Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

M. ANTOINE PIANTONI - Les poètes fantaisistes, un renouveau de la poésie française au début du XX ème siècle ?

vendredi 11 décembre 2015
à 9h30
Salle des thèses - rez-de-chaussée ,
esc C - Campus Cordeliers, 15 rue École de Medecine - 75006

 

M. ANTOINE PIANTONI soutient sa thèse de doctorat :

Les poètes fantaisistes, un renouveau de la poésie française au début du XX ème siècle ?

 

En présence du jury :

M. ALEXANDRE ( PARIS 4 )
MME BERRANGER ( PARIS 3 )
M. LOUBIER ( POITIERS )
M. MURAT ( PARIS 4 )

Résumés :

Parmi les réponses apportées à la crise du langage définie par Mallarmé, quelle importance peut être accordée à celle des poètes fantaisistes du début du xxe siècle ? Cette thèse propose de réinterroger à nouveaux frais les apports esthétiques d’un groupe pour le moins hétérogène dans le concert des avant-gardes. Il s’agit dans un premier temps de retracer les étapes de la constitution d’une entité collective à l’existence fugace, car la trajectoire du groupe fantaisiste l’apparente à une comète engloutie par le cataclysme de la Grande Guerre. L’approche sociologique, étayée par des archives encore peu exploitées, nous renseigne à la fois sur les prolégomènes d’une expérience commune et les ramifications du souvenir nostalgique longtemps après que le groupe aura cessé d’exister sous sa forme première. Il convient ensuite d’examiner le contenu notionnel de la fantaisie en tant qu’élément fondateur d’une poétique polymorphe qui joint à un respect de la tradition poétique française le refus du dogmatisme et de la théorie. On constate que la fantaisie fonctionne comme un espace vacant qui accueille les spéculations de la critique s’efforçant de pallier le défaut de définition assumé par le groupe, dont la production reste marquée par une indécision entre mélancolie élégiaque et dissonance humoristique. Les poètes fantaisistes proposent-ils une solution à la menace d’obsolescence qui pèse sur la notion de fantaisie ou ne représentent-ils que l’écho d’un phénomène transséculaire dont le dernier avatar se dilue dans le goût du pastiche et de la forgerie ?

The fantaisist poets, a renewal of early 20th century French poetry ?

Among the answers given to the language crisis triggered by Mallarmé, what consideration can we show to the one promoted by the fantaisist poets of early 20th century ? This thesis proposes a new reflection on the aesthetical input from a group nothing short of heterogeneous in its composition amid the emergence of literary avant-gardes. First of all, we will recount the steps of the constitution of a short-lived collective entity, as the group’s trajectory is much alike a comet lost in the cataclysm of the Great War. A sociological approach based on seldom browsed archives informs us both about the prolegomena of a collective experience and the ramifications of nostalgic memories long after the group had ceased to exist in its primitive form. We shall then examine the notional content of fantaisie as the primary element of polymorphous poetics which combine respect for the French literary tradition with the rejection of any dogmatism or theory. We observe that fantaisie works as a vacant slate set to welcome speculations from critics who try and compensate the lack of definition claimed by the group, whose production is branded by the hesitation between elegiac melancholy and humoristic dissonance. Do fantaisist poets offer propose a rebuttal to the threat of obsolescence surrounding the very notion of fantaisie or are they only the echo of a centuries-old phenomenon whose last incarnation melts with the appetence for pastiche and forgery ?

En savoir plus

Position de thèse