Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

Mme CELINE GAHUNGU - Elan et devenir. Sony LABOU-TANSI (1967- 1975) : naissance d’un écrivain et d’une écriture.

lundi 20 juin 2016
à 14h
Salle J326 - ESC G, 3ème étage -
En Sorbonne - 1, rue Victor Cousin 75005 Paris

 

Mme CELINE GAHUNGU soutient sa thèse de doctorat :

Elan et devenir. Sony LABOU-TANSI (1967- 1975) : naissance d’un écrivain et d’une écriture.

 

En présence du jury :

M. FONKOUA ( PARIS 4 )
M. GARNIER ( PARIS 3 )
MME LLOZE ( ST-ETIENNE )
M. MANGEON ( STRASBRG 1 )
MME MAZAURIC ( U AIX-MARS )

 

Résumés :

Les recherches consacrées à Sony Labou Tansi et les publications d’inédits témoignent de la richesse d’une oeuvre dont les facettes sont multiples. Un pan de cet univers demeure toutefois méconnu : les premiers pas de l’écrivain. L’accès à ses manuscrits et tapuscrits conservés en partie à la Bibliothèque francophone de Limoges – d’autres sont consultables à l’ITEM – ouvre la voie à des analyses renouvelées. Composés de 1967 à 1975, ces textes, pour la grande majorité inédits de son vivant, dressent le portrait d’un auteur congolais en formation, se lançant dans l’aventure de l’écriture. Celle-ci consiste alors à construire son identité d’auteur, fabriquer un univers et professionnaliser son écriture destinée à investir les maisons d’édition françaises. Dans une première partie, ce travail démontre qu’en rédigeant ses textes, Sony Labou Tansi forge son identité auctoriale. Il se conçoit sous les traits d’une bombe, les manuscrits devenant des laboratoires où s’exerce son audace. Devenir écrivain revêt une dimension institutionnelle, à laquelle s’intéresse notre deuxième partie. À rebours de l’imaginaire anarchiste de la bombe, la création littéraire est considérée comme un métier : il faut donc en accepter les codes et élaborer une stratégie d’émergence afin d’être publié. Une troisième partie analyse les métamorphoses de son univers en gésine. Les refus des maisons d’édition ainsi que la tension entre le fantasme d’une création conçue comme une révolte et le désir d’être adoubé l’institution littéraire ne le conduisent nullement à renoncer à ses ambitions. Le maître mot de ces années d’apprentissage est devenir et c’est ainsi que Sony Labou Tansi réinvente son univers, qui est le lieu de transformations incessantes. Sa trajectoire est doublement significative : la bataille de la création et de la publication est le lot de tout novice, mais paraît bien plus complexe pour une génération d’auteurs africains confrontée à un univers éditorial francophone en mutation.

 

Sony Labou Tansi (1967-1975) : emergence of a writer’s voice

The searches on Sony Labou Tansi’s works and the publications of his manuscripts testify of the wealth of his texts. A piece of it remains however unknown : the first steps of the writer. The access to its manuscripts and typescripts partially kept at the Francophone Library of Limoges – others are available for consultation in the Institute of Modern Texts and Manuscripts – open the way to renewed analyses. Written between 1967 and 1975, these texts, for the great majority unpublished in his lifetime, paint the portrait of a Congolese writer in training, dashing into the adventure of the writing. This one consists then in building his author’s identity, in making a universe and in professionalizing his writing intended to invest the French edition. In a first part, this work demonstrates that by drafting his texts, Sony Labou Tansi forges his auctorial identity. He conceives himself under the features of a bomb, the manuscripts becoming bold laboratories. Becoming a writer includes an institutional dimension, in which is interested our second part. Despite the anarchistic imagination of the bomb, the creative writing is considered as a job : it is thus necessary to accept its codes and to develop a strategy of emergence to be published. Our third part analyzes the metamorphoses of this universe under construction. The refusals of publishing houses as well as the tension between the fantasy of a creation conceived as a revolt and the desire to be recognized by the literary institution do not affect his will. The key word of these years of learning is to become and so Sony Labou Tansi reinvents its universe, which is the place of ceaseless transformations. His trajectory is doubly interesting : the battle of the creation and of the publication concerns every young writer, but seems more complex for a generation of African authors confronted with a changing editorial universe.

 

En savoir plus

Position de thèse