Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

Mme TIANMENG ZUO - Montaigne voyageur : la question de la représentation du "moi" dans le Journal et dans les Essais.

vendredi 23 septembre 2016
à 14h
Salle D323 - Maison de la Recherche,
28 rue Serpente 75006 Paris

 

Mme TIANMENG ZUO soutient sa thèse de doctorat :

Montaigne voyageur : la question de la représentation du "moi" dans le Journal et dans les Essais.

 

En présence du jury :

M. FERRER ( BORDEAUX 3 )
MME GOMEZ-GERAUD ( PARIS 10 )
M. MILLET ( PARIS 4 )
M. TARRETE ( PARIS 4 )

Résumés :

Fils d’un facteur de pianos, P.-J.-G. Zimmerman (1785-1853) virtuose, pédagogue, compositeur et homme du monde, trouve sa place au sein d’une pléiade de promoteurs du piano et de la littérature pianistique. Son originalité réside dans la dualité que l’on distingue entre, d’un côté, sa conscience de compositeur académique héritée de Cherubini et, de l’autre, cet esprit novateur que lui inspira la modernisation de la facture instrumentale, dont il suivit et entérina l’évolution. Cette étude envisage, par ordre chronologique, les activités nombreuses et variées dans lesquelles le musicien s’illustra aux différentes époques de sa vie : il fut en effet professeur de piano au Conservatoire et de composition, organisateur de concerts, compositeur d’œuvres pianistiques, lyriques et religieuses, cofondateur de l’Association des artistes musiciens (AAM).

 Dans la première partie, nous traiterons des événements qui marquent son accès à la vie artistique et professionnelle avant l’année 1831 aux environs de laquelle il s’installe à la Nouvelle Athènes. La deuxième partie porte sur la période de 1831 à 1842 qui correspond à l’apogée de sa carrière. Les deux facteurs sur lesquels Zimmerman a assis sa réputation : les lauréats qui multiplient dans sa classe et les soirées musicales qu’il organise à son appartement du Square d’Orléans. La troisième partie se rapporte à la période post-Cherubini, de 1842 à 1853, dont intéressons à quatre aspects : 1. sa participation à l’AAM en tant que membre du comité ; 2. le contexte qui lui incitait à composer ses deux messes ; 3. les dernières années de son professorat au Conservatoire ; 4. l’époque postérieure de sa retraite en 1848.

 

Montaigne – traveler : the question of representation of "me" in the Travel Journal and in the Essays

 

Born as the eldest son of a piano manufacturer, P.-J.-G. Zimmerman (1785-1853) was among the piano’s promoters in the first half of the nineteenth century, functioning as virtuoso, educator, composer and socialite. His unique role consisted in his dual occupation : an academic composer and successor to Cherubini, and his spirited involvement in and support of the modernization of the piano. This thesis is a monographic, chronological study of Zimmermann, and the multiple aspects of the activities in which the musician became famous at different periods of his life. He was in fact a professor of piano and composition at the Conservatoire, a concert organizer in his salon, a composer of piano, vocal and sacred works, as well as one of the founders of the Association des artistes musiciens.

In the first part, I discuss the events that mark his ascent to an artistic and professional career before 1831, when he settled in Nouvelle Athènes. The second part covers the period from 1831 to 1842 corresponding to the peak of his career. I consider the two factors on which his reputation depends : the increase of winners in the annual piano competition in his class and the salon concerts that he organized at his apartment in the Square d’Orleans. The third part relates to the post-Cherubini period from 1842 to 1853 in which I focus on four aspects : 1. his participation in the Association des artistes musiciens as a member of its committee ; 2. the context that encouraged him to compose his two masses ; 3. the last years of his professorship at the Conservatoire ; 4. his later period after his retirement in 1848.

 

 

En savoir plus

Position de thèse