Separation
Newsletter

CONCERTS

Chœur & Orchestre Sorbonne Universités

 

Bruch | Mendelssohn | Mozart

Brillamment interprété par Thomas Lefort, jeune violoniste talentueux, le lumineux Concerto pour violon op. 64 de Mendelssohn à "l’élégance quintessenciée digne de Mozart" (Brigitte Francois-Sappey), préludera au Requiem de Mozart, source d’inspiration pour Milos Forman des images tragiques de la dictée de la partition de Salieri dans le film Amadeus.

Thomas Lefort, violon
Dania El Zein, soprano
Claire Péron, mezzo-soprano
Fabien Hyon, baryton
Luc Bertin-Hugault, basse
Emma Girbal, alto (lauréate du Concours « Jeunes Solistes de la Sorbonne »)

Chœur & Orchestre Sorbonne Universités
Ariel Alonso, chef des chœurs
Vincent Barthe, direction

Hugues Dufourt / Alban Berg

Œuvres de Hugues Dufourt et Alban Berg. 
Nadine Denize, Mezzo – soprano,
Virginie Dejos, piano

Le concert sera suivi d’une rencontre avec le compositeur Hugues Dufourt.
Sur une initiative de Virginie Dejos,doctorante à l’UFR de Musique et Musicologie de l’université Paris-Sorbonne.

"Exalta regina Galliae" : Musiques du Codex Médicis (1518) pour un mariage princier à la cour de Francois Ier

Concert des Sorbonne Scholars, sous la direction de Pierre Iselin

Ce concert est également programmé le mardi 17 mars à l’Eglise St Joseph des Carmes, 70 rue de Vaugirard, Paris 6e

Anne Delafosse

Des nymphes aux fontaines, aux océans de larmes, s’écoulent les âmes insouciantes et les soupirs mélancoliques. La fluidité aquatique fait écho à la fluidité musicale, à l’image de l’archet glissant sur la corde, comme les pleurs sur les joues. De « Water Music » aux « Lachrymae », de Haendel à Dowland, Anne Delafosse accompagnée de Pierre-Etienne Nataf au luth et du consort de violes des Sorbonne Scholars, mèneront la barque sur des flots baroques jusqu’aux rives d’un plaisir musical partagé.

La fluidité aquatique faisant écho à la fluidité musicale, la soprano Anne Delafosse accompagnée de Pierre-Etienne Nataf au luth et du consort de violes des Sorbonne Scholars, mèneront leur barque sur les flots baroques, de Haendel à Dowland, jusqu’aux rives d’un plaisir musical partagé.

Antoine Hervé : Leçon de Cinéjazz

Pour l’ouverture du deuxième festival CinéJazz, Antoine Hervé donne sa Leçon de Cinéjazz.

Compositeur et pianiste français ayant étudié au Conservatoire National supérieur de musique et de danse de Paris, révélé par McCoy Tyner,
Antoine Hervé collabore et enregistre avec de nombreux artistes comme Michel Benita ou Peter Gritz. À la tête de l’Orchestre National du Jazz, il a donné plus d’une centaine de concerts.

Le Jazz et le cinéma ? Une longue histoire d’amour qu’Antoine Hervé au piano va nous raconter, à sa manière.
De Federico Fellini à Ennio Morricone (gare aux ricochets !), de Vladimir Cosma (Le Grand blond avec une chaussure noire) à Maurice Jarre (Lawrence d’Arabie), de Jerry Goldsmith (Basic instinct) à Francis Lai (Un Homme et une Femme) ou Nino Rota (Le parrain).

Point de « Mission Impossible » pour notre pianiste intrépide, Alice sera vraiment au pays des merveilles…

Arcangelo Corelli, Concerti grossi, op.VI

L’université Paris-Sorbonne s’associe au tricentenaire d’Arcangelo Corelli (1653-1713) par ce concert, résultat d’une résidence pédagogique autour des questions de recherche et pratique sur l’interprétation de la musique baroque qui a eu lieu à la Fondation Royaumont, début avril, avec des étudiants de conservatoires et de l’université, sous l’égide de musiciens, enseignants de musique et musicologues.
Le claveciniste Fabio Bonizzoni propose une reconstitution de certains concerti grossi de Corelli en ajoutant trompettes et trombone, absents des imprimés. Il appuie sa proposition en s’inspirant de l’instrumentarium de l’ouverture de La Resurrezione de Haendel que Corelli créa au violon aux côtés de Haendel au clavecin en 1708 au Palazzo Ruspoli à Rome.

Programme :
Arcangelo Corelli
Sonate pour trompette
Guiseppe Valentini
Sonates op. V n°7 « La Corelli »
et n°8 « La Fornari »
Arcangelo Corelli
Concerti grossi n° 1, 4 et 7 de l’op. VI

Au rythme du Danube

Edwin Fardini (baryton) – Gaspard Brunet (piano)

1ère PARTIE

Franz LISZT
Es muss ein wunderbares sein
Es rauschen die Winde
Über allen Gipfeln ist Ruh

Johannes BRAHMS
Ich wandte mich und sahe
O Tod
Herr, lehre doch mich

2ème PARTIE

Hugo WOLF
Der Genesene an die Hoffnung
Nimmersatte liebe

Richard STRAUSS
Allerseelen
Morgen
Ruhe meine seele

“The Triumphes of Oriana” : Figures féminines dans l’Europe madrigalesque

Récital Anne Delafosse, soprano
“The Triumphes of Oriana” : Figures féminines dans l’Europe madrigalesque
Avec François Bonnet, luth, et le consort de violes des Sorbonne Scholars

Le mardi 27 janvier 2015 à 20h30, Amphithéâtre Richelieu
Entrée gratuite avec libre participation sur réservation : agenda-culturel@paris-sorbonne.fr

Consacré à l’évocation musicale de figures féminines célèbres, le concert emprunte son titre, « The Triumphes of Oriana, » au recueil de vingt-cinq madrigaux rassemblés en 1601 par Thomas Morley en hommage à la reine Elizabeth Ière d’Angleterre (à moins qu’il ne s’agisse, comme certains critiques tendent à le penser depuis quelques années, Anne de Danemark, future reine d’Angleterre et épouse de Jacques Ier). Plusieurs pièces de ce volume, par les madrigalistes anglais les plus en vogue, seront interprétées, ainsi que des madrigaux de William Byrd, Josquin des Prés, Claude le Jeune, consacrés aux figures bibliques ou mythologiques de Susanne ou de Didon.

Anne DELAFOSSE
Elle s’est formée auprès de MC Cottin, puis au CNSM de Lyon. Depuis 1990, elle a chanté dans plusieurs ensembles de musique ancienne français. Aujourd’hui, elle se consacre davantage à la musique du Moyen-Age comme professeur au CNSM de Lyon. Mais vous pouvez encore l’entendre en concert avec les ensembles Gilles Binchois et Mora Vocis !
En autres choses, elle s’est intéressée au rapport poésie/musique dans les répertoires de la chanson en ancien français, travail qui a débouché sur plusieurs enregistrements discographiques : chansons d’Adam de la Halle, Carnetz Secrets de Marguerite d’Autriche, airs de cour français du XVIIe s.
Elle aime servir la musique comme on sert un bon mets, savoureusement cuisiné avec amour. Au sein des Sorbonne Scholars elle éprouve beaucoup de plaisir à jouer aussi de la viole de gambe.

« O Rosa bella » : Musique italienne de Landini à Palestrina

7e centenaire de la naissance de Boccace :

Concert par les Sorbonne Scholars dans le cadre du colloque « Boccace, humaniste latin » (Université Paris-Sorbonne)

« O Rosa bella » : Musique italienne de Landini à Palestrina

7e centenaire de la naissance de Boccace :

Concert par les Sorbonne Scholars dans le cadre du colloque « Boccace, humaniste latin » (Université Paris-Sorbonne)

« Oh solitude, my sweetest choice »

Récital de musique anglaise de William Byrd à Henry Purcell

Œuvres de William Byrd, Thomas Campion, Thomas Morley, Thomas Lupo, Richard Allison, John Dowland, Alfonso Ferrabosco, et Henry Purcell

Anne Delafosse, soprano
Avec le consort de violes des Sorbonne Scholars
et François Bonnet, luth et théorbe

Le titre de ce concert est emprunté au poème de Katherine Philips que Henry Purcell mit en musique. Il donne le ton de ce programme consacré à la musique anglaise pour voix seule avec accompagnement de luth et de violes.

Les pièces sont puisées à deux répertoires musicaux particulièrement riches : d’une part à celui des airs et consort-songs à la charnière des XVIe et le XVIIe siècles et d’autre part à l’œuvre de Henry Purcell.

L’émergence de la voix soliste dans un contexte où règne la polyphonie contrapuntique n’est pas un trait spécifiquement anglais : l’Europe tout entière se tourne vers ce moyen d’expression qui favorise la peinture du texte et des affects et dont l’opéra naissant en Italie est un autre témoin.

On entendra ici, dans l’alternance entre airs au luth et chansons accompagnées aux violes, le jeu d’un langage qui oscille entre horizontalité et verticalité de la pensée musicale. On pourra goûter la subtilité et la diversité des sentiments qui s’expriment dans l’évocation d’un printemps où fleurit l’émoi amoureux, d’un destin douloureux noyé de larmes ou dans une fervente prière à Dieu.

« Une promenade en Russie » : mélodies et ensembles de compositeurs russes

A l’initiative d’enseignants de LEA et de LLCE de l’université Paris-Sorbonne

Trois chanteurs lyriques, un pianiste et une violoniste, interprètent de la musique de chambre russe, dans une alternance de solos, duos et trios. Au programme : Glinka, Rubinstein, Dargomijski, Dmitriev, Tchaikovski, Rachmaninov, Glazounov, avec leurs pièces de salon et mises en musique des poèmes de Pouchkine, Delvig, Baratynsky, Lermontov, Tiouttchev, Polonsky, Severjanin, Sologoub...

Artistes :
Donatienne du Jeu, soprano
Ivan Fidler, ténor
Emmanuel Forest, baryton
Elina Absalyamova, violon
Sylvain Petit, piano

Retrouvez le tract de la manifestation ici.

BALKOR

Sur l’initiative de Jérome Cler, Maître de Conférences à l’UFR de Musique et Musicologie, venez découvrir le projet Balkor (Musiques des Balkans au Moyen-Orient), un ensemble de l’association La Baudière.
L’ensemble Balkor voyage entre les campagnes des Balkans, de Thrace et d’Anatolie, et leurs rythmes asymétriques, fait escale dans l’Istanbul l’ottomane, ou au Caire d’Abdelwahab, reprend son vol dans le chant libanais (Fairouz…), et donne à ces musiques une saveur originale, grâce aux savoir-faire conjugués de tous, dans le respect des codes de la tradition.
C’est aussi un parcours au fil de mélodies chantées et de makams, modes musicaux partagés de toute cette région du monde.

www.projetbalkor.com
En écoute sur : https://soundcloud.com/balkor .

 

Bastien Lucas

Distingué par le « coup de cœur » de l’Académie Charles Cros pour son premier disque, Bastien Lucas continue de bâtir son répertoire sur une écriture fine et exigeante.
Il propose un nouveau disque, enregistré tout en finesse avec un quatuor de Paris-Sorbonne : À la quarte.

Camerata Baroque

Concert de la CAMERATA BAROQUE
(Choeur et Orchestre du UFR de Musique et Musicologie)

Au programme oeuvres de Buxtehude, Bach, Tellemann, Vivaldi, Porpora, Mouret et Purcell.

Camerata baroque

La Camerata Baroque, dirigée par Sandrah Silvio, vous invite à un
voyage à travers le baroque européen avec des œuvres de Lully, Charpentier, Lambert, Corelli, Cazzati et Bach.

Invité : l’ensemble Musica Reservata.

Camerata baroque

Le Chœur et Orchestre de l’UFR de Musique et Musicologie de Paris-Sorbonne, vous convient à un concert baroque, sous la direction de Sandrah Silvio, avec Chloé Dos Reis au clavecin.
Au cours de cette soirée, seront interprétées des œuvres de Bach, Buxtehude, Purcell, Durante et Vivaldi.

Camerata Saint-Louis

Florilège vocal de l’ensemble de la Camerata Saint-Louis avec piano, sous la direction de Georges Guillard.

Programme :

J.HAYDN, Abendlied
F.MENDELSSOHN, Christus (1ère partie)
A.DVORAK, Ave Maria
E. LEBRUN, Ave Maria
F.SCHUBERT, Ständchen
F.SCHUBERT, Psaume 23
G.A.HOMILIUS, Psaume 23
P.PINCEMAILLE, Ave Maria

 

Camerata Saint-Louis

La Camerata Saint-Louis, sous la direction de Georges Guillard et Stéphane Caillat, vous propose d’écouter l’une des plus belles cantates de Jean-Sebastien Bach :

J.S.BACH, Cantate 106 "Actus tragicus"
TELEMANN, Cantate Du aber Daniel

Chanson française "hors les murs"

« Chanson française en Sorbonne » existe depuis 2000.

3 chanteurs, aux parcours différents : un croisement d’univers et de générations.

 

 

 

 

 

 

Céline CAUSSIMON

celine.caussimon.free.fr / www.myspace.com/celinecaussimon

Ses chansons insolentes piquent à la sauce humour, mi-rock, mi-musette, mi-musique du monde. C’est drôle, c’est caustique, c’est tendre, « Il y a une présence, une voix, une force » (Pierre Vavasseur, France-Inter). « La plume alerte, souvent trempée dans le vitriol, Céline puise dans des sources musicales diverses qui vont du réalisme poétique au rock » (Le Canard enchaîné).

 

Alain SOURIGUES

www.alainsourigues.com

Affranchi occasionnellement de la férule de ses deux excellents musiciens,

le barde gascon renoue avec ses débuts et rechausse sa fidèle quoique récalcitrante guitare pour un récital solo de chansons, textes et aphorismes. Chez lui, « rien n’est laissé au hasard, surtout pas l’humour qu’il manie avec précision et justesse, comme chez tous les pessimistes gais » (Chorus).

