Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

Mme AMARANTA MARUOTTI - La diatribe cynico-stoïcienne : un instrument conceptuel ou un mythe philologique ? Analyse du dialogisme diatribique et du rôle de l’interlocuteur fictif dans la philosophie romaine. [COTUTELLE]

mercredi 9 novembre 2016
à 15h
à l’université de Trente

 

Mme AMARANTA MARUOTTI soutient sa cotutelle de thèse :

La diatribe cynico-stoïcienne : un instrument conceptuel ou un mythe philologique ? Analyse du dialogisme diatribique et du rôle de l’interlocuteur fictif dans la philosophie romaine.

 

En présence du jury :

MME BERNO ( Rome )
M. LAURAND ( BORDEAUX 3 )
M. LEVY ( PARIS 4 )
MME MORETTI ( Trente )

 

Résumés :

Notre thèse a comme point de départ la discussion critique d’un concept donné pour acquis par les spécialistes de la littérature et de la philosophie antiques. Il s’agit de la diatribe cynico-stoïcienne, ainsi nommée parce qu’elle ferait coexister des motifs cyniques et des thèmes stoïciens.

Nous commençons par évaluer l’exactitude de la définition largement admise qui met la diatribe en relation avec toute une tradition d’argumentations relevant de la philosophie morale vulgarisatrice. Puis nous justifions notre choix d’accepter, en cherchant à les intégrer, certains acquits scientifiques récents, visant à défendre la diatribe comme un genre relevant de la méthode de direction spirituelle à l’intérieur des écoles philosophiques d’origine socratique, avec un accent particulier sur la situation d’énonciation maître-disciple. De ce genre littéraire controversé, d’origine grecque, nous analysons le passage à la latinité en examinant tout d’abord le problème terminologique, puis celui du cadrage philosophique. Parmi les procédés, définis comme diatribiques, nous nous intéressons à la seule caractéristique qui ne paraisse pas être mise en question et qui pour cette raison précisément pourrait servir de fondement à l’existence du genre même : le dialogisme et la présence d’un interlocuteur fictif.

Nous concentrons ensuite notre attention sur l’œuvre de Sénèque, et notamment sur Les Lettres à Lucilius où la situation d’énonciation maître-disciple est intensément visible et dans laquelle la présence de l’interlocuteur fictif est structurellement liée au développement de cette relation. Nous passons ensuite à l’étude des formes diatribiques de la satire romaine afin d’aborder les cas de Lucilius, Horace et Perse. Un bref exposé est finalement consacré à l’analyse des relations entre la diatribe, la Seconde Sophistique et la prédication religieuse.

 

The Cynic-Stoic diatribe : a conceptual instrument or philological myth ? Diatribic dialogism analysis and the role of the fictitious interlocutor in Roman philosophy

The starting point of our thesis is the critical discussion of a concept taken for granted by literary and ancient philosophy scholars. This is the cynic-stoic diatribe, so named because cynical themes would coexist with Stoic ones.

Our first step is assessing the accuracy of the widely accepted definition, which makes the connection between the diatribe and a tradition of topics relating to moral popular philosophy. Then we explain our choice to accept and to try to integrate recent scientific acknowledgments which accept the diatribe as a literary genre relating to the spiritual guidance method of the Socratic philosophical schools, with a particularly attentive focus on the relationship between master and disciple.

Starting from this controversial genre of Greek origin, we analyze the transition to the Roman period, by first examining the terminological aspect and then the philosophical framing. Among the methods, defined as diatribic, we focus on the only feature which does not appear to be challenged and that for this exact reason could be the basis of the existence of the genre itself : dialogism and the presence of a fictitious interlocutor.

We then focus our attention on Seneca’s work, and particularly on Letters to Lucilius, where the attempt to create a master-disciple relationship is intensely visible, and in which the presence of a fictitious interlocutor is structurally related to the development of this relationship.

Then we discuss the diatribic forms of Roman satire, to reach Lucilius’, Horace’s and Persius’ cases.

A brief presentation is finally devoted to the analysis of relations between the diatribe, the Second Sophistic and the religious preaching.

 

 

 

En savoir plus

Position de thèse