Separation
Newsletter

Message du président de l’Université Paris-Sorbonne

Les attaques terroristes dont Paris a été le cadre vendredi dernier ont éprouvé durement Paris-Sorbonne et au delà toute la communauté universitaire francilienne. Deux de nos collègues enseignants à l’université de Paris-Est Marne la Vallée y ont trouvé la mort, les universités de Paris Panthéon-Sorbonne et Sorbonne nouvelle, ainsi que l’INALCO, ont chacun perdu un de leurs étudiants. Mais au moment où j’écris, ce ne sont pas moins de trois étudiants de notre université dont nous déplorons la disparition :


Suzon Garrigues, étudiante en troisième année de licence de lettres modernes appliquées, a disparu au Bataclan. Elle laisse à ses camarades le souvenir de la plus généreuse, la plus altruiste, la plus drôle des amies, et aussi d’une inconditionnelle et fidèle admiratrice de Zola.

 

 



Marion Lieffrig-Petard, en première année du master-franco-italien de musicologie, musicienne, entre musique ancienne et musiques traditionnelles, passionnée par les voyages musicaux en Méditerranée, venait de rentrer d’une année d’Erasmus à Barcelone où elle s’était immergée dans l’Espagnol et le Catalan, et s’apprêtait à effectuer sa deuxième année de master à Palerme. Elle fait partie des victimes de la rue Bichat.

 

 


Kheireddine Sahbi, étudiant en master d’ethnomusicologie, violoniste algérien virtuose venu parfaire sa formation à Paris, très impliqué dans l’ensemble de musiques traditionnelles de l’université, a été abattu alors qu’il rentrait chez lui dans le dixième arrondissement.

 

 

 

Nous rendrons dans les prochains jours, séparément, à chacun de ces étudiants de Paris-Sorbonne l’hommage que l’université leur doit. Les témoignages que chacun de leurs camarades, de leurs professeurs ou de leurs proches voudra adresser seront par ailleurs collectés et rendus disponibles pour chacun d’entre nous par l’intermédiaire du site de l’université ou de l’ENT. 

Nous savons tous qu’au delà des événements de vendredi, nous affrontons une menace terroriste désormais permanente. Les dispositions de sécurité seront renforcées dans les prochains jours sur tous les sites, à commencer par le contrôle des cartes et des sacs à l’entrée des centres, pour lesquels je sais pouvoir compter sur la collaboration de tous. Mais tout en respectant les franchises universitaires il nous est également demandé par les autorités de limiter, parfois drastiquement en fonction des sites et de contingences extérieures supplémentaires comme la prochaine conférence internationale sur l’environnement, les activités « ouvertes » de l’université, conférences ou débats, manifestations culturelles, et jusqu’aux colloques et journées d’études à partir du moment où celles-ci pourraient faire intervenir un trop large public extérieur. Il en sera plus précisément discuté avec les différents organisateurs.

Notre mot d’ordre doit être de défendre l’enseignement, la recherche, qui sont la raison d’être de l’institution universitaire. C’est par là que nous apporterons la meilleure réponse à tous ceux qui, par leurs actes, nient la pleine liberté de penser et d’agir, sur laquelle nous nous fondons.

Barthélémy Jobert
Président de Paris-Sorbonne 

 

Les photographies sont la propriété des familles des victimes.