 

Je rigole.

www.facebook.com/jerigoleofficiel

Entre tradition et modernité, c’est avec la puissance des mots d’Andoni Iturrioz que Je rigole. clame sa joie noire vers le ciel. La présence d’Andoni est poignante, incarnée. Une tempête dans la chanson française, à texte, celle qui résiste, tout à côté de la poésie. Le premier album vient de sortir. « Andoni Iturrioz (...) incarne une certaine idée de la chanson française. Où les spectres de Brel et Brassens superviseraient les textes, cinglants de noirceur... mais où l’expérimentation et la liberté musicale seraient le mot d’ordre. » (Antoine Boyer, Paris-Normandie)

 

Des poèmes lauréats du concours international en français « Poésie en liberté » via Internet (www.poesie-en-liberte.com) destiné aux lycéens et étudiants du monde entier seront dits par les comédiennes Moana FERRE et Lucienne DESCHAMPS, en présence des lauréats et des jeunes membres du Jury, ainsi que de la présidente du jury 2012, Jeanine Baude.

Organisation : Matthias Vincenot et l’association « Poésie et Chanson Sorbonne », en partenariat avec « Poésie en liberté », avec le soutien de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et de son service culturel et le lycée Henri IV.

Chanson française en Sorbonne

Matthias Vincenot et l’association Poésie et Chanson Sorbonne vous invitent à une nouvelle soirée dédiée à la chanson française.

Au programme, Georgette Lemaire, Mathilde Forget, Noga et Patrick Bebey.

Chanson française en Sorbonne

Première soirée pour fêter le retour de "Chanson française en Sorbonne" intra muros.

Matthias Vincenot (www.matthiasvincenot.net), en partenariat avec Platine Magazine et Télé Mélody, et le soutien du service culturel de l’université Paris-Sorbonne accueillera :

Annie Cordy
Jean-Félix Lalanne + invités
Marie Cherrier
Emilie Marsh

Chanson française en Sorbonne

Deuxième soirée pour fêter le retour de "Chanson française en Sorbonne" intra muros.

Pour son retour dans nos murs, le cycle Chanson française en Sorbonne vous a concocté une soirée exceptionnelle avec Marcel Amont (photo), Pascal Danel, Thierry de Cara et Charles-Baptiste. 

 

 

 

Chanson française en Sorbonne

Matthias Vincenot, l’association Poésie et Chanson Sorbonne, et le service culturel invitent, dans le cadre du cycle de chansons françaises, François Corbier, La Jeanne et Jean Alambre pour cette première soirée de l’année universitaire.

Plus proche de Brassens que de Dorothée, avec ses chansons impertinentes, drôles et décalées, François Corbier parcourt la France, comme un folk-singer tendre et un peu anar. Décapant, sensible et tendre, avec sa barbe et son chapeau, il reste un éternel gamin. Ceux qui croient le connaître doivent le découvrir d’urgence.

Avec ses chansons aux couleurs latines, La Jeanne détient, outre un indéniable talent vocal, un style. Son nouvel album vient tout juste de sortir et fait partie des 8 indispensables de la rédaction de Francofans.

Jean Alambre aborde la chanson franco-occitane dans son expression la plus pure. Avec chaleur et sobriété, il interprète les chansons qu’il écrit et compose depuis plus de 40 ans. Pour ce Poulbot occitan, né à Montmartre, vivant en Limousin, le travail d’écriture et d’interprétation prend toute sa dimension en spectacle.

Chanson française en Sorbonne

Soirée exceptionnelle dans l’amphithéâtre Richelieu, où l’Ensemble DécOUVRIR accompagnera les chanteurs Françis Lalanne, Jil Caplan, Bertrand Burgalat, Jean Fauque, Benoît Carré et Émilie Marsh et les poètes Thierry Renard et Matthias Vincenot.

Né en 2012 lors de la 10ème édition du Festival DécOUVRIR de Concèze, dont il a pris le nom, l’Ensemble DécOUVRIR, composé d’un quintet à cordes, une clarinette et un piano, s’est spécialisé dans l’accompagnement de chanteurs et de poètes.
La spécificité de l’Ensemble est de proposer un répertoire et des interventions sur mesure à la rencontre des musiques actuelles et classiques.

Chanson française en Sorbonne

Matthias Vincenot, l’association Poésie et Chanson Sorbonne et le Service culturel convient 3 artistes atypiques pour cette nouvelle soirée consacrée à la chanson française.

Georges Chelon : Parolier ciseleur, il ne cesse de dire la vie, l’amour, la mort. Avec lucidité, force, mais également humour ou gravité, il met en mots ce qui nous anime et nous habite. Un spectacle plein de chaleur et d’espoir.

Sophie Forte : Sortie du petit conservatoire de Mireille et des cours Simon, elle chantait dans des cabarets des chansons de Gainsbourg et Boris Vian. Puis après pas mal de détours par la radio ou le cinéma, elle a monté un groupe il y a quinze ans, donnant naissance à plusieurs albums, dont certains dédiés au jeune public.
Accompagnée de son contrebassiste et guitariste Christophe Devillers, elle interprétera ses chansons pour les grands et les moins grands !

Swann Menigot : Il débarque sur scène avec un sourire complice et mystérieux. Sans l’avoir vu venir, on se retrouve embringué dans un road-movie aux personnages aussi insolites qu’attachants. Avec une nonchalance naturelle et sa voix franche, Swann nous emmène rendre visite aux amoureux, aux enfants perdus, aux chiens errants…
Les chansons sont belles, portées par une guitare et une voix qui se connaissent bien.

Chanson française en Sorbonne

Programmation éclectique et insolite pour cette soirée dédiée à la chanson française, avec la présence de Dani, l’éternelle interprète de Comme un boomerang avec Étienne Daho. À ses côtés, Inès Desorages et la jeune Pauline Drand interpréteront leurs compositions.

DANI
Longtemps éloignée de la scène musicale française, embaumée un temps dans un parfum de roses, une voix rocailleuse enfumée de tabac, Dani revient en 2001 avec « Comme un boomerang » en duo avec Etienne Daho (chanson écrite par Gainsbourg).
Quelques albums plus tard, elle est avec nous, accompagnée sur scène par Émilie Marsh à la guitare.

Pauline DRAND
C’est une chanson au regard bleu-nuit, qu’on attend peu d’une jeune chanteuse d’aujourd’hui. Elle a traversé les brumes de Nick Drake, pris la lumière chez Cat Power, appris l’élégance hardie des sentiments chez Bashung et Hardy. C’est une voix posée entre le jour et la nuit, l’assurance et l’enfance, une voix posée sur une guitare tantôt sous-bois, tantôt clairière. Elle « capture l’élégance de la chanson française et la lumière du folk d’outre – Atlantique » (Les Inrockuptibles).

Inès DESORAGES
Une tension lumineuse se dégage de ses chansons. Sous un ciel d’humeurs variables, les sentiments contraires avancent à l’unisson. Tels les embruns sur la vague, les mélodies survolent un jeu de guitare épuré, aux résonances classique et folk, laissant entrevoir un univers en clair-obscur, entre légèreté, cruauté, tendresse et dérision.

 

Organisé par Matthias Vincenot et l’association Poésie et Chanson Sorbonne, avec le soutien du Service culturel de Paris-Sorbonne. Avec la collaboration de « Poésie en liberté ».

Chanson française en Sorbonne

Nouvelle soirée exceptionnelle dédiée à la chanson française, où trois artistes viendront interpréter leurs chansons (programmation en cours).

Organisé par Matthias Vincenot et l’association Poésie et Chanson Sorbonne avec le soutien du Service culturel de Paris-Sorbonne.

Chansons en tous genres

Catherine Rudent et l’UFR de Musique et Musicologie de l’université Paris-Sorbonne proposent un concert des étudiants en licence et master de l’atelier chanson.
À la fois auteurs, compositeurs, arrangeurs et interprètes, ils proposeront sur scène une version live de leurs chansons.
Au programme : Samir Amarouche, Guillaume Anastasiou, Lise Borel, Pierre Bristiel, Aliénor de Castelbajac, Timothée Gobé, Rahma Haraket, Simon Juré, Baptiste Lefort, Henry Leitzinger, Céline Lepicard, Anne-Charlotte Jan Muger, Amaury Pierre.
Ils se partageront l’affiche lors d’un set acoustique et électrique.

Chansons en tous genres

Catherine Rudent et l’UFR de Musique et Musicologie de l’université Paris-Sorbonne proposent un concert des étudiants en licence et master de l’atelier chanson. À la fois auteurs, compositeurs, arrangeurs et interprètes, ils proposeront sur scène une version live de leurs chansons.
Au programme : Samir Amarouche, Guillaume Anastasiou, Lise Borel, Pierre Bristiel, Aliénor de Castelbajac, Timothée Gobé, Rahma Haraket, Simon Juré, Baptiste Lefort, Henry Leitzinger, Céline Lepicard, Anne-Charlotte Jan Muger, Amaury Pierre.
Ils se partageront l’affiche lors d’un set acoustique et électrique.

Chemins ibériques

 

L’univers de la musique espagnole au sens large, passant par les musiques judéo-espagnoles des Balkans, le tango argentin ou la guitare flamenco, tout en découvrant les mélodies lyriques et pièces instrumentales de compositeurs espagnols ou argentins.

Intervenants : Classes de Formation Musicale chanteurs et répertoires lyriques de Jean-Marc Pont-Marchesi, Ensemble de Musiques Traditionnelles de l’Université Paris-Sorbonne de Jérôme Cler.
Classes de culture musicale de Michèle Tosi, Classe de bandonéon de Juan Jose Mosalini (conservatoire de Gennevilliers).
Direction artistique : Jean-Marc Pont-Marchesi.

Choeur & Orchestre Sorbonne Universités

P. I. Tchaïkovski Suite de Casse-Noisette
A. Borodine « Danses Polovtsiennes » du Prince Igor
S. Prokofiev Cantate Alexandre Nevski

Claire Péron, mezzo-soprano

Ariel Alonso, chef des chœurs
Vincent Barthe, direction

Immortelle musique russe…
Du conte inspirant le ballet-féerie de Tchaïkovski aux danses – celles du Prince Igor données lors de la première saison des Ballets russes à Paris (1909) – en passant par la chanson à l’origine des chants des chevaliers d’Alexandre Nevski, le voyage en Russie sera intense.

Choeur et Orchestre Sorbonne Universités

A. Dvorak, Messe en ré majeur op. 86
J. Sibelius, Symphonie n°5 en mi bémol majeur op. 82

Ariel Alonso, chef de chœur
Vincent Barthe, direction

Œuvre de commande, la Messe en ré majeur de Dvorak, composée en trois semaines pour chœur et orgue (1887), est jouée ici dans sa version orchestrale écrite cinq ans plus tard.
« Puissant chant de vie » (Richard Millet), la grandiose Symphonie n°5 de Sibelius concourt à la célébration des 150 ans de la naissance du compositeur.

Choeur et Orchestre Sorbonne Universités

Concert exceptionnel du Choeur et orchestre Sorbonne Universités qui interprétera Ein deutsches Requiem de Brahms, sous la direction de Vincent Barthe.

Choeur et Orchestre Sorbonne Universités

Carine Bonnefoy, L’Attente - Waiting or an Answer (création mondiale)
Michael Brecker et Claus Ogerman, Cityscape
Artistes invités : Stéphane Guillaume sextette et Hervé Sellin, piano
Carine Bonnefoy, direction
Leonard Bernstein, Chichester Psalms,West Side Story, Danses symphoniques
Vincent Barthe, direction

A savoir...
Le concert sera précédé, à 18h, d’un avant-concert animé par Laurent Cugny, sur le thème :
« Actualités des musiques étatsuniennes : improvisation, écriture ».
Cette rencontre, indépendante du concert, est accessible uniquement sur inscription par mail : choeur-et-orchestre@paris-sorbonne.fr

Choeur et Orchestre Sorbonne Universités

Carine Bonnefoy, L’Attente - Waiting or an Answer (création mondiale)
Michael Brecker et Claus Ogerman, Cityscape
Artistes invités : Stéphane Guillaume sextette et Hervé Sellin, piano
Carine Bonnefoy, direction
Leonard Bernstein, Chichester Psalms,West Side Story, Danses symphoniques
Vincent Barthe, direction

A savoir...
Le concert sera précédé, à 18h, d’un avant-concert animé par Laurent Cugny, sur le thème :
« Actualités des musiques étatsuniennes : improvisation, écriture ».
Cette rencontre, indépendante du concert, est accessible uniquement sur inscription par mail : choeur-et-orchestre@paris-sorbonne.fr

Choeur et Orchestre Sorbonne Universités

Ce concert est donné avec le chœur Christelijke Oratoriumvereniging (COV) – Haarlem (Pays-Bas) dans le cadre des échanges internationaux du COSU.

Ludwig van Beethoven, Ouverture de Coriolan
Wolfgang Amadeus Mozart, Messe du Couronnement
Maurice Duruflé, Requiem

Véronique Housseau, soprano
Claire Peron, mezzo-soprano
David Tricou, ténor
Romain Dayez, baryton

Harry Brasser, direction
Ariel Alonso, chef de chœur

Puissance et véhémence beethovéniennes en lever de rideau avec la célèbre ouverture de Coriolan. Le COSU et la COV Haarlem mêleront ensuite leurs voix pour la missa brevis la plus connue de Mozart et le Requiem de Duruflé, joué ici dans son opulente version orchestrale…

Choeur et Orchestre Sorbonne Universités

Le COSU couronne la saison 13-14 avec C. Franck et G. Fauré

L’énergie et la fougue des 250 jeunes musiciens honoreront Franck et Fauré pour le concert clôturant la saison « Musiques françaises : éclat pluriel ».
Les accents tantôt dramatiques tantôt intimistes de la magistrale Symphonie en ré mineur de Franck se joindront à l’atmosphère lumineuse et poignante du Requiem de Fauré. 

Ce concert sera donné avec la complicité de Jean Guillou, organiste, Romain Dayez, baryton, et Marthe Davost, soprano.

 

Choeur et Orchestre Sorbonne Universités

Concert du Choeur & Orchestre Sorbonne Universités
Beethoven | Méhul | Xu Yi (création) | Tomasi

Avant-concert à 19h en présence de la compositrice Xu Yi
Gratuit, sur inscription obligatoire

L. v. Beethoven, Egmont (ouverture) op. 84
E.-N. Méhul, Symphonie n°1 en sol mineur
Xu Yi, Chant des muses (oeuvre de commande)
H. Tomasi, Fanfares liturgiques

Marthe Davost, soprano
Ariel Alonso, chef de choeur
Vincent Barthe, direction

Deux œuvres de maîtres de l’écriture symphonique préluderont aux Fanfares liturgiques de Tomasi (version pour soprano, chœur, ensembles de cuivres et percussions), si rarement jouées.
Chant des muses de Xu Yi sera donné en création mondiale.

