l’art médiéval, moderne et contemporain présenté par le Centre André Chastel.

Il fut un temps, pas si lointain, où les images n’étaient pas simplement regardées ou contemplées, mais ingérées. Produites pour être avalées (hosties, figures en massepain, sculptures alimentaires…) ou détournées de leur destination première pour être incorporées (icônes, fresques et images de dévotion), elles étaient « consommées » par la bouche et non par les yeux. Cette autre manière d’être aux images nous est à peu près incompréhensible aujourd’hui. Il convient, dès lors, d’y regarder de plus près en procédant d’abord à un inventaire. Les images peuvent, en effet, être en matière(s) comestible(s) ou non, bi ou tridimensionnelles, consommées entières ou en partie (grattées, broyées, mélangées ou diluées), elles peuvent être par ailleurs incorporées pour des raisons rituelles (hostie), dévotionnelles et apotropaïques (santini et talismani eduli, Schluckbildchen), ou encore culturelles (les mets « sculptés » des compagnies florentines). Leur variété de conception et d’emploi appelle donc un peu de distinction. Mais au-delà de ces spécificités, il importe également d’aborder ces images et ces pratiques de manière globale en conjuguant questionnements anthropologique et historique : quelle connaissance peut nous apporter ce « phénomène » sur le statut des images, leur matérialité, leur relation au corps ou encore la puissance dont elles ont parfois été investies ? Quels liens ces artefacts et leurs usages peuvent-ils entretenir, à l’époque moderne, avec le topos poétique de la dévoration métaphorique des images ?

Informations pratiques

Lieu : Salle Ingrès (2ème étage), Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002

Horaires : à partir de 18h30

Entrée libre