Separation
Newsletter

Portraits étudiants en préparation

David, 27 ans

Portrait d’un futur cinéaste

Je m’appelle David, j’ai 27 ans et je viens de Ciudad Juárez, au nord du Mexique. J’ai étudié les arts visuels et plus spécialement la photographie et l’audiovisuel à l’Université Autonome de Ciudad Juárez. Aujourd’hui je suis en Master 1 Lettres et multimédia.

J’aime la photographie et le cinéma, j’ai fait des documentaires pour l’Institut National des Beaux-Arts du Mexique (INBA) et je souhaite faire un long-métrage fiction dans quelque temps. Ce que je trouve intéressant dans le cinéma, c’est qu’on ne peut pas faire un film tout seul, le résultat est un mélange de l’esprit de tous ceux qui participent.

  • Du Mexique à la France...

En 2009 j’ai fait un échange académique au Chili pour étudier le cinéma et j’ai partagé un appartement avec deux colocataires Parisiens sympathiques. Cela m’a donné l’envie d’étudier le français, puis, la culture française m’a attiré. A tel point que je me suis donné l’objectif d’étudier dans un Master en France.

Des différences culturelles entre les deux pays ? Par exemple le métro Parisien est silencieux même en heure pointe en rapport au métro de Mexico qui est plus bruyant. Mais nous partageons aussi quelque chose... À mon avis pour les français et les mexicains bien manger, c’est un rituel très important. On cherche à bien marier les ingrédients et les associer aux boissons. En général,on ne va pas manger n’importe quoi. Les deux cuisines relèvent même du patrimoine inmatériel de l’UNESCO !

 

 

 

 

Eve, 19 ans

Portrait d’une étudiante passionnée de gégraphie et de musique

Je m’apelle Eve et j’ai 19 ans. Je suis étudiante en L2 Géographie. En ce moment je suis en train de lire L’Orientalisme d’Edward Saïd. Mon professeur de philosophie, M. Kieft, nous en avait parlé, et comme j’ai été amenée en Géohistoire à traiter de l’Orient et de l’Occident, c’était l’occasion de le lire. Ce livre est incroyable ! Edward Saïd remet en perspective la relation qui existe entre les deux termes ; l’Orient n’existe que par rapport à l’Occident et vice versa.

 

  • La musique, une passion à partager

Ce que j’apprécie à la Sorbonne c’est avant tout la grande mixité parmi les étudiants. C’est un grand lieu de partage. Tous les jours je rencontre quelqu’un de nouveau, je découvre un domaine que je ne connaissais pas. Il y a également beaucoup étudiants venant de l’étranger avec lesquels nous échangeons tous les jours : on apprend de nouvelles cultures, et on partage la notre. C’est vraiment une expérience incroyable que d’étudier dans cette université.

Je suis passionnée de musique, et je suis animatrice d’une émission sur Radio Paris-Sorbonne qui s’apelle la Rock Box, et qui diffuse des morceaux de jazz, de rock et de métal, mais qui invite également les artistes de l’université à venir jouer en live. Cette radio est un engagement qui me tient vraiment à coeur car tous les étudiants peuvent se retrouver en nous. Et tous les animateurs sont des étudiants.

 

 

Laïth, 26 ans

Portrait d’un étudiant passionné par la littérature française

Je m’appelle Laïth, j’ai 26 ans et je suis jordanien. La langue française me passionne depuis mon enfance. Je l’ai connue dans les romans français traduits en arabe, comme Madame Bovary. Il y avait un monde qui ne m’était pas étranger. Un monde intellectuel et sentimental qui réenchante le sens de ma vie en me transportant hors de ma société.

Poussé par la curiosité, j’ai appris le français à l’Université de Mutah en Jordanie. Puis, j’ai eu mon master en littérature française à l’Université de Sidi Mohamed Ben Abdellah au Maroc. Il y a deux ans, j’ai eu une bourse pour continuer mon doctorat à Paris-Sorbonne. C’était comme un rêve qui se réalisait. Avant mon départ pour la France, j’avais beaucoup de préjugés sur la France et les français. Je n’avais même jamais pratiqué le français à l’oral !

Une citation qui résonne toujours en moi :

  • « Je vais chercher dans un autre hémisphère la paix dont je n’ai pu jouir dans celui-ci » (Saint Preux dans Julie ou La nouvelle Héloïse)

Au-delà de la culture, c’est une autre méthode et un autre système éducatif que je suis en train de découvrir. Il s’agit d’un système qui incite les gens à réfléchir et remettre en cause, contrairement aux systèmes éducatifs que j’ai déjà connus. Des systèmes fondés sur la culture de l’imitation et des axiomes.

Enfin, je peux résumer mon séjour en France comme la sortie de la caverne platonicienne vers les lumières.