Crédit photographique : Léo Andrés

CHOEUR ET ORCHESTRE SORBONNE-UNIVERSITES

Concert Chœur et Orchestre, direction Vincent Barthe
Chef de chœur : Ariel Alonso

Félix Burgan, violoncelle solo

Stanislas Barbeyrac, ténor
Florian Westphal, baryton – basse

Programme :

R. Wagner, Ouverture des Maîtres Chanteurs
P. I. Tchaïkovski, Variations sur un thème Rococo, op. 33
G. Puccini, Messa di Gloria

Préventes uniquement sur internet

• 1€ étudiants / chômeurs / groupes scolaires
• 5€ personnel du PRES
• 15€ plein tarif

Tarifs sur place le soir du concert : 
• 5 € étudiants / chômeurs / groupes scolaires
• 10 € personnel du PRES
• 20 € plein tarif

Choeur Sorbonne Universités

Morten Lauridsen, O magnum Mysterium
Einojuhani Rautavaara, Suite de Lorca op. 72
Michael Praetorius | Jan Sandström, Det är en ros utsprungen
Jan Sandström, Gloria
Wilhelm Stenhammar, Tre Korvisor
Oskar Lindberg, Stjarntandningen
Slängpolska efter Byss-Kalle

Ariel Alonso, chef de chœur
Sofi Jeannin, direction

Un programme d’œuvres a cappella qui illustre brillamment l’essor et l’évolution de l’écriture pour chœurs dans les pays nordiques, et notamment son ancrage dans les chants traditionnels.

Choeur Sorbonne-Universités

Concert petit chœur et piano

Programme de musique sud-américaine : A. Ginastera, C. Guastavino, A. Piazzolla…

Direction : Ariel Alonso

Piano : Sara Beucler

"En entremêlant des arrangements de pièces folkloriques et des créations fondées sur des rythmes et des mélodies traditionnels, ce programme de musique latino-américaine vous permettra de cheminer parmi différents styles de musiques.Nous nous promènerons ainsi dans diverses régions de ce continent fascinant et varié : le Pérou, la Colombie, Cuba et l’Argentine. Un large éventail d’œuvres vous fera découvrir et partager la richesse, la vitalité et la grâce de ce répertoire original."

 

Ariel Alonso

 

Reprise du concert le mercredi 10 avril 2013 – 20h30
Eglise Sainte-Agnès, 9, avenue du général Leclerc 94700 Maisons-Alfort

Sans réservation, participation libre sur place

Chœur & Orchestre Sorbonne Universités

C. Saint-Saëns, Romance en ré bémol op. 37
F. Martin, Ballade pour flûte, orchestre et piano
J. Brahms, Nänie op.82
Schicksalslied op.54
C. Franck, Rébecca FWV 54

Céline Griboval, flûte
Lauréate du Concours « Jeunes Solistes de la Sorbonne »
Guillem Aubry, piano
Jessica Da Silva, soprano
Pascal Gourgand, baryton

Ariel Alonso, chef de chœur
Vincent Barthe, chef d’orchestre
Denis Rouger, direction

Partez à la découverte de trois magnifiques œuvres pour chœur et orchestre, bien souvent méconnues, tel l’oratorio biblique Rébecca et son fameux chœur des chameliers, injustement tombé dans l’oubli : « rien qui ne soit béatitude » (Joël-Marie Fauquet).

Organisé par le Chœur & Orchestre Sorbonne Universités.

Chœur Sorbonne Universités

Les chanteurs du Chœur de Sorbonne Universités vous invite à la découverte des œuvres de Lukacic (Panis angelicus, Ex ore infantium) Josipovic (Agnus Belli), Brahms (Fünf Gesänge opus 104 (n. 1 et 2), Waldesnacht), Reger (Nachtlied), Whitacre (Water night), Rheinberger (Abendlied), Daniel-Lesur (Six chansons de métiers) et Saint-Saëns (Samson et Dalila, « L’Aube qui blanchit déjà les côteaux »).

Chœur Sorbonne Universités

Copland | Whitacre | Ives | Dickau

Des couleurs pures et transparentes émanent de ce programme associant musique sacrée et profane. Vaste panorama du paysage musical américain moderne, il allie les œuvres de deux « pères » de la musique chorale du 20e siècle à celles de deux compositeurs contemporains plus rarement interprétés, Eric Whitacre et David Dickau.

Concert commenté par Philippe Cathé, musicologue

Chœur Sorbonne Universités
Ariel Alonso, direction

Chœur Sorbonne Universités

Chevallier | Sandström | Pärt | Jennefelt

Tel un patchwork, Gare(s) ! assemble plusieurs saynètes aux formes variées. Composée pour chœur a cappella par Denis Chevallier d’après les Exercices de style de Queneau, l’œuvre, commandée par le Chœur & Orchestre Sorbonne Universités, sera donnée en création mondiale. Le programme rendra aussi hommage à une Scandinavie contemporaine, au visage tour-à-tour contemplatif et dynamique.

Le concert sera précédé d’une avant-scène en présence du compositeur Denis Chevallier

Chœur Sorbonne Universités
Ariel Alonso, direction

Lien vers l’oeuvre de Denis Chevallier : ici

Chœur Sorbonne Universités - Brahms

Concert exceptionnel du Chœur Sorbonne Universités

Johannes Brahms, Ein deutsches Requiem, opus 45
Version piano à 4 mains

Ariel Alonso, direction


Véronique Housseau, soprano
Alejandro Gabor, baryton
Sandrine Joanne et Sylvie Lechevalier, piano

 


CONCERT CHOEUR ET ORCHESTRE

 
Vendredi 30 mars à 20h30
Église Saint-Eustache - Rue Rambuteau – Paris 1er

C. M. von Weber, Ouverture d’Obéron
M. Ravel, Ma Mère l’Oye
W. A. Mozart, Ave verum Corpus
F. Poulenc, Gloria

"Un programme placé sous le signe de la simplicité radieuse (Poulenc), de la féérie (Weber et Ravel), de l’esprit d’enfance et de la délicatesse (Ravel), mais aussi de la douceur et de la douleur contemplatives (Mozart). L’Ave Verum Corpus de Mozart en est la force centrifuge. Weber, Ravel et Poulenc ne sont-ils pas en effet, chacun à leur manière, les héritiers du Maître de Salzbourg ?"  
V. Barthe

Direction musicale : Vincent Barthe
Soliste : Bénédicte Hilbert, soprano
Chef de chœur : Ariel Alonso

Manifestation organisée avec le soutien du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur Sorbonne Université

Préventes à tarifs préférentiels  : 1 € étudiants/chômeurs/ groupes scolaires ; 5 € personnel PRES ; 10 € plein tarif.
Sur place : 5 € étudiants/chômeurs/ groupes scolaires ; 10 € personnel PRES ; 15 € plein tarif.

Concert de soutien à l’association « Vaincre l’AGU »

Une équation simple pour résoudre une maladie rare : Dons + Fonds pour la recherche = Traitement = Guérison
Vos dons nous aident à financer la recherche d’un traitement curatif.
Pour nous soutenir : venez nombreux !

Au programme :
- "Musique française de la Renaissance" par les Sorbonne Scholars. Direction Pierre Iselin, avec la participation de François Bonnet, luth.
- duo poétique Piano / Voix (dialogue entre piano classique et poésie contemporaine)
- Le groupe Julie & Moi
… et d’autres rencontres musicales !

Concert flûte et basson

Frédéric Billiet, directeur de l’UFR de Musique et musicologie de l’Université Paris-Sorbonne, invite Édith Delacroix et Odile Blandinieres, pour un hommage au compositeur Jean-Yves Bosseur.
Découvrez ce duo, rencontre de registres extrêmes et de deux musiciennes formées au plus haut niveau au Conservatoire National Supérieur de Musique à Paris et passionnées par la musique de leur temps.
Au programme, des œuvres de Jean Françaix (1912-1997), Ivan Bellocq (né en1958), Michel Lysight (né en 1958), Heitor Villa-Lobos (1887-1959) et Jean-Yves Bosseur (né en 1947). De ce dernier, l’ensemble interprétera notamment Deux hirondelles (2013).

CONCERT SORBONNE SCHOLARS

Vendredi 22 juin à 20h
Amphithéâtre Michelet

Les Scholars donneront un concert intitulé Musique des premiers Tudors, dans le cadre du « 7e colloque international consacré à Layamon », organisé par le Centre d’études médiévales anglaises de Paris-Sorbonne.

 

Accès au lieu : 46 rue St Jacques 75005 Paris.

Concert-Hommage au Professeur Serge Gut (1927-2014)

Concert organisée par Jean-Jacques Velly avec le soutien de la Présidence de l’Université de Paris-Sorbonne et de l’UFR de Musique et Musicologie.

Œuvres de Serge Gut, Debussy, Liszt, Wagner

Avec la participation de François Henry, Fumiko Sonégawa, Annabelle Cardron, Marion Gomar, Marie Soubestre,Viviane Waschbüsch, Régis Prudhomme.

Consultez le programme complet de la soirée.

Concert-Hommage / Sid Ahmed Serri et Kheireddine Sahbi, du maître au disciple.

Lynda-Nawel TEBBANI, doctorante en lettres et Redha Benabdallah, docteur en musicologie, tous deux de l’Université Paris-Sorbonne, organisent un concert-hommage à Kheireddine Sahbi, tué lors des attentats de Paris, le 13 novembre 2015 et à Sid Ahmed Serri, mort deux jours plus tard, à Alger, le 15 novembre. Face à ces peines partagées et une même douleur, nous avons décidé de nous réunir, amis, collègues, proches pour une soirée musicale afin de leur hommage et mémoire.

Le lieu de la Sorbonne s’explique, du fait que Kheireddine Sahbi y était étudiant comme d’autres victimes des attentats et que Sid Ahmed Serri y a fait l’un de ses derniers concerts parisiens. L’amphithéâtre Richelieu est pour nous tout un symbole, de savoir, d’études et surtout de lutte contre l’ignorance et l’obscurantisme loin de toutes différences religieuses et culturelles. La musique savante et le silence des instruments seront notre moyen de lutter avec vigueur et avec force.

Un hommage, en présence de la famille de Khereddine Sahbi et de plusieurs disciples de Sid Ahmed Serri, sera rendu, puis l’orchestre fera résonner une nawba madj maya-rasd addil que le maître Serri avait déjà exécuté et enregistré en cd.

Concert-lecture autour de Richard Wagner

Soirée d’ouverture du colloque « Wagner : 1913 et 2013, survivances et contrastes dans l’Europe musicale. »
Création mondiale d’une œuvre pour cordes de Michel Fischerinterprétée par le Choeur et Orchestre Sorbonne Universités

Le 22 mai 1813 naissait Richard Wagner. Pour commémorer cet anniversaire, le Choeur et Orchestre Sorbonne Universités, sous la direction de Vincent Barthe, donnera en création mondiale l’oeuvre pour cordes de Michel Fischer, enseignant-chercheur à l’Université Paris-Sorbonne, Aux invisibles plis d’un tissu d’accord d’après Richard Wagner, rêverie d’un poète français de Mallarmé.
Ce concert-lecture aura lieu en ouverture du colloque Richard Wagner, 1913-2013 : survivances et contrastes dans l’Europe musicale qui commencera le lendemain à la Fondation Singer-Polignac.

Concert-vernissage de l’exposition Regards

Oskar Lindberg, Stjarntandningen
Wilhelm Stenhammar, Tre Korvisor
Morten Lauridsen, O magnum Mysterium

Jean-Charles Dunand, direction

Le chœur en petite formation reprendra des œuvres du concert Musique nordique à l’occasion du vernissage de l’exposition Regards | Musique à l’UPMC. Les photos de Léo Andrés seront exposées à l’Atrium café tout au long du mois d’avril et à l’Espace vie étudiante au mois de mai.

Concours jeunes solistes de la Sorbonne

Musique de chambre par les lauréats du Concours Jeunes Solistes de la Sorbonne

Ernest Chausson, Andante et Allegro
Robert Schumann, Fantasiestücke
Johannes Brahms, Sonate N°1 op.120
Francis Poulenc, Sonate

Chaque année, ce concours initié par Sylvie Douche, est évalué par un jury de professionnels.

Edouard Ferlet - Think Bach métamorphose

Dans son remarquable dernier album Think Bach, Édouard Ferlet utilise la musique de Bach comme un point de départ à ses propositions artistiques. Le pianiste joue avec le maître baroque, visite et détourne son œuvre. Plus qu’une interprétation, il s’approprie certaines caractéristiques de cette écriture musicale ancienne pour servir une musique personnelle, neuve et avant-gardiste. Le résultat est réussi et magique.

De la même manière,les vidéastes Joachim Olaya et Axel Arno, issus du collectif Scale, utiliseront comme point de départ de la création visuelle la peinture qui domine la scène de l’amphithéâtre Richelieu, réalisée en 1894 par le peintre P.A.J. Dagnan-Bouveret. Ils la rendront vivante, la déconstruiront, l’enrichiront, la personnaliseront et exploreront de nouveaux axes de lecture pour en proposer une interprétation contemporaine.
La diffusion de ces images animées sur la toile se fera en temps réel et en parfaite harmonie avec le piano d’Édouard Ferlet. Une expérience musicale et visuelle sans précédent, où la beauté des arts traversera le temps.

Ensemble Calisto

L’ensemble Callisto est une formation instrumentale et vocale parisienne spécialisée dans le répertoire baroque. Créé en 2013, cet ensemble est le fruit de la rencontre entre de jeunes artistes passionnés de la musique du XVIIe et XVIIIe siècles, dont certains sont étudiants en Musique et Musicologie à l’université Paris-Sorbonne.
L’ensemble Callisto est composé de Camille Rancière (violon), Maria Krasnikova (soprano), Guillaume Haldenwang (clavecin), Baptiste Hamelin (viole de gambe).

