Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

Mme CECILE TROADEC - Roma crescit. Une histoire économique et sociale de Rome au XVème siècle. [COTUTELLE]

samedi 3 décembre 2016
à 14h
En Sorbonne, Amphithéâtre Michelet,
esc. A, 46 rue Saint-Jacques 75230 Paris cedex 05

 

Mme CECILE TROADEC soutient sa cotutelle de thèse :

Roma crescit. Une histoire économique et sociale de Rome au XVème siècle. 

 

En présence du jury :

M. BOUCHERON ( Coll de FR )
M. CAROCCI ( Rome II )
M. MAIRE VIGUEUR ( Roma Tre )
M. MENANT ( ENS PARIS )
MME CROUZET PAVAN ( PARIS 4 )
MME TADDEI ( GRENOBLE 2 )

 

Résumés :

Cette thèse porte sur les transformations de l’économie et de la société romaines au cours d’un long XVe siècle (1398-1527). La croissance économique de Rome est provoquée et entretenue par le retour de la papauté après la parenthèse du Schisme. À partir du milieu du XVe siècle, les rythmes de l’économie romaine s’accélèrent : l’afflux de capitaux provenant des marchands-banquiers toscans, mais aussi réinvestis de l’économie rurale dans l’économie urbaine, créent de nouvelles conditions de production et de nouveaux modes de consommation. La réactivation du statut de capitale s’accompagne d’une demande croissante, en particulier en produits de luxe. L’enjeu de cette recherche est de comprendre et d’analyser comment la société romaine, les familles et les individus qui la composent, se sont adaptés à cette nouvelle conjoncture, parfois encore incertaine. Plus largement, il s’agit d’étudier l’adaptation des comportements et des pratiques socio-économiques à la croissance démographique et économique. Les thématiques abordées couvrent un spectre très large, depuis l’économie rurale du casale jusqu’au marché immobilier, du cadre macro-économique à travers l’approvisionnement urbain et les importations jusqu’à la micro-histoire des artisans, bouchers, poissonniers. L’un des axes de la thèse porte sur les phénomènes de mobilité sociale qui affectent aussi bien les milieux populaires que la noblesse citadine. Enfin, cette thèse replace Rome dans un contexte plus large, celui des villes d’Italie, soulignant ses spécificités ou sa conformité avec les modèles d’Italie septentrionale ou méridionale.

 

 

This PhD aims at improving our understanding of the deep transformations that affect both Roman economy and society during the 15th century (1398-1527). The economic revival displayed by the Quattrocento’s Rome turns out to be sustained and increased by the return of the papal Court in Rome by the end of the 14th century. From the second half of the 15th century indeed, Roman economy’s pace changes, financial resources are flooding from the country to the city also as from Tuscan merchant-bankers, creating new conditions of production and new patterns of consumption. The renewed status of capital city leads to an ever-increasing demand, especially in luxury products. What’s at stake is to analyse and enlighten how the Roman society managed to adapt itself and to respond to a changing situation and to an impressive demographic and economic growth. The six chapters of this book cover a wide scale, from the rural economy of the casale up to the real estate market ; from the macroeconomic frame through the question of urban supply and imports up to the microstoria of craftsmen, butchers, fishmongers. This PhD also deals with the process of social mobility which concern the urban nobility as well as the craftsmen. Finally, this research replaces Rome in the wider context of the Italian urban world, by trying to underline its specificities or its conformity to the models of northern and southern Italy.

 

En savoir plus

Position de thèse