Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

M. MITSUYA NAKANISHI - Saint-Saëns et le Japon. Considérations sur le japonisme dans l’oeuvre du compositeur.

mardi 9 février 2016
à 14h
Salle des thèses - rez-de-chaussée ,
esc C - Campus Cordeliers, 15 rue École de médecine 75006 PARIS

 

M. MITSUYA NAKANISHI soutient sa thèse de doctorat :

Saint-Saëns et le Japon. Considérations sur le japonisme dans l’oeuvre du compositeur.

 

En présence du jury :

M. BARTOLI ( PARIS 4 )
M. BATTIER ( PARIS 4 )
M. EHRHARDT ( EVRY )
MME INOUE-ARAI ( AICHI )

 

Résumés :

Le sujet de la thèse s’intitule « Saint-Saëns et le Japon ». Ce compositeur français (1835-1921) a toute sa vie durant entretenu un intérêt soutenu pour le Japon. Il s’est rendu célèbre comme « orientaliste » avec des oeuvres telles que Samson et Dalila, la Suite Algérienne et le cinquième Concerto pour piano, dit l’Egyptien. Toutefois, son engouement pour le Japon n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie, car son corpus musical ne comporte qu’une oeuvre y étant dédiée, un opéra-comique intitulé La Princesse Jaune (1872). En revanche, il a publié deux poèmes : « Le Japon » et « Le Fouji-Yama », tous deux datant de 1890, auxquels s’ajoute un conte inédit, « Le Miroir » (1912). Le mouvement artistique « japonisme » désigne l’influence des objets d’art japonais, comme l’ukiyo-e (forme d’estampe), sur des artistes occidentaux. Vincent Van Gogh et Edmond de Goncourt en sont les exemples les plus connus. Saint-Saëns possédait lui-même une collection significative d’objets d’art et de livres japonais. Cependant, son intérêt concernait surtout le domaine littéraire, puisque ses guides japonisants étaient ses amis écrivains : Louis Gallet, Judith Gautier et un Japonais qui s’appelait Motoyosi Saizau. Enfin, le compositeur était un fameux « voyageur ». Ses séjours à Londres lui donnèrent l’occasion de visiter des expositions consacrées au Japon. A la suite de sa visite en Indochine, il avait même prévu de s’y rendre.

 

Saint-Saëns and Japan ; Consideration about the japonism in the composer’s work

 

The subject of the thesis is entitled "Saint-Saëns and Japan." This French composer (1835-1921) has throughout his life maintained a continued interest in Japan. He became famous as "orientalist" with works such as Samson and Delilah, the Algerian Suite and the fifth Piano Concerto, said the Egyptian. However, his infatuation with Japan has not been an object of profound study because his musical corpus has only one work dedicated to Japan, a comic opera entitled La Princesse Jaune (1872). However, he published two poems : "Japon" and "Fouji-Yama", both from 1890, plus an unpublished tale, "Le Miroir" (1912). The artistic movement "Japonism" means the influence of Japanese art objects, such as ukiyo-e (as print), on Western artists. Vincent Van Gogh and Edmond de Goncourt are the best known examples. Saint-Saëns himself possessed a significant collection of art objects and Japanese books. However, his interest mainly concerned the literary field, as its “japonisant” guides were his writer friends : Louis Gallet, Judith and a Japanese named Motoyosi Saizau. Finally, the composer was a famous "traveler". His stays in London gave him the opportunity to visit the exhibitions in Japan. Following his visit to Indochina, he had even planned to get there.

En savoir plus

Position de thèse