Ensemble hautbois et bassons d’Eure-et-Loir

Au programme :

Henry Purcell, Didon et Énée (Ouverture - Banish Sorrow - Fear No Danger - To the Hills and the Vales - In Our Deep Vaulted Cell - Thanks to These Lonesome Vales)
Marc-Antoine Charpentier, David et Jonathas (Rigaudon et bourrée - menuet - gigue - prélude de l’acte IV - marche triomphante)

Direction artistique : Olivier Clémence

Le sujet tragique de ces deux opéras quasi contemporains (1689 pour Didon et Énée ; 1690 pour David et Jonathas) offre néanmoins des suites d’airs retranscrits pour bande de hautbois, dans lesquels s’imposent la subtilité et l’inventivité harmonique de ces deux grands compositeurs.

Ensemble Mélanges / Les Concerts de Midi

Un programme autour de la polyphonie d’Amérique du sud, où l’on découvrira notamment avec bonheur une pièce du trop méconnu et pourtant infiniment séduisant Carlos Guastavino.

Ensemble Mélanges

Ariel Alonso, direction

Alberto Ginastera, Hieremiae Prohetae Lamentationes / Eugenio Inchausti - Eduardo Ferraudi, Cuando muere el angelito / Ayton Escobar, Sabiá, coraçao de uma viola ./ Guillermo Graetzer, Quodlibet de canciones infantiles argentinas / Carlos Guastavino, Indianas (piano : Sylvie Lechevalier)

Organisé par Les Concerts de midi

Ensemble Pugnani, "Ces londoniens d’Autriche"

Programme :

Joseph Haydn, Divertimento n°1
Johann Christian Bach, Quatuor pour flûte, violon, alto et violoncelle
Wolfgang Amadeus Mozart, Quatuor n°27 pour hautbois, violon, alto et violoncelle
Ignas Pleyel, Quintette pour flûte, hautbois, violon, alto et violoncelle

Cette soirée est construite autour de ces compositeurs, maîtres de la
musique classique habitant ou ayant séjourné dans la capitale anglaise.

Ensemble Ruggieri

À l’invitation des Sorbonne Scholars, l’ensemble Ruggieri vous propose un programme original de trios à cordes et quatuors avec hautbois sur instruments anciens. La démarche qui anime ses membres, tous issus des meilleurs orchestres de musique ancienne, est de restituer au mieux la sonorité des musiques de Jadin, Krommer et Mozart.

Ensemble Stravanganza / “Folies d’Espagne” / Les Concerts de Midi

Ce programme constitue un savant mélange de la tradition musicale espagnole, mêlant à la fois composition savante et tradition populaire, comme dans La Follia, un des thèmes ayant rencontré le plus de succès dans l’histoire de la musique.

Bartolomé de Selma y Salvadere / Antonio de Cabezón / Marin Marais / Antonio Bertali / Arcangello Corelli

Avec Domitille Gilon, violon baroque / Ronald Martin Alonso, viole de gambe / Thibault Roussel, théorbe & guitare baroque / Thomas Soltani, clavecin

Organisé par Les Concerts de midi

Entre Europe et Extrême-Orient

 

Concert organisé dans le cadre du colloque « Extrême-Orient et Occident – Musique et Culture »

Œuvres musicales de Claude Debussy, Maurice Ravel, Louis Laloy, Albert Roussel, Armande de Polignac, Marguerite Canal, Jacques de la Presle, Siao Tai-Ran, Puccini, Mahler, folklore taïwanais.

Marie-Claire LEBLANC, soprano
Akiko HIRAI, soprano
Raffaele D’EREDITA, ténor
KIM Mi-Sung, violoncelle
Viviane WASCHBÜSCH, violon
Anastasie LEFEBVRE DE RIEU, flûte
Fumiko SONEGAWA, piano
Marion BOURDIER, piano
LIAO Hui-Chen, piano

 

Présentation : Jean-Jacques VELLY & LIAO Hui-Chen

Concert réalisé avec le soutien du Service culturel de Paris-Sorbonne, du Bureau de Représentation de Taipei en en France, de Taisun Foods & Marketing Co., Ltd., et de la Société Sanest.

Plus de renseignements sur le colloque : /les-actualites/colloques-et-conferences/tous-les-evenements/article/colloque-international-extreme

Es kommt ein Schiff

Chœur & Orchestre Sorbonne Universités
Grand Chœur de Paris-Sorbonne
Mathieu Gardon, baryton
Ariel Alonso et Jérôme Polack, chefs de chœur
Corinna Niemeyer, direction

Reger, Es kommt ein Schiff, geladen
Webern, Langsamer Satz
Tchaïkovski, Roméo et Juliette
Stanford, Songs of the fleet

Entre le beau choral de l’avent harmonisé par Reger et la splendide cantate marine de l’Irlandais Stanford, un panorama de la musique européenne à la même époque célèbre les derniers feux du romantisme.

Escale poésie et chanson

ESCALE POESIE ET CHANSON
Poètes, chanteurs et comédiens font escale, le temps d’une soirée aypique.

En présence des chanteurs Vanina Michel, Prince Roro et Laura Flane
Carte blanche poétique à la comédienne Alix Riemer
Lecture de leurs poèmes par les poètes Eric Dubois et Eric Sivry

Soirée organisée par Matthias Vincenot et l’association Poésie et Chanson Sorbonne

Escale poésie et chanson

Matthias Vincenot et l’association Poésie et Chanson Sorbonne convient poètes, chanteurs et comédiens pour deux soirées :

17 décembre : avec le comédien Claude Mercutio (photo) et le musicien Joël Favreau
19 décembre : avec le chanteur Mathieu Rosaz qui dira des textes de Pierre Louÿs, Prince Roro et Muriel Augry-Merlino

Escale poésie et chanson

Poètes, chanteurs et comédiens font escale le temps d’une soirée à part.
Avec les poètes Ira Feloukatzi et François-Xavier Maigre, et les chanteuses Céline Ollivier (photo) et Sophie Maurin ainsi que la comédienne Alix Bénézech, pour une carte blanche poétique.

Soirée organisée par Matthias Vincenot.

Escale poésie et chanson

Matthias Vincenot et l’association Poésie et Chanson Sorbonne convient poètes, chanteurs et comédiens pour deux soirées :

17 décembre : avec le comédien Claude Mercutio et le musicien Joël Favreau
19 décembre : avec Mathieu Rosaz (photo) qui dira des textes de Pierre Louÿs, Prince Roro et Muriel Augry-Merlino

Ester Pineda

Récital de piano commémoratif à l’occasion des 120 ans de la naissance de Federico Mompou.

La pianiste espagnole Ester Pineda interprétera des œuvres de Federico Mompou et Alexandre Scriabine.

Fanny Candéli

La fraîcheur de la variété sur la profondeur des mots. Fanny Candéli écrit en explorant la vie de tous les jours, celle de tout le monde, celle des émotions qu’on a enfouies.

Son chemin de mots n’est jamais une ligne droite. Elle aime les détours, y trouve d’autres parfums, d’autres sons, d’autres lumières.

Il y a toutes ses notes qui s’envolent au piano et se font l’écho de la musique des âmes. Elle chante pour dire « Suivez-moi, je connais un chemin, je connais un endroit, tenez, le voilà … ».

Extrait musical ici.

Fanny Candéli et Céline Pruvost

Partez à la découverte de deux jeunes auteurs-compositeurs-interprètes, dans l’écrin de l’amphithéâtre Richelieu.

Si Fanny Candéli s’attaque parfois à des thèmes universels comme l’amour, le pardon ou la fuite du temps, la tonalité n’est jamais tragique malgré l’émotion émanant de certains titres.
www.fanny-candeli.fr

Passionnée par l’alchimie des mots et de la musique, Céline Pruvost se définit comme une « chansonneuse-chercheuse ».
www.celinepruvost.com

Fantasque et noirceurs d’entre-deux-guerres

Plein de contrastes de styles et de couleurs, le programme que proposent Charlotte Labaki et François Lê entremêle l’univers fantasque de Francis Poulenc et les noirceurs de la musique de Kurt Weill. Après le fragile prélude d’Arthur Lourié (1908), deux des théâtraux Cabaret Songs (vol. 1, 1977) de William Bolcom sonnent comme un écho à la musique de cabaret de Weill et de Poulenc à venir.
Les Quatre Poèmes de Guillaume Apollinaire (1931) et les Métamorphoses (1943) représentent les goûts et la création musicale poétiques de Poulenc. À côté de ces mélodies extravagantes, les légères Quatre chansons pour enfants (1934) et l’acide Novelette (1958) dévoilent d’autres nuances du « mauvais garçon de Nogent », comme Poulenc aimait se décrire lui-même. Chopinata (1927) de Clément Doucet et Nothing doing – Le Tango des Fratellini (1920), extrait du célèbre Bœuf sur le Toit de Darius Milhaud transposé pour le piano par Henri Mouton, complètent cette image d’un Poulenc satyrique dans son milieu parisien.
Une face plus sombre du programme s’incarne en les musiques de cabaret de Weill. Le thème des amours glauques court parmi son œuvre, comme le montrent Surabaya Johnny (extrait de Happy End, 1927), Je ne t’aime pas (1934), Le grand Lustucru et Youkali (extraits de Marie Galante, 1934), ainsi que Nannas Lied (1939). L’amour est encore à l’honneur dans les Cabaret Songs (1937-1939) de Benjamin Britten ; mais tour à tour mystérieux, nocif, à sens unique et inaccessible, l’amour ainsi décrit ne laisse que questions et amertume.

Finale du concours Jeunes Solistes de la Sorbonne

Finale du Concours Jeunes Solistes de la Sorbonne 2013

Épreuves publiques - Venez nombreux pour encourager les candidats.

 

Historique du concours :
Afin de fournir aux jeunes instrumentistes et chanteurs, étudiants réguliers à l’UFR de Musique-Musicologie de l’Université Paris-Sorbonne la possibilité de se produire en solistes, avec orchestre ou en formation de chambre, un concours annuel fut fondé en 2008.
Il donne lieu à l’attribution de plusieurs Prix incluant des prix d’interprétation, mais aussi de Musicologie, car – c’est sans doute son originalité – ce concours s’adresse à des étudiants musicologues qui doivent savoir valoriser le répertoire dont ils s’emparent en tant qu’interprètes.
Co-organisé par l’UFR de Musique-Musicologie et le COSU, le Concours Jeunes Solistes de la Sorbonne se déroule en deux temps. Le premier tour s’effectue exclusivement sur dossiers, mais la Finale est publique et se tient au Centre de Clignancourt (salle 120) durant toute une journée (le 25 juin).
Le jury est constitué de sept membres au moins, avec pour moitié des personnalités reconnues du monde artistique, extérieures à l’Université. La Finale permet au public de prendre la mesure du talent musical des étudiants de la Sorbonne et cette découverte se prolonge dans l’année par les deux concerts organisés pour les lauréats (date à définir).

Flores de Musica

L’Ensemble Calisto présente un programme basé sur les œuvres des compositeurs portugais des deux siècles baroques. La musique savante, populaire, sacrée, profane ou de chambre ou improvisée dessine le visage contrasté et polymorphe de la musique baroque portugaise. Tantôt influencé par la culture italienne, tantôt par la musique française, la musique portugaise en est un mélange délicieux, teinté d’une influence espagnole. Œuvres de Teixeia, Almeida, Seixas, Te Y Sagau, Coelho et bien d’autres.

Présentation de Raphaelle Legrand, Professeur des Universités à l’UFR de Musique et Musicologie de Paris-Sorbonne.

François de Fossa (1775-1849), compositeur et guitariste

Présentation du compositeur catalan François de Fossa par Bruno Marlat, suivie d’un concert sur instruments anciens.

Au programme, Trio concertant op.18 pour guitare, violon et basse (violoncelle) en 4 mouvements par l’ensemble Adélaïde, Recuerdo à son ami Dionisio Aguado, et Grand duo pour 2 guitares tiré de l’œuvre de Joseph Haydn en cinq mouvements par le duo Tarantelle.

Organisé par le centre d’Études Catalanes avec le soutien du Service culturel de Paris-Sorbonne, les Amitiés Internationalees André Malraux (AIAM), l’APCCP et l’Institut Ramon Llull.

Grand choeur Sorbonne Universités

Daniel-Lesur, Six chansons de métiers
Jacques Chailley, J’ay vu la beauté dema mie
Olivier Messiaen, O Sacrum Convivium

Insula

Insula est un duo de jazz maghrébo-carribéen réunissant deux anciens étudiants de Paris-Sorbonne : le pianiste Maher Beauroy et le oudiste Redha Benabdallah. Ce concert offre l’occasion d’organiser un hommage à Frantz Fanon (1925-1961), né martiniquais et mort algérien, et de célébrer le parcours de ce grand intellectuel autour d’une conférence sur Frantz Fanon.

Organisé avec le soutien du Service culturel de Paris-Sorbonne.

Note : La conférence sur « Les héritages et les enjeux de la pensée de Frantz Fanon aujourd’hui » par la doctorante en littérature, Lynda-Nawel Tebbani, initialement prévue à 19h est annulée.
La soirée débutera à 20h par une présentation officielle par Olivier Fanon, le fils de Frantz Fanon, avant le concert.

Jesus Volt

Jesus Volt a marqué les esprits au printemps dernier avec son cinquième album, Vaya Con Dildo, réalisé par le producteur australien Mark Opitz (AC/DC, INXS, KISS…).
Un mélange explosif de guitares et de batteries puissantes qui a valu au groupe d’être choisi par ZZ TOP pour assurer leur première partie sur leur dernière tournée française.
Réputé pour ses concerts incendiaires riches en décibels, Jesus Volt profite de cette nouvelle date dans la capitale pour montrer une autre facette de sa musique et présenter un show plus intimiste tout en acoustique qui revient aux racines du Blues.

Jeu de motets

Concert de musique baroque

L’Ensemble Calisto propose son nouveau programme sur l’évolution du motet baroque et offre au spectateur la possibilité de découvrir une musique fraîche et spirituelle. Il valorise ce genre en proposant la découverte d’œuvres rares ou inédites d’Isabella Leonarda, Rosa Giacinta Badalla et André Campra.

Maria Krasnikova soprano - Vivien Steindler et Claudio Quadros – violon Baptiste Hamelin - viole de gambe Guillaume Haldenwang - clavecin

Organisé avec le soutien du FSDIE de Paris-Sorbonne.

 

Jeunes solistes de la Sorbonne

Récital de musique de chambre avec des oeuvres de Beethoven, Bach ou Wolf, par les lauréats du concours Jeunes solistes de la Sorbonne.

Afin de fournir aux jeunes instrumentistes et chanteurs, étudiants réguliers à l’UFR de Musique-Musicologie de l’Université Paris-Sorbonne la possibilité de se produire en solistes, avec orchestre ou en formation de chambre, un concours annuel fut fondé en 2008, co-organisé par l’UFR de Musique-Musicologie et le COSU. Il donne lieu à l’attribution de plusieurs Prix incluant des prix d’interprétation, mais aussi de Musicologie, car – c’est sans doute son originalité – ce concours s’adresse à des étudiants musicologues qui doivent savoir valoriser le répertoire dont ils s’emparent en tant qu’interprètes. Cette année, nous aurons le plaisir d’écouter Anna Schivazappa (mandoline), Edwin Fardini (baryton) et Guillem Aubry (piano).

Karine Deshayes / Les Concerts de Midi

On ne peut trouver plus belle adéquation entre la voix chaleureuse de la mezzo-soprano Karine Deshayes accompagnée par Sylvie Lechevalier, et le lyrisme à fleur de peau de ces mélodies espagnoles et argentines. Un pur moment de grâce !

Pablo Luna, extrait de la zarzuela El Niño judío / Enrique Granados, La Maja dolorosa / Manuel de Falla, Siete canciones popolares españolas / Carlos Guastavino, Mélodies et Canciones

Organisé par Les Concerts de midi

L’Académie de Musique de Paris

L’Académie de musique de Paris et ses 300 musiciens investissent la
scène du Cirque d’Hiver du 12 mai au 31 mai avec une oeuvre qui s’est
imposée au répertoire depuis sa création : Carmina Burana, de Carl Orff.

Carl Orff a composé les Carmina Burana en 1935-1936, à partir de 24
poèmes médiévaux, appelés aussi Chansons de Beuern. Ils réunissent des
chansons profanes en latin, en moyen et haut allemand et en très vieux
français, autour de thèmes comme la fortune et les plaisirs de l’alcool.

Cette œuvre vous est présentée dans une version chorégraphiée,
rehaussant son exubérance.

 

La clef des chants ensemble

CDC 2.0

La Choeur de la Clef des Chants Ensemble, mené par Benoît Reeves, investit l’amphithéâtre Richelieu, pour un nouvel attentat musical.

La clef des chants ensemble - De Scaramouche au Serengeti

LA CLEF DES CHANTS ENSEMBLE
De scaramouche au Serengeti

Direction :Benoît Reeves
Piano : Guray Basöl

Avec en première partie la chorale antillaise Shoublack.

Plus d’informations sur www.clefdeschants.fr

 

La Musique : le Langage du coeur

Le “Cosmopolitan Quartet” est un jeune quatuor à cordes londonien, fondé par quatre Françaises. Le quatuor jouera un programme comprenant des pièces liées à la thématique du colloque international „Significa néerlandaise et la critique précoce du Cercle de Vienne“ organisé à la Sorbonne du 25 au 27 novembre, ainsi que des pièces de l’école de Vienne des années 1920.

Organisé par le département d’Études Néerlandaises (UFR d’Études Germaniques et Nordiques de l‘Université Paris-Sorbonne), avec le soutien du Service culturel.

Contact pour le colloque : luc.bergmans@wanadoo.fr

Label Sorbonne

Le festival Label Sorbonne est un festival de musiques actuelles organisé par le Service culturel de l’université Paris-Sorbonne depuis 2010.
Il s’agit d’un tremplin musical pour les étudiants ou anciens étudiants des établissements Sorbonne Universités.
Il réunit chaque année des formations musicales aux répertoires variées telles que rock, jazz, folk, chanson française, hip-hop ou encore reggae. Cette année, trente groupes ou artistes ont postulé et les trois lauréats à se produire dans le cadre du festival sont : Métro Lutèce (Néo-guinguette exotique), Célosia (Rock alternatif/blues) et Seven Ages (Rock).

En 2014, Label Sorbonne entre dans le cadre des projets Sorbonne Universités et s’ouvre ainsi à plus d’établissements. De nouveaux partenaires permettent également le retour de l’événement pour un festival plus accessible (Sorbonne Universités), plus médiatisé (L’Etudiant Autonome et Radio Campus Paris), plus responsable (Avenir Santé) et plus professionnalisant (Beside Label).

Le festival se déroulera le 2 avril au Paris Paris Club, de 19h à 23h puis la fête continuera avec la programmation clubbing du Paris Paris !

Lagrime e balli

L’Ensemble Calisto propose un voyage musical au berceau de la musique baroque, l’Italie du XVIIe siècle.
Un style nouveau apparait alors, amenant de nouvelles idées et une nouvelle dramaturgie contribuant au foisonnement musical de l’époque.

Ce concert montrera la richesse, la profondeur et la diversité de cette musique à travers de madrigaux du "Nuove musiche" de Caccini, des "Scherzzi musicali" de Monteverdi, des extraits de la "Calisto’’ de Cavalli, de la splendide "Lagrime mie" de Strozzi ainsi que des superbes intermèdes instrumentaux.

Musiciens
Maria Krasnikova - soprano
Kaj Hamelin - violee
Fabricio Melo - luth, guitare baroque
Patrick Heilmann - clavecin
Claudio Quadros - percussions


L’orchestre vous ouvre ses portes !

Orchestre Sorbonne Universités
Corinna Niemeyer, direction

Plongez au cœur de l’orchestre : circulez parmi les musiciens et échangez avec eux, écoutez les instruments autrement et essayez-vous à la direction.
Une découverte des coulisses de la musique !

Le COSU fait sa rentrée !

Le COSU fait sa rentrée !
Présentation de saison

  1. Sandström, Det är en ros utsprungen
  2. Nielsen, Quintette à vents op. 43

Découvrez la saison 15-16 en compagnie d’Ariel Alonso (chef de chœur) et Vincent Barthe (chef d’orchestre). Profitez de moments musicaux offerts par nos jeunes musiciens et échangez avec eux autour d’un verre !

Événement Facebook :
https://www.facebook.com/events/833593656759490/

Les Concerts de midi

Sergueï Rachmaninov : 3 Préludes, 1 Etude-tableau, Vocalise
Boris Lyatoshinsky : Prelude en mémoire de Taras Shevchenko
Ivan Karabits : Deux Préludes
Valentine Silvestrov : Kitsch musique
Nikolaï Medtner : Trois contes
Roman Lopatinsky, piano

Les Concerts de midi

Poésie française : Apollinaire, Baudelaire, Verlaine, Milosz...
Standards de jazz : Duke Ellington, Count Basie, Quincy Jones...

Voice Messengers, Jazz vocal

Les Concerts de midi

Cycle « Musique : nom féminin » : Anne Destraël, mezzo soprano, et Sylvie Lechevalier, piano

Robert Schumann : extraits des Myrthen op. 25, extraits de Frauenliebe und –leben, A. v. Chamisso, op. 42
Clara Wieck-Schumann : extraits des 12 Gedichte aus F. Rückerts Liebesfrühling op. 37, extraits des Sechs lieder op.13
Alma Schindler-Mahler : extraits des Fünf Lieder
Gustav Mahler : extraits des cinq Rückert-Lieder

Organisateurs : Les Concerts de Midi

 

Les Concerts de midi

Cycle « Musique : nom féminin » : Ensemble Stravaganza

François Couperin : 4e Concert Royal
Elisabeth Jacquet de la Guerre (1665 – 1729) : Sonate I en rémineur pour violon, viole de gambe et basse-continue
Elisabeth Jacquet de la Guerre : 3e suite de clavecin en la mineur
François Couperin : 3e concert royal

Organisateurs : Les Concerts de Midi

Les Concerts de midi

Cycle « Musique : nom féminin » : Cécile Kubik, violon, et Flore Merlin, piano

Louise Farrenc : Sonate n°1, op.37 pour piano et violon
Robert Schumann : Deuxième Sonate pour piano et violon [Zweite grosse Sonate], op.121

Organisateurs : Les Concerts de Midi

Les Concerts de midi

Cycle « Musique : nom féminin » : Quator Voce

Fanny Mendelssohn : Quatuor à cordes en mi bémol majeur
Leoš Janáček : Quatuor à cordes n° 2, « Lettres intimes »

Organisateurs : Les Concerts de Midi

Les Concerts de midi

■ Wolfgang Amadeus Mozart : Rondo en la mineur, K. 511

■ Caroline Boissier-Butini : Variations sur deux airs languedociens en la mineur, Première sonate en sol mineur

■  Hélène de Montgeroult : Sonate en fa dièse mineur op. 5 n° 3

■  Ludwig van Beethoven : Rondo en do majeur, op. 51 n° 1

 

Edoardo TORBIANELLI, pianoforte

Organisateurs : Les concerts de midi

Les concerts de Midi

Aramis et Helio Monroy, violons / Philippe Botte et André-Marie Mazure, trompettes / Miguel Garcia, vihuela / Gilardo Mejia, guitarron

Les musiques du Mexique et le Mariachi : ambiance de fête assurée pour ce dernier concert !

L’importance du Mariachi est aujourd’hui reconnue comme en témoigne son inscription sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Événement présenté par Jean-Pierre Bartoli.

Violons Aramis et Helio Monroy Trompettes Philippe Botte et André-Marie Mazure Vihuela Miguel Garcia Guitarron Gilardo Mejia

 

Organisé par Les Concerts de midi.

LES CONCERTS DE MIDI - Brahms

Un chef d’œuvre magistral

Quatuor Assaï
Denis Pascal, piano

 
  • Johannes Brahms : Quintette pour piano et cordes en fa mineur op. 34

Note de programme :
Pendant les années 1860, installé à Vienne et se concentrant entièrement à son activité comme compositeur, Brahms produit un grand nombre d’œuvres de musique de chambre, dont ses deux Sextuors à cordes et ses deux Quatuors pour piano. Les circonstances complexes de création du Quintette avec piano témoignent de la place importante de l’œuvre dans l’évolution du compositeur. Il a tout d’abord été envisagé sous forme de quintette à cordes en 1862, en même temps que la 1ère Symphonie, laquelle n’a elle-même été achevée qu’en 1876. Au cours de son travail, Brahms a souvent montré des ébauches du quintette à ses amis, en particulier Joseph Joachim et Clara Schumann. Ceux-ci lui ont conseillé des remaniements. Il en est résulté une version en Sonate pour deux pianos (connue aujourd’hui sous le n° d’opus 34 bis). En 1864, sans doute insatisfait de cette version transitoire, Brahms en est arrivé à reprendre le projet pour Quintette pour piano et cordes.

Le modèle de Beethoven et de Schubert est évident. L’unité motivique est à l’exemple du premier, tel le motif de seconde qui s’étend sur l’œuvre entière. Quant au 2e mouvement, il reprend la poétique d’un lied de Schubert. En outre, le début du 4e mouvement commence par l’introduction fuguée à la manière de Beethoven, après l’apparition du thème allegro. Mais s’il est vrai que Brahms a suivi l’exemple des maîtres viennois, le traitement du timbre et du rythme, et l’originalité du traitement modal lui sont certainement propres.

Yuriko Shiraishi

LES CONCERTS DE MIDI - Copland, Barber, Gershwin

Nouveaux mondes pianistiques

David Lively, piano

  • Aaron Copland : Variations
  • Samuel Barber : Sonate pour piano op. 26
  • George Gershwin : Extraits du Songbook

Note de programme
Dans la première moitié du XXe siècle, l’Amérique devient une terre promise aux artistes où tout leur semble possible. Les plus grands compositeurs européens y retrouvaient la liberté d’expression et, déjà, des moyens que l’Europe ne permettait plus. Cependant, les jeunes musiciens américains allaient chercher dans notre Vieux continent les sources pour structurer leur langage et trouver leur voie. Ainsi, sous l’influence de Nadia Boulanger, c’est à Fontainebleau qu’Aaron Copland trouva les formes de son premier style, où un classicisme formel se mélange avec les éléments nouveaux du jazz. Par la suite, Copland s’intéressa à la technique sérielle. Les Variations pour piano, datées de 1930, représentent sa première approche du langage de Schoenberg et se situent à un moment de transition fondamental dans son œuvre.

Le musicien américain le plus connu en Europe en cette période fut sans doute George Gershwin. Sa collaboration avec Ira son frère à Broadway, en plein âge d’or de la comédie musicale, son symphonisme swing et son langage pianistique inspiré par le blues lui valurent une renommée mondiale. Ses célèbres Songs, issus de ses musicals figurent dans le répertoire des chanteurs classiques et jazz et leurs transcriptions pour piano restent parmi ses pages les plus appréciées.

Autour des années cinquante, Samuel Barber, en forte opposition au dodécaphonisme, s’inspire des idées néo-romantiques de Howard Hanson fondées sur le modèle tonal et un langage mélodique simple. Sa monumentale et spectaculaire Sonate pour piano fut exécutée en 1950 par Vladimir Horowitz, lequel en assura définitivement le succès non démenti depuis. Un grand moment de musique que propose ici David Lively : directement héritier de l’école bellifontaine de Nadia Boulanger et en même temps de la grande tradition fauréenne, Américain amoureux de la France, il est l’interprète idéal pour ce programme.

Raffaele d’Eredita

LES CONCERTS DE MIDI - Hahn, Saint-Saëns, Fauré, Debussy, Poulenc, Ravel

« La musique au défi des mots »

Xavier Le Maréchal, ténor
Yves Henry, piano

  • Reynaldo Hahn : A Chloris, D’une prison
  • Camille Saint-Saëns : Aimons-nous
  • Gabriel Fauré : Prison, Dans la forêt de septembre, En sourdine, Claire de lune, Le secret
  • Claude Debussy : Beau soir, Romance, Nuit d’étoiles
  • Francis Poulenc : Le bestiaire
  • Maurice Ravel : Histoires naturelles

Note de programme :
Le programme présenté retrace la création de trois générations de musiciens pour presque un demi-siècle de musique française – en cette Belle Époque qui correspond à l’apogée de la mélodie française. Dès ses origines la mélodie est le genre même où se défient la musique et les mots : en 1892, dans Aimons nous, Camille Saint-Saëns met en musique les vers qualifiés de « délicieux et incompréhensibles » de Théodore de Banville. Dans les mêmes années, Gabriel Fauré fait de la mélodie son genre de prédilection et se mesure aux plus grandes plumes, comme celle de Verlaine. Le travail sur la voix et l’écriture instrumentale y atteint une profondeur inégalée. En 1880, déjà doué d’un style original, Claude Debussy écrit les mélodies Beau soir et Nuit d’étoiles, pages techniquement très fines qui, certes, ne présentent pas encore la richesse d’atmosphères de la plus connue Romance, composée onze ans plus tard. À la lisière du XXe siècle, Reynaldo Hahn incarne la figure du pianiste chanteur de salon. D’une prison et la célèbre À Chloris présentent des lignes élégantes d’héritage massenetien empreintes d’une réelle émotion. Mais dans ce genre élu, la modernité radicale n’est jamais loin : en 1907, Maurice Ravel créée la salle Érard et dans une ambiance tumultueuse, Les Histoires Naturelles sur des textes de Jules Renard en choquant l’auditoire par le traitement prosodique et la forte connotation populaire. Dans ce sillage animalier et dans un style aphoristique accru, Francis Poulenc compose en 1919 son célèbre Le Bestiaire sur des poèmes de Guillaume Apollinaire, conclusion chronologique du parcours de ce concert. Faisant mine de s’effacer derrière les mots, l’un et l’autre magnifient le pouvoir de la musique.

