Mme ARIANNA FABBRICATORE - Angiolini, Noverre et la « Querelle des Pantomimes ». Les enjeux esthétiques, dramaturgiques et sociaux de la querelle sur le ballet-pantomime à Milan au XVIIIe siècle. [CODIPLOMATION]

mercredi 6 mai 2015
à 14h
au Campus des Cordeliers, Salle desthèses, rez-de-chaussée, escalier C, 15 rue de l’école de médecine, 75006 PARIS

 

Mme ARIANNA FABBRICATORE soutient sa codiplomation de thèse :

Angiolini, Noverre et la « Querelle des Pantomimes ». Les enjeux esthétiques, dramaturgiques et sociaux de la querelle sur le ballet-pantomime à Milan au XVIIIe siècle.

 

En présence du jury :

MME CERVELLATI ( Bologne )
MME DECROISETTE ( PARIS 8 )
M. FABIANO ( PARIS 4 )
M. GEYER ( Bonn )
M. NICOLETTI ( Florence )
MME RUBELLIN ( NANTES )

 

Résumés :

Ce travail de recherche traite d’un phénomène culturel marquant de la modernité européenne : le balletpantomime.
A mi-chemin entre la danse et la pantomime, ce nouveau produit théâtral, qui prétend représenter un récit par le seul concours du geste, se place au centre des réflexions esthétiques sur le théâtre, la peinture, la musique et interroge la relation entre la parole et le corps. Alors qu’il est en plein essor sur les scènes européennes, une controverse éclate entre deux maîtres de ballets le Français Jean-Georges Noverre, et l’Italien Gasparo Angiolini. Se disputant le titre de « réformateur de la danse », Angiolini et Noverre soutiennent des principes esthétiques opposés et leurs divergences font l’objet d’une querelle qui intéressera vivement les villes de Milan et Vienne entre 1773 et 1776. A partir d’une analyse des dramaturgies élaborées par les deux maîtres de ballets rivaux et en prenant en compte leurs modèles culturels respectifs, cette thèse étudie les questionnements esthétiques et sémiotiques soulevées par la polémique et propose de relire la « Querelle des Pantomimes » dans sa dimension sociale en privilégiant deux directions : d’une part elle est interprétée comme un symptôme significatif des relations entre l’Italie et la France, permettant d’examiner ainsi les modalités de dialogue entre ces deux cultures ; d’autre part elle met au jour les termes d’une lutte sociale menée à Milan par les hommes de lettres et elle est envisagée comme un signe du processus de « démocratisation » de la culture que le ballet-pantomime
alimente.

 

This research concerns the emergence of a cultural phenomenon of European modernity : the ballet-pantomime.
Between dance and mime, this new theatrical product claims to represent a story done only by gestures and is at the center of the aesthetic reflections on theater, painting, music by inquiring the relationship between word and body. Along its development in the European stages, a controversy broke out between two ballet masters, the French Jean-Georges Noverre and the Italian Gasparo Angiolini. Vying for the title of "reformer of dance," Angiolini and Noverre support opposites aesthetic principles, whose differences are the subject of a literary feud that excites a large interest in Milan and Vienna between 1773 and 1776. Starting from an analysis of dramaturgy developed by the two rivals in masters-ballet and taking into account their cultural patterns, this thesis explores
the aesthetics and semiotics issues raised by the controversy and offers a reading of the "Quarrel of Pantomimes" in its social dimension focusing on two directions : on the one hand it is interpreted as a significant symptom of relations between Italy and France and it allows to examine the conditions for dialogue between the two cultures ; secondly it manifests the terms of a social struggle that took place in Milan among men of Letters and it is seen as a sign of the process of "democratization" of culture that ballet-pantomime feeds.

Suivez Paris-Sorbonne

Liens et partenaires Université Paris-Sorbonne