Separation
Newsletter

Vie des personnels

Départ de Perrine Paille

Départ de Perrine Paille,

Responsable du service prévention et sécurité au travail

 

 

Anne Dusseau : Vous souvenez-vous de votre arrivée à Paris-Sorbonne en 2013 ?

Perrine Paille : Lorsque je suis arrivée il y a 3 ans et demi, mon poste n’avait pas été pourvu depuis deux ans. Une seule personne dédiée à la sécurité incendie était présente, Alain Gilet. J’ai donc mis en place, entre autre, le comité hygiène et sécurité, conditions de travail (CHSCT), le réseau des assistants de prévention, des actions de sûreté liées au plan Vigipirate et des procédures pour sécuriser les manifestations exceptionnelles.

 

A.D : De quelle façon est organisée votre équipe ?

P.P : Mon service a un champ de compétences très large. On a beaucoup de sujets à traiter et notre champ de compétence s’étend à tous les sites extérieurs, pas uniquement dans le Quartier latin. A la suite du départ à la retraite d’Alain Gilet, Aurélie Darmon et Guy Bichet ont été recrutés au printemps 2016. Je suis doublement satisfaite de ce recrutement. Ils sont très efficaces et ils ont créé un lien de confiance avec nos différents partenaires dont les assistants de prévention et les administrateurs de centre.

 

A.D : Comment animez-vous ce réseau ?

P.P : Nous avons une soixantaine d’assistants de prévention sécurité répartis dans toute l’université. Désignés par leur chef de service sur la base du volontariat, ils suivent une formation de 3 à 6 jours sur la prévention des risques professionnels (troubles musculo-squelettiques, risques liés aux chutes de plein pied, risques incendie, etc…). C’est un réseau conséquent et nous avons la chance de pouvoir compter une équipe très motivée. Ils tiennent notamment à jour les registres de santé sécurité au travail. C’est un document qui recense les remarques des personnels et des usagers sur leur environnement de travail. Les assistants de prévention doivent également évaluer tous les ans les risques professionnels inhérents à leur service et rédiger un plan d’actions pour améliorer les conditions de travail des agents.

Notre deuxième réseau est constitué des administrateurs des sites. Ils veillent, au quotidien, à l’entretien des bâtiments et leur mise en sécurité. Grâce à eux, la qualité de notre travail en matière de prévention et de sécurité est reconnue par l’ensemble des commissions de sécurité et par l’Inspection santé et sécurité au travail.

 

A.D : Quelle a été la situation la plus difficile que vous ayez vécue ces trois années ?

P.P : Les attentats de 2015 ont véritablement marqué un tournant. Durand cette période compliquée et très chargée émotionnellement, nos relais sur les sites ont été exceptionnels dans leur engagement. Ils ont répondu présents pour nous aider à mettre en place des mesures de sécurité renforcées spécifiques. Je n’oublierai jamais cet esprit de cohésion et de collaboration incroyable.

 

A.D : Quel souvenir garderez-vous de Paris-Sorbonne ?

P.P : Dans une carrière, c’est très enrichissant de pouvoir travailler dans une université d’une telle renommée. C’est un environnement particulier, presque familial. Ce climat est à la fois instauré par l’équipe de direction mais également par les personnels qui sont attachés à leur université.

Je me suis toujours sentie soutenue dans mes missions par le président et la directrice générale des services. Ce soutien, indéfectible et indispensable, a joué un rôle primordial dans la bonne compréhension de nos messages et de nos actions de prévention.

 

A.D : Pouvez-vous nous parler de votre nouveau poste ?

P.P : Je rejoins, dès 1er juin prochain, l’INRA (Institut National de Recherche en agronomie). Je serai adjointe de la direction nationale de prévention qui coordonne la politique de prévention sur toute la France comprenant une équipe de 13 personnes, coordonnant une quarantaine de relais en province et 700 assistants de prévention. C’est une nouvelle aventure qui commence !

 

Lettre interne - juin 2015

RETOUR AU SOMMAIRE