Raffalele d’Eredita

LES CONCERTS DE MIDI - Herold, Schubert, Beethoven

Beethoven et ses contemporains I

Cécile Kubik, violon
Petra Matĕjová, piano

 

  • Ferdinand Herold : 2e sonate pour piano et violon
  • Franz Schubert : Sonate pour piano et violon en majeur, op. 136 n° 1, D 384
  • Ludwig van Beethoven : Sonate pour piano et violon n° 4, op. 23

Note de programme :
C’est un programme hors du commun que propose ce concert plongeant au cœur des premières décennies du XIXe siècle, plaçant, sous le prisme de la sonate pour piano et violon, les modèles viennois Beethoven et Schubert en regard de la figure française contemporaine de Ferdinand Herold.

Tout spécialement sortie de la Bibliothèque nationale de France pour ce récital, la rare Sonate n° 2 pour piano et violon de ce dernier révèle, outre une modernité surprenante, l’existence de partitions hexagonales aussi méconnues que remarquables, à cette époque marquée par l’hégémonie viennoise. Herold, lauréat du prestigieux Prix de Rome en 1812, célèbre pour ses ouvrages lyriques, fut en effet du petit nombre des compositeurs français à s’attaquer au genre de la sonate pour piano et violon en ce siècle naissant.

1801 pour la Sonate op. 23 de Beethoven, 1811 et 1816 respectivement pour celles d’Herold et de Schubert, toutes deux œuvres de musiciens de 19 ans : c’est à un regard inédit, à un instantané croisé sur ces compositeurs, qu’invitent les deux interprètes, sur instruments historiques, à travers une vision informée nourrie de leurs recherches doctorales.

Cécile Kubik

LES CONCERTS DE MIDI - Infante, Saint-Saëns, Mac Phee, Gershwin, Poulenc

Un tour du monde à deux pianos

Sylvie Lechevalier, piano
François-Marie Juskowiak, piano


  • Manuel Infante : Danses andalouses
  • Camille Saint-Saëns : Caprice arabe
  • Colin Mac Phee : Balinese Ceremonial Music
  • George Gershwin : Un américain à Paris
  • Francis Poulenc : L’Embarquement pour Cythère

 

Note de programme :
L’expression patrimoniale des uns est l’exotisme des autres. Dans ce programme, les deux pianistes jonglent avec des œuvres qui se sont voulues une trace d’expression identitaire et d’autres qui ont affiché la poétique de l’étranger. En somme, ce concert nous invite à un voyage sonore où se conjuguent identité et altérité…

Moins connu qu’Albeniz, Falla ou même Turina, Manuel Infante est le compositeur d’œuvres pour piano particulièrement séduisantes et caractéristiques. Passant sur l’autre rive de la Méditerranée, on trouve le fascinant Caprice arabe de Saint-Saëns, évocation étonnante des musiques populaires algériennes que le compositeur pouvait entendre depuis les fenêtres de sa maison d’Alger. Les pièces à deux pianos de Colin Mac Phee sont encore plus singulières : ethnomusicologue autant que compositeur, ce musicien réalise une notation de musique de gamelang d’un incroyable réalisme.

Après avoir traversé le Pacifique, les deux pianistes évoqueront la musique américaine, dans un bel effet de mise en abyme puisqu’il s’agit du célèbre Américain à Paris de Gershwin. Pour achever le périple, quoi de plus exemplaire que d’évoquer l’Embarquement pour Cythère de Watteau : cet exotisme absolu qu’est le rêve d’un ailleurs imaginaire. Le plus amusant de l’histoire, c’est que Poulenc a pensé aux guinguettes de Nogent-sur-Marne, la ville de villégiature et vert paradis de son enfance. Un tour du monde à deux pianos : une expérience musicale à ne pas rater !

Jean-Pierre Bartoli

LES CONCERTS DE MIDI - Liszt, Rachmaninoff

L’éloquence au piano

Maciej Pikulski, piano

 

  • Franz Liszt : 3 Sonnets de Pétrarque - La Campanella - Salve Maria, Paraphrase sur "I Lombardi" de Verdi - Venezia e Napoli : Tarentella
  • Sergueï Rachmaninoff : Prélude op. 25 n° 5 en sol mineur
    - Prélude op. 23 n° 4 en majeur - Etude-tableau op. 39 n° 3 en fa dièse mineur

Note de programme :
Ce concert illustre à la fois la communauté et le contraste de style entre Liszt et Rachmaninov. En choisissant de présenter des transcriptions de Liszt suivies de courtes pièces originales de Rachmaninov, Maciej Pikulski dessine pour nous le pont établi entre l’époque romantique et le XXe siècle. Les Trois Sonnets de Pétrarque ont été primitivement écrits par Liszt pour voix et piano. Passé maître dans l’art de la transcription, il choisit de les transformer en pièces pianistiques autonomes. L’on comprend aisément le projet : au piano seul, égaler la puissance d’expression que seule la voix semblait alors pouvoir détenir. Autre type d’adaptation pianistique, la Tarantella reprend des schémas originaux de la danse napolitaine. La Campanella est quant à elle une adaptation du célèbre finale du Deuxième Concerto pour violon du virtuose italien. Quant au Salve Maria, c’est cette fois une paraphrase sur l’opéra « I Lombardi » de Verdi. Capable de rivaliser la voix, l’opéra, le concerto orchestral, la danse populaire, Liszt montre qu’au piano tout est possible.

Successeurs de Liszt et de sa transcendante technique pianistique, Rachmaninov n’oublie pas pour autant le modèle de Chopin en particulier dans ses Préludes. Ses trois séries de Préludes (op. 3 no2, op. 23 et op. 32), constituant 24 pièces au total, correspondent aux 24 préludes op. 28 du compositeur polonais, mais leur écriture est aussi proche de celle de Liszt, par exemple l’op. 23 no5 avec son énergique marche. Au contraire, l’op. 23 no 4 affirme un caractère mélodieux typiquement slave. Enfin, la virtuosité lisztienne et le lyrisme mélancolique de Chopin semblent fusionner dans l’Étude-tableau op. 39 no3 : Rachmaninov montre que la synthèse est possible.

Yuriko Shiraishi

LES CONCERTS DE MIDI - Rachmaninoff

Un chef d’œuvre à découvrir

Raminta Neverdauskaite, piano
Godefroy Vujicic, violoncelle

- Sergueï Rachmaninoff  : Vocalise, op. 34 n° 14 -
Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur, op. 19

Note de programme
1901 fut pour Rachmaninoff, l’année d’un retour à la vie et d’un tournant de sa carrière. L’échec de sa Première symphonie, Op.13 en 1897 l’avait plongé dans une dépression dont il ne sortit que quatre ans plus tard grâce à l’énorme succès de son Deuxième concerto pour piano, op. 18. À partir de ce moment commencent pour lui les années d’épanouissement. Cette œuvre est créée peu de temps avant celle que nous avons programmée : la Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur, op. 19. Malgré son importance, cette dernière est hélas restée dans l’ombre de la notoriété de sa devancière. Créée par Brandukov, le dédicataire et Rachmaninoff lui-même au piano le 2 décembre 1901, cette sonate ressemble fort au concerto qui la précède. Ainsi, le premier mouvement de la sonate s’achève sur trois fermes accords, comme la fin du même mouvement du concerto, la magnifique ligne mélodique du troisième mouvement de la sonate qui fait penser à celle du deuxième mouvement du concerto, etc. Il y a également, dans le second mouvement, l’anticipation du passage rapide et nostalgique de la Rhapsodie sur un thème de Paganini pour piano et orchestre, composée plus tard en 1934. Mais par l’immensité de sa forme et la puissance du ton, cette sonate contient toutes les qualités des meilleures œuvres de son créateur, à commencer par une écriture pianistique impressionnante et un lyrisme à fleur de peau.

Duanduan Hao

LES CONCERTS DE MIDI - Ravel, Puccini, Webern

Premiers essais, premiers coups de maitre

Quatuor Voce

  • Maurice Ravel : Quatuor en fa majeur
  • Giacomo Puccini : Crisantemi
  • Anton Webern : Langsamer Satz

Note de programme
Trois quatuors composés à quinze ans de distance, trois jeunes compositeurs qui se confrontent à ce genre difficile, ce passionnant programme nous invite de plus à entendre ce qui s’écrit simultanément à Paris, Milan et Vienne au début du XXe siècle. Toute encore empreint de romantisme, le mouvement lent de Webern ne ressemble pas à ses œuvres ultérieures tournées vers la modernité. Il commence par une mélodie solennelle qui s’étend sur presque trois octaves et qui contraste avec le climax dramatique du milieu de la pièce. Ce point culminant, glacé, annonce ses œuvres de la période plus tardive.

La musique de chambre est rare dans le catalogue de Puccini. Par sa qualité, Crisantemi fait regretter qu’il n’en ait pas écrit davantage. Ce mouvement est construit sur deux thèmes : l’un est mélancolique et impressionne par son lyrisme contenu et le second, est plus expansif. Une partie du premier thème est réutilisée dans son opéra Manon Lescaut.

Dans son seul Quatuor, sa première œuvre d’importance, Ravel invente de toutes nouvelles sonorités bien qu’il écrive conformément au genre et qu’il adopte la forme cyclique, si fréquente chez ses aînés. Le plus marquant est l’extraordinaire diversité des climats expressifs. Après un premier mouvement d’un exquis raffinement, l’hispanisme affleure dans le deuxième avec ses effets polyrythmiques alors que le mouvement lent se déploie dans une subtile atmosphère nocturne. Le finale se développe vigouresuement en changeant ses mesures incessamment jusqu’à une conclusion magistrale.

Mariko Kiuchi

LES CONCERTS DE MIDI - Reicha, Beethoven

Beethoven et ses contemporains II

Amphithéâtre Richelieu – Université Paris-Sorbonne

Christophe Coin, violoncelle
Jean-Jacques Dünki, piano
Andres Gabetta, violon

 
  • Anton Reicha : Sonate pour pianoforte avec accompagnement de violon et violoncelle op. 40 en do - Quatre extraits des 36 fugues pour piano
  • Ludwig van Beethoven : Trio op. 1 n° 2 en sol majeur

Note de programme :
Antoine [Antonín] Reicha [Rejcha] (1770-1836) originaire de Bohême, naturalisé français en 1829, est l’une des grandes figures musicales européennes du début du XIXe siècle. À la fois compositeur, théoricien de la musique et pédagogue, il est aujourd’hui encore considéré comme l’un des esprits les plus brillants de son temps. Alors qu’il fréquente Beethoven son exact contemporain à Bonn dans les années 1790 et devient le disciple de Haydn, alors à l’apogée de sa renommée, à Vienne au début des années 1800, c’est à Paris que Reicha fait carrière dans le premier quart du XIXe siècle. Du 18 au 20 avril 2013, l’Université Paris-Sorbonne rend hommage à ce compositeur méconnu du grand public en organisant le premier colloque international consacré à la fois à ses travaux théoriques et à ses œuvres musicales. L’événement se tiendra dans des lieux aussi prestigieux que la Sorbonne, l’Ambassade de la République tchèque et le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, où Reicha enseigna aux plus grands compositeurs du siècle, parmi lesquels Berlioz, Franck ou Gounod. Dans le cadre de ce colloque, l’Association des Concerts de Midi consacre sa séance du 19 avril à la découverte de l’œuvre de Reicha à travers quelques-unes de ses Trente-six fugues pour le piano-forte publiées à Vienne en 1803, dont l’originalité, déjà soulignée à l’époque, frappe encore aujourd’hui. Sa Sonate pour le piano forte avec accompagnement de violon et de violoncelle opus 40 publiée à Vienne peu après sera donnée avec le Trio opus 1 n° 2 de Beethoven dont elle est presque contemporaine.

Louise Bernard de Raymond

LES CONCERTS DE MIDI - Wagner

Un concert lecture pour un anniversaire

Musiciens du CRR de Paris

 
  • Autour de Siegfried Idyll de Richard Wagner

Note de programme :
Richard Wagner a composé Siegfried Idyll comme un cadeau d’anniversaire à sa seconde épouse, Cosima, un an après la naissance de leur fils Siegfried en 1869. L’œuvre fut créée le 24 décembre 1870 par un petit orchestre de treize instrumentistes** sur les marches de la villa de Tribschen, résidence du couple Wagner dans le canton de Lucerne. A l’opposé des productions monumentales de Richard Wagner, Siegfried Idyll, est une page d’un indéfinissable charme qui exprime le tendre amour de Wagner pour la fille de Franz Liszt, Cosima. Le matin de ses trente-trois ans, Cosima se réveilla sur les sons délicats d’un petit orchestre de chambre composé de treize instrumentistes disposés sous ses fenêtres. On peut lire dans son journal : « Quand j’ouvris les yeux, j’entendis un son qui enfla, si bien que je ne pouvais plus croire à un rêve. De la musique retentissait, et quelle musique ! Quand ce fut fini, Richard vint jusqu’à moi avec les cinq enfants et déposa entre mes mains la partition de sa « Symphonie d’anniversaire ». J’étais en larmes, comme d’ailleurs toute la maisonnée. Richard avait installé l’orchestre sur les marches, consacrant ainsi à jamais notre Tribschen ! Tribschen-Idyll, ainsi le morceau est-il appelé. Après le petit-déjeuner, l’orchestre s’assembla de nouveau, et on répéta l’œuvre au rez-de-chaussée. Nous étions tous profondément émus. » A l’origine de cette partition, il y a d’abord un quatuor à cordes en mi majeur esquissé en 1864 dont plusieurs thèmes furent repris dans Siegfried Idyll et dont certains motifs apparaissent dans l’opéra Siegfried, troisième volet de la Tétralogie, tels les thèmes de « l’immortelle bien-aimée », le « Sommeil de Siegfried », le « Trésor du monde » (chanté par Brünnhilde dans l’opéra). Wagner a également introduit dans cette œuvre une petite berceuse « Schlaf, kindchen, Schlafe ! » (Dors, mon enfant, dors !), confiée au hautbois ainsi que le motif dit de « l’Oiseau » qui aurait été composé le lendemain de la naissance de son fils. C’est une œuvre intime, émouvante, qui au départ n’avait pas vocation à être publiée mais que Richard Wagner se résolut à éditer en raison de difficultés financières et d’en améliorer la diffusion en écrivant une version pour grand orchestre, Tribschen-Idyll, version originale, devenant Siegfried-Idyll pour orchestre symphonique.

