Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

M. EMMANUEL SCHIEBER - Le retour à Sion : de Juda ha-Hasid aux disciples du Ga’on de Vilma - de l’idéalisme au pragmatisme.

lundi 8 février 2016
à 14h
A la maison de la recherche, salle
D223, 2° étage, 28 rue Serpente, 75006 Paris

 

M. EMMANUEL SCHIEBER soutient sa thèse de doctorat :

Le retour à Sion : de Juda ha-Hasid aux disciples du Ga’on de Vilma - de l’idéalisme au pragmatisme.

 

En présence du jury :

M. BAUMGARTEN ( EHESS )
M. FENTON ( PARIS 4 )
M. GUETTA ( INALCO )
M. KRIEGEL ( EHESS )
M. WEINGORT ( PARIS 1 )

 

Résumés :

Depuis leur expulsion de la Terre sainte après la destruction du Second Temple (70 C.E.), les Juifs ne cessèrent d’espérer y retourner. Au fil des siècles, se développèrent plusieurs mouvements d’immigration (l’ʼaliyāh) motivés souvent par des aspirations millénaires. Les plus marquants sont ceux de Tossaphistes de France et d’Angleterre durant le XIIIème siècle, et par la suite de Juifs d’Espagne qui immigrèrent en Terre sainte après l’expulsion de 1492. En 1700, Rabbi Juda ha-Ḥasid (1660-1700) organisa une ʼaliyāh collective en provenance d’Europe de l’Est, dirigée vers Jérusalem. Plus tard, à partir de 1760 se formèrent plusieurs mouvements d’ ʼaliyāh tant de disciples de Rabbi Israel Baal Shem Tov (1690-1760) - les ḥasidim, que ceux de Rabbi Eliyahu- le Gaon de Vilna (1720-1797)- les pĕrūšīm.

La première partie de cette étude analyse les motivations de ces mouvements, et met en lumière la doctrine rédemptrice du Gaon de Vilna à travers une recherche originale de sa biographie et de ses ouvrages novateurs.

Dans sa deuxième partie, elle analyse comment les disciples du Gaon mirent en pratique en Terre sainte les enseignements de leur maître. Afin de saisir la portée de leurs actions, il est nécessaire de comprendre le contexte géopolitique de l’Empire ottoman et de la Palestine du début du XIXème siècle, ainsi que la particularité des Capitulations régissant le statut des étrangers. Cette étude montre comment les pĕrūšīm surent agir de façon efficace et très innovante face aux problèmes majeurs de l’implantation juive en Terre d’Israël, notamment en ce qui concerne les relations avec le pouvoir ottoman local et avec les représentants des Puissances et les consuls européens, le développement économique et la création d’un système scolaire nouveau.

 

The return to Zion : from to pragmatism idealismfrom Rabbi Judah ha-Hasid to the disciples of the Vilna Gaon  

Since their expulsion from the Holy Land after the destruction of the Second Temple (70 C.E.), the Jews did not cease to hope to return. Over the centuries, immigration movements (Aliyot) grew, often motivated by millennia aspirations. The most notable are those of the Tossafists of France and England during the 13th century, and later, the Jews of Spain who immigrated to the Holy Land after the expulsion of 1492. In 1700, Rabbi Judah ha-Hasid (1660-1700) organized a collective Aliyah from Eastern Europe to Jerusalem. Later, from 1760, several Aliyah movements emerged such as the immigration of the disciples of Rabbi Israel Baal Shem Tov (1690-1760), known as the Hasidim, and of the disciples of Rabbi Eliahu, the Vilna Gaon (1720-1797), known as the Perushim.

The first part of this study analyzes the motivations of these movements, and highlights the redemptive doctrine of the Vilna Gaon through original research on his biography and his innovative works.

In its second part, the study analyzes how the Gaon’s disciples put the teachings of their master into practice in the Holy land. To grasp the significance of their actions, it is necessary to understand the geopolitical context of the Ottoman Empire and Palestine from the early 19th century, and the particularity of the "Capitulations" governing the status of foreigners. This study shows how the Perushim knew how to act effectively and very innovatively concerning the major challenges which the Yishuv, the Jewish settlement, faced. Among the areas of activity in which the disciples of the Gaon involved themselves were the relations with the ottoman local government and with representatives of the Powers, economic development and the creation of a unique educational system. 

 

En savoir plus

Position de thèse