Separation
Newsletter

Intervention d’Adelaïde de Lastic


Adélaïde de Lastic est docteure en philosophie, consultante-chercheuse.
 
Avec un parcours mêlant philosophie universitaire et orientation professionnelle en entreprise, Adélaïde de Lastic s’intéresse aux questions d’éthique de l’entreprise qu’elle traite sous l’angle des valeurs, de la responsabilité. Ce sujet émerge assez naturellement de son double intérêt pour l’entreprise et les questions philosophiques, en particulier éthiques d’une part, et de ses expériences de travail en entreprise d’autre part. Que ce soit dans des associations, des pme, des grands groupes, des organismes publics, la question des valeurs, parfois recouverte par le terme de « culture » de l’entreprise, se pose toujours. Partout les humains travaillant revendiquent certaines valeurs, pour leur entreprise ou pour eux-mêmes, consciemment ou entre les lignes : la discipline, la rigueur, le partage, l’innovation...
 
 
Ce sujet est aussi nourri des problèmes éthiques contemporains très médiatisés et qui provoquent en même temps un énorme scepticisme. Le sujet des valeurs en entreprise se pose-t-il réellement ou est-elle un instrument de plus pour manipuler les gens ? Les questions morales regardent-elles l’entreprise ? Vivre et travailler, en tant que chercheuse, philosophe, éthicienne, dans une entreprise c’est se confronter à plusieurs problèmes.
En particulier les suivants : Comment concilier recherche fondamentale et recherche opérationnelle ? Comment concilier pratiques de l’entreprise et pratique de la recherche ? Comment concilier la confrontation entre recherche sur l’éthique et éthique ordinaire en entreprise ? Il faut montrer comment le philosophe dans l’entreprise peut faire la synthèse de cette double culture sans devenir schizophrène mais au contraire en apportant de la valeur à l’organisation et des éléments au développement de sa propre réflexion et construction personnelle. Il faut aussi de parler de la souffrance éthique, celle qui concerne l’ethos des êtres humains, très répandue en entreprise. Que peut apporter un savoir-être philosophique qui pourrait être acquis par tous types de personnes - à ce type de « souffrance ordinaire » ?