Christine Henry

Les Concerts de midi : Bach, Mozart, Steffan, Beethoven

Wilhelm Friedemann Bach : Fantasia en mi mineur F21
Joseph Anton Steffan : Capriccio n° 3 en sol majeur
Wolfgang Amadeus Mozart : Fantasia KV 475 en do mineur
Ludwig van Beethoven : Sonate op.31 n°2 en ré mineur La Tempête

Edoardo Torbianelli, pianoforte

Edoardo Torbianelli est né à Trieste en Italie. Une fois diplômé en piano et clavecin dans sa ville natale, il poursuit ses études à la Scuola di Alto Perfezionamento Musicale dei Filarmonicià Torino (I), au Koninklijk Vlaams Muziekconservatotium à Anvers (B), et au Barabants Conservatorium de Tillburg (NL). Parmi ses maîtres, Jean Fassina (Paris), Jos van Immerseel et Jacques de Tiège (Anvers).

Son intérêt pour les techniques de représentations historiques, surtout des périodes romantique et classique l’ont conduit à jouer sur des instruments historiques et mit au contact de ressources didactiques et esthétiques des xviiieet xixesiècles. On lui permet également l’accès à des enregistrements du début du xxe siècle de concerts de la dernière génération de musiciens du milieu du xviiie siècle.

Artiste à succès, Edoardo Torbianelli assiste à de nombreux festivals prestigieux en Europe. Il enregistre diverses œuvres chez des labels variés : Harmonia Mundi, Pan Classics, Phaedra, Gramola, Amadeus, dont deux ont étées récompensées d’un Diapason d’Or. La production de Liszt and the violinchez Gramola avec le violoniste autrichien Thomas Albertus Imberger a été récompensée d’un diplôme d’honneur par la Hungarian Liszt Society pour le Grand Prix du Disque 2012.

Comme enseignant Torbianelli travaille d’abord au Koninklijk Vlaams ConservatoriumAntwerpende de 1993 à 1998. Depuis, il enseigne le piano historique, la musique de chambre et les techniques de performance scénique des périodes romantique et classique à la Schola Cantorum Basiliensisde Bâle (CH).

Il rejoint la Hochschule der Künstede Berne (CH) en 2008 comme enseignant dans ces mêmes disciplines, tout en coordonnant un projet de recherche sur les techniques, l’esthétique et la didactique du piano entre 1800 et 1850. Il est régulièrement invité en tant qu’enseignant dans diverses institutions musicales en Europe ainsi qu’en Colombie (Amérique du Sud).

Note de programme 

Au milieu du xviiie siècle, la pratique de l’improvisation par les organistes et clavecinistes s’installe au cœur d’une préoccupation grandissante : celle qui désire dévoiler l’immédiateté du geste créateur. Contemporaine de l’apologie de l’esquisse, que Diderot préfère au tableau fini, la fascination des musiciens pour la pratique de la fantaisie pour clavier (ou caprice) – genre improvisé devant le public ou noté sur partition en cherchant à retrouver par l’écriture la même liberté – vante le dépassement des bornes usuelles du bon goût et de la norme. La fantaisie laisse ainsi libre cours à l’expression du génie et se moque des convenances. Se souvenant de l’ancien Stylus phantasticus, Jean-Sébastien Bach montre l’exemple dans sa célèbre Fantaisie chromatique et fugue. Ses fils, en particulier Wilhem Friedemann et Carl Philipp Emanuel, exploitent à leur tour cette veine. Le programme d’Edoardo Torbianelli nous fait ainsi découvrir l’art fantasque de l’aîné des fils Bach, suivi de l’insolite troisième Capriccio de Josef Anton Steffan (ou Stepan) tout empreint de séduction mélodique. Les deux autres compositeurs de ce récital nous sont beaucoup plus connus : la célèbre Fantaisie en do mineur de Mozart prend tout son sel ainsi replacé dans son contexte. Enfin, la Sonate« La tempête » de Beethoven montre comment, à l’orée du xixe siècle, son compositeur sut exploiter les ressources de la fantaisie pour sauver le genre de la sonate, alors en recherche d’un second souffle.

Jean-Pierre Bartoli

Les Concerts de midi : Récital de mélodies

Georges Bizet, Charles Gounod, Henri Duparc, Léo Delibes, Henri Tomasi : Récital de mélodies

Karine Deshayes, mezzo-soprano
Johan Farjot, piano

Chaque œuvre sera présentée par Jean-Pierre Bartoli, Professeur d’Histoire de la Musique et Musicologie, et Président des Concerts de midi.

Note de programme :

C’est une occasion unique celle qui nous propose Karine Deshayes, dont la carrière est aujourd’hui l’une des plus resplendissantes dans le firmament du théâtre lyrique. L’occasion de nous laisser ravir par la chaleur de sa voix et transporter en pleine Méditerranée.
A travers un choix de mélodies qui tracent le fil rouge de la tradition musicale française d’inspiration méditerranéenne. La délicate intimité des mélodies de Gounod, l’originalité et la veine géniale de Bizet, se rencontrent avec l’exotisme sensuel de Delibes, compositeur qui pressentit stylistiquement le passage aux sonorités vagues et aux harmonies évocatrices de la Belle-Epoque et des poètes symbolistes.
Ainsi la vague méditerranéenne s’achève à travers les notes essentielles et riches de symboles ancestraux de Henri Tomasi, artiste qui a su exprimer mieux que tout autre la complexe simplicité et la poésie rude du paysage corse.

Raffaele D’Eredità

Les Concerts de midi : Schubert, Reicha

Franz Schubert : Quatuor D. 804 en la mineur Rosamunde
Anton Reicha : Quatuor op. 90 n° 2 en sol majeur

QUATUOR ARDEO  :
Carole Petitdemange, violon
Olivia Hughes, violon
Lea Boesch, alto
Joëlle Martinez, violoncelle

Depuis une dizaine d’années, un étonnant phénomène se manifeste dans les milieux du quatuor à cordes. Ardeo, fondé en 2001 est l’ensemble qui monte… Plusieurs prix internationaux – Concours Internationaux de Quatuor à Cordes de Bordeaux, de Moscou, Premio Paolo Borciani, Concours International de Musique de Chambre de Melbourne – récompensent ses qualités exceptionnelles. Longtemps et fidèlement soutenu par Mécénat Musical Société Générale, le quatuor, en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2008 et chez Pro-Quartet depuis 2010, a déjà foulé les plus grandes scènes parisiennes – La Cité de la Musique, le Musée d’Orsay, le Théâtre du Châtelet, le centre Georges Pompidou et les grands festivals en France et à l’étranger – Festival de Radio France de Montpellier, les Folles Journées, "Aspects" de Caen, les Jacobins de Toulouse, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Beethovenfestspiel de Bonn, les festivals de Kuhmo-Finlande, Davos (Suisse) et Lockenhaus (Autriche), le Schleswig-Holstein Musikfestival, IMS Prussia Cove…

Ardeo partage régulièrement la scène avec Bertrand Chamayou, Renaud Capuçon, Henri Demarquette, Alain Meunier, Mario Brunello, Andrei Korobeinikov et collabore étroitement avec le pianiste David Kadouch et le clarinettiste Reto Bieri. Les quatre jeunes femmes s’attaquent de front à tous les répertoires, avec des incursions dans la musique d’aujourd’hui. Du tempérament, de l’intégrité, un jeu inspiré et puissant, le quatuor qui aura bientôt 12 ans s’affirme comme un des plus prometteurs de sa génération.

Note de programme

Les deux œuvres que nous propose le Quatuor Ardeo furent composées au début de la décennie 1820, dans la pure tradition du quatuor viennois façonné par Haydn et Mozart. Alors que Schubert, maître incontesté du Lied, n’a jamais réellement quitté la capitale de l’Empire d’Autriche, le compositeur et théoricien Antoine Reicha (1770-1836) est un musicien cosmopolite. Avec près de quarante quatuors composés à Vienne ou à Paris, ce français d’adoption se place aux côtés de son élève George Onslow comme l’un des grands représentants de la musique de chambre en France sous la Restauration. Le Quatuor opus 90 n° 2 de Reicha, composé vers 1819, s’inscrit pleinement dans le sillage des quatuors de son maître Haydn. Après une courte introduction, le premier mouvement, Allegro scherzando, nous annonce un quatuor pétri d’un humour haydnien. Si le quatuor à cordes est bien la conversation entre amis que l’on décrit couramment à l’époque, alors les quatre amis de l’Opus 90 n° 2 de Reicha nous promettent un dialogue animé et facétieux ! Le caractère sombre du célèbre Quatuor Rosamunde de Schubert (1824) est à l’opposé de la luminosité du quatuor de Reicha. Pour la première fois, l’univers du Lied imprègne la musique de chambre du compositeur. Schubert cite des œuvres antérieures – la musique de scène composée pour la pièce Rosamunde, ainsi que le Lied « die GötterGriechenlands » – comme il le fera avec le Quatuor La jeune fille et la mort. Mais plus encore, l’accompagnement de la mélodie du violon dans le premier mouvement rappelle les motifs de l’eau ou du rouet des Lieder, signes de la nostalgie du temps révolu. Témoin d’une époque douloureuse pour Schubert, le Quatuor Rosamunde n’est plus le lieu d’une conversation à quatre, il semble nous parler d’une seule voix, celle de son compositeur.

Louise Bernard de Raymond

Les leçons de Ténèbres - In memoriam

La Direction de la vie étudiante et le Service Culturel de l’Université Paris-Sorbonne proposent une méditation visuelle et musicale en Sorbonne dans l’amphithéâtre Richelieu pour célébrer la mémoire des victimes du 13 novembre 2015.

Il s’agit d’une œuvre créée par deux universitaires et artistes – le compositeur Jean-Baptiste Médard et le photographe Jean-Pierre Bertin-Maghit – réunis par le musicologue Frédéric Billiet pour donner une version contemporaine de la Deuxième Leçon de ténèbres de François Couperin (1668-1733). Sur le texte des Lamentations de Jérémie, introduites par les lettres hébraïques (Vau, Zain, Heth, Teth), les cierges étaient alors éteints un par un pour plonger l’élise dans l’obscurité. La lumière et les ténèbres, comme la vie et la mort, dialoguent dans les photographies de Jean-Pierre Bertin-Maghit comme dans cette suite de pièces musicales baroques et contemporaines que servent la luminosité des aigus de la voix de Luanda Sequeira et le timbre sombre des graves de la viole de gambe de Ronald Alonso.

Ce moment de partage des images, des sons et des silences sera dédié aux victimes et à leurs proches.

Les lundis de la chanson

Le festival corrézien DécOUVRIR fait escale au Vingtième Théâtre, avec quelques-uns des artistes, poètes, chanteurs et comédiens qui s’y sont produits.

Résolument à part, ce festival rarissime, signalé par France Inter et qui a récemment célébré son dixième anniversaire, croise poésie et chanson, univers et styles, dans un esprit d’ouverture et de découverte.

 

Avec Fabienne THIBEAULT, Hervé CRISTIANI, Jean-Louis MASSOT, Antoine COESENS, Eric GUILLETON, Emilie MARSH, TOMISLAV et Maurice LESTIEUX.

 

Les lundis de la chanson sont organisés par Edito Musiques.

Les petites formes du COSU

Les étudiants du Chœur & Orchestre Sorbonne Universités vous invitent à de petits concerts de musique de chambre et autres intermèdes musicaux.

Wolfgang Amadeus Mozart, Quintette en sol mineur K. 516 (extrait)
Johannes Brahms, Quintette pour clarinette et cordes en si mineur op. 115 (extrait)
A. Bonetto, Quatuor sans Do

Les petites formes du COSU

Les étudiants du Chœur & Orchestre Sorbonne Universités vous invitent à de petits concerts de musique de chambre et autres intermèdes musicaux.

Igor Stravinsky, L’Histoire du Soldat (suite de 1919) (extraits)
Johannes Brahms, Quatuor avec piano, op. 60 (extraits)
David Popper, Requiem pour 3 violoncelles et piano, op. 66
Johannes Brahms, Trio op. 114 (extraits)
Sergueï Rachmaninov, Vocalise op. 34 n°14

Litanies

Quatrième représentation de la fiction dramatique et musicale écrite par Georges Guillard avec des musiques et des textes originaux de Jehan Alain.

Litanies

La représentation est dédiée à la mémoire de Marie-Claire Alain, l’illustre organiste, petite sœur de Jehan, disparue le 27 février dernier.

avec le Quatuor à cordes (Marie-Hélène Clausse, 1er violon), Vera Nikitine à l’orgue, la Chorale du collège Notre-Dame de Sion (professeur Lorraine Prigent) et les chanteurs et acteurs de la Camerata Saint-Louis de Paris (Direction Georges Guillard)

Marie miresse del monde

Mon cuer mon ame, ensemble de musique médiévale

Angélique Greuter, chant - Elisabeth Neyses, chant - Marie Verstraete, vièle et flûte à bec

Au Moyen Âge, Marie intervient dans la vie de tous les jours, au travers des plantes qui soignent ou lorsqu’il faut résoudre un problème. Nombreux sont les récits, les chansons, les motets qui témoignent de sa proximité. Au cœur de ce spectacle musical, un Miracle de Gautier de Coincy, Les deux rivales  : une femme trompée par son mari demande à Marie de la venger. Mais la Vierge lui apparaît pour lui signifier qu’elle ne fera rien contre la maîtresse car celle-ci la sert avec constance…

Deux recueils contenant légendes et chants de dévotion à la Vierge sont à la base de ce programme : les célèbres Miracles de Notre Dame de Gautier de Coincy, du xiiie siècle, et un manuscrit anonyme du xive siècle appelé Rosarius. Ce dernier comprend, en plus des chants et textes de louange, une sorte de petite encyclopédie. Il donne en début de chaque chapitre la description d’une plante, d’un animal ou d’une chose et de ses vertus, pour attribuer ensuite ces mêmes qualités à Marie, véritable miresse (médecin) du corps et de l’âme.

 * * * *

Étudiante en musicologie, Angélique Greuter élabore ce programme sous la direction d’Isabelle Ragnard, Maître de conférences à Paris – Sorbonne Universités. Ce concert, accompagné d’un mémoire de recherches, entre dans la validation de son Master Professionnel d’Interprétation de la Musique Médiévale.

 

Molada, la naissance

Concert participatif en famille

Jasser Haj Youssef, violon, viole d’amour
Simone Kermes, soprano
Jasser Haj Youssef Ensemble

Orchestre de chambre de Paris
Chœur Sorbonne Universités
Chœur Variatio
Chœur d’enfants de la filière voix du Conservatoire du 18ème arrondissement

Invité à se produire aux côtés de l’Orchestre de chambre de Paris, le Chœur Sorbonne Universités chantera dans la grande salle de la Philharmonie de Paris à l’occasion du concert participatif dédié à Jasser Haj Youssef.

Coproduction Orchestre de chambre de Paris, Philharmonie de Paris

Musique liturgique russe

Concert du chœur russe de Paris Znamenie, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya

Avec des œuvres de Rachmaninoff, Gretchaninoff, Tchesnokoff

Musiques & Cinéma à l’université

Journée d’études et concerts au Centre Clignancourt

Avec le parrainage de Gabriel Yared

Mardi 12 mai de 9h à 17h30 - Journée d’études
Animée par Florian Guilloux et Philippe Cathé, musicologues
Concert de chambre - 12h30

Concert du Chœur & Orchestre Sorbonne Universités - 19h30
Daniel-Lesur, Cantique des cantiques
1.
Morricone, Mission
2.
Rota, Danses du Guépard, Le Parrain
3.
Williams,Superman 1, Harry Potter, La liste de Schindler, 1941, Star Wars 

Ariel Alonso, chef des chœurs
Vincent Barthe, direction

Concert de chambre et journée d’études en entrée libre sur inscription obligatoire ici : http://www.culture.paris-sorbonne.fr/cosu 

Grand concert de 19h30 : Préventes 5€ | 12€ | 16€ - Sur place 8€ | 15€ | 20€
Préventes ici : http://www.culture.paris-sorbonne.fr/cosu 

Musiques espagnoles et anglaises au temps de l’Armada (1588)

Débat musical entre l’Angleterre d’Elizabeth I et l’Espagne de Philippe II, le luth et la vihuela, sur fond d’un conflit historique, et d’une publication importée d’Italie, Musica Transalpina.

Œuvres de Byrd, Ferrabosco, Weelkes, Dowland, Morley, et Ortiz, Cabezon, Morale, Guerrero, Victoria.

Sorbonne Scholars Pierre Iselin Direction

Musiques espagnoles et anglaises au temps de l’Armada (1588)

Débat musical entre l’Angleterre d’Elizabeth I et l’Espagne de Philippe II, le luth et la vihuela, sur fond d’un conflit historique, et d’une publication importée d’Italie, Musica Transalpina.

Œuvres de Byrd, Ferrabosco, Weelkes, Dowland, Morley, et Ortiz, Cabezon, Morale, Guerrero, Victoria.

Sorbonne Scholars Pierre Iselin Direction

Orphée et Eurydice

Orphée et Eurydice de C. W. Gluck (1714-1787)
Opéra
(version avec piano)

Le mythe d’Orphée a inspiré de nombreuses œuvres lyriques. L’ensemble vocal Largentière vous propose de découvrir la version de Berlioz, qui a remanié en 1845 l’Orphée et Eurydice de Gluck. Comme les dieux des Champs-Élysées et les spectres des Enfers, « laissez-vous toucher par les larmes » du célèbre chanteur et joueur de lyre, et assistez à ses retrouvailles avec sa défunte bien-aimée Eurydice, dans une mise en scène signée Mariette Dhée et sous la direction musicale d’Anne-Sophie Pernet.

Organisateur de l’événement : Ensemble vocal Largentière (avec le concours du Service culturel de Paris Sorbonne)


Par nature, par béquare et par bémol – Rabelais en musique

Dans le cadre du colloque international "Inextinguible Rabelais", venez assister au concert des Sorbonne Scholars, sous la direction de Pierre Iselin, avec la participation de la soprano Anne Delafosse.

Pause-musique

Profitez d’un moment privilégié de partage et de détente ! Trio, quatuor et autres ensembles de l’Orchestre Sorbonne Universités vous invitent à des concerts de musique de chambre et autres intermèdes musicaux sur la pause déjeuner.

Organisateurs : Chœur & Orchestre Sorbonne Universités

Pause-musique

Profitez d’un moment privilégié de partage et de détente ! Trio, quatuor et autres ensembles de l’Orchestre Sorbonne Universités vous invitent à des concerts de musique de chambre et autres intermèdes musicaux sur la pause déjeuner

 Organisateurs : Chœur & Orchestre Sorbonne Universités

 

Pause-musique

Profitez d’un moment privilégié de partage et de détente ! Trio, quatuor et autres ensembles de l’Orchestre Sorbonne Universités vous invitent à des concerts de musique de chambre et intermèdes musicaux sur la pause déjeuner.

Présences féminines

Dans le cadre des Journées des femmes à Sorbonne Universités

Les femmes ont chanté de tout temps, en tout lieu, en toute circonstance. Souvent contraintes de ne s’exprimer que dans l’espace restreint de l’univers domestique, leur très importante production de romances et mélodies mérite amplement d’être mise en valeur. A travers une sélection d’oeuvres de compositrices de divers pays, les jeunes artistes Raquel Camarinha, soprano portugaise et le pianiste Yoan Héreau vous convient à la découverte de ces surprenantes et trop peu connues voix de femmes.

Mélodies et Lieder

Avec la soprano Raquel Camarinha et le pianiste Yoan Héreau

Oeuvres de :

Hélène de Montgeroult (1764-1836)
Fanny Hensel-Mendelssohn (1805-1847)
Lili Boulanger (1893-1918)
Kaija Saariaho (1952)
Alma Schindler-Mahler (1879-1964)
Amy Beach (1867-1944)

Programme

Hélène de Montgeroult (1764-1836)
Six nocturnes
1. Non so dir
2. Dormia sul margine
3. Ad altro laccio

Fanny Hensel-Mendelssohn (1805-1847)
Sechs Lieder, op.9
1. Die Ersehnte
2. Ferne
3. Der Rosenkranz
4. Die frühen Gräber
5. Der Maiabend
6. Der Mainacht

Lili Boulanger (1893-1918)
Clairières dans le Ciel
1. Si tout ceci n’est qu’un pauvre rêve
2. Nous nous aimerons tant
3. Les lilas qui avaient fleuri"

Kaija Saariaho (1952)
Leino Songs
1. Sua katselen 2. Sydän 3. Ruaha 4. Iltarukous
Alma Schindler-Mahler (1879-1964)
Lieder
1. Die stille Stadt
2. Waldseligkeit
3. Erntelied

Amy Beach (1867-1944) Three Shakespeare Songs
1. O Mistress mine
2. Take, o take those lips away
3. Fairy Lullaby

La soprano portugaise Raquel Camarinha est née à Braga en 1986.

Ayant obtenu un 1er Prix de Chant avec les félicitations du Jury en 2004, elle termine en 2009 sa Licence à l’Université de Aveiro, Portugal. En 2011 elle obtient son Master de Chant au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris, avec mention Très Bien, dans la classe de Chantal Mathias, puis en 2013 les Diplômes d’Artiste Interprète « Chant » et « Répertoire Contemporain et Création ».

Lauréate de plusieurs concours nationaux et internationaux, Raquel Camarinha a remporté en 2013 le 1er Prix ainsi que le Prix du Public au 3ème Concours International de Chant Baroque de Froville. En 2011 elle a remporté le 1er prix au Concours National de Chant Luísa Todi, au Portugal et le Prix de Meilleur Interprète Féminin à l’Armel Opera Competition, en Hongrie, ainsi que le Prix de Duo Chant-Piano au Vie Concours International de Chant-Piano Nadia et Lili Boulanger avec le pianiste Satoshi Kubo.

Son répertoire s’étend du Baroque au Contemporain. Sur scène, Raquel Camarinha a interprété entre autres Pamina (Die Zauberflöte), Zerlina (D.Giovanni), Morgana (Alcina) et Eurilla (Orlando Paladino, Haydn – Théâtre du Châtelet). En concert, elle a interprété nombreuses œuvres de Bach, Haydn et Mozart, ainsi qu’ Etymo de Francesconi, la 3ème Symphonie de Gorecki, 4ème Symphonie de Mahler, Carmina Burana, de Orff et Stabat Mater de Pärt. Curieuse du nouveau répertoire, elle a fait des nombreuses créations, notamment deux opéras de Luís Tinoco, Evil Machines (2008) et Paint Me (2010), ainsi que la création de la version de chambre de La Passion de Simone de K. Saariaho.

Dans la saison 2013-2014, Raquel Camarinha interpète Donna Fulvia dans La Pietra del Paragone de Rossini au Théâtre du Châtelet, à Paris, La Voix Humaine de Poulenc, et se produit aux Festivals Melos-Ethos (Bratislava), Music Gardens (Varsovie), Messiaen (Pays de la Meije), entre autres.

 

 

Après un cursus complet auxconservatoires de Nantes, Boulogne Billancourt et Lille, Yoan Héreau intègre la classe de Direction de Chant d’Erika Guiomar (Licence avec mention Très bien en juin 2011) et celle d’Accompagnement Vocal d’Anne Le Bozec au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (Master avec mention Très bien à l’unanimité en juin 2013). 
Il est actuellement accompagnateur de la classe de Lied de Stephan Genz au CNSMDP et chef de chant au Conservatoire du 9e arrondissement de Paris (classe de Jacques Calatayud), ainsi que sur diverses productions ou il collabore avec des chefs tels que Daniel Harding ou Marc Minkovsky.
Il se produit lors de nombreux concerts en soliste ou en musique de chambre et plus particulièrement aux côtés de chanteurs comme Robert Expert, Till Fechner et François Le Roux.

Prix Georges Moustaki

Le Prix Georges Moustaki a été fondé en 2010 par Thierry Cadet et Matthias Vincenot. Il récompense l’artiste indépendant et/ou autoproduit de l’année, pour les auteurs, compositeurs et interprètes (ou groupes) sans distinction de style.
Cette quatrième édition sera présidée par Clarika et parrainée par Cyril Mokaiesh.

Les 7 artistes sélectionnés pour cette finale interpréteront chacun deux titres. Vous pouvez retrouver la liste des artistes sur le site officiel du Prix Moustaki (www.prixgeorgesmoustaki.com)
Un jury de professionnels désigne le Prix Georges Moustaki, et un Prix du public sera également décerné lors de cette soirée.

Le Prix Georges Moustaki est organisé avec l’association Poésie et Chanson Sorbonne, avec le soutien du Service culturel de l’Université, et La Scène du Balcon, dans le cadre d’Une Saison de lecture dans le 2ème arrondissement de Paris, avec le soutien de la Mairie du 2ème arrondissement, de la Ville de Paris et de la Région Ile-de-France.

 

Prix Georges Moustaki

Le Prix Moustaki, fondé en 2010 par Thierry Cadet et Matthias Vincenot, récompense l’artiste indépendant et/ou autoproduit de l’année, pour les auteurs, compositeurs et interprètes (ou groupes) sans distinction de styles.

Cette cinquième édition sera présidée par présidée par Rose et parrainée par Archimède.

Les artistes sélectionnés pour cette finale interpréteront chacun deux titres et un jury de professionnels désignera le prix Moustaki. Un Prix du public sera également décerné.

Retrouvez la liste des finalistes sur www.prixgeorgesmoustaki.com

Organisé par l’association Poésie et Chanson Sorbonne, avec le soutien du Service culturel de l’université Paris-Sorbonne.

Quatuor Voce / Ouverture de la saison des Concerts de midi

Cette année les Concerts de midi mettent le cap au sud ! Pour l’ouverture de la saison, le talentueux Quatuor Voce nous invite au voyage, de Séville à Rio de Janeiro, en passant par Madrid.

Sarah Dayan, violon / Cécile Roubin, violon / Guillaume Becker, alto / Lydia Shelley, violoncelle / avec la participation de Liat Cohen, guitare

Joaquín Turina, La Oración del torero / Heitor Villa-Lobos, Quatuor n° 5 / Luigi Boccherini, Quintette n° 4 avec guitare

Organisé par Les Concerts de midi

Qui a dit musique "clasique" ?

Odipus et Philéa sont deux jeunes ensembles de musiciens issus de parcours universitaires divers, qui se sont formés pour partager leur amour de la musique de chambre et de son répertoire parfois si injustement méconnu. De l’Allemagne romantique de Mendelssohn à la modernité surprenante de Ligeti et Hindemith, en trio avec piano et quintette à vents, ils vous proposent un concert éclectique afin de transmettre à tous la richesse et l’énergie de ces grandes pièces

Organisé avec le concours du Service culturel de Paris-Sorbonne.

RAMON - Chansons et poèmes

Outre la musique, la poésie a toujours été présente dans l’oeuvre de Raimon. Le chanteur a mis en musique des poèmes de nombreux auteurs de référence de la littérature catalane.

Récital « Carte blanche » des lauréats du Concours Jeunes Solistes de la Sorbonne

Chaque année le Concours Jeunes Solistes de la Sorbonne récompense des étudiants musiciens et leur offre l’opportunité de se produire en récital seul ou à plusieurs. En 2014, une violoncelliste, Faustine Charles, et deux pianistes, Sylvain Haderlé et Gaspard Martin, furent primés. Ils ont imaginé donner le meilleur d’eux-mêmes dans un programme éclectique balayant les XIXe et XXe siècles franco-allemands, non sans une escapade en Argentine (avec un tango de Piazzola par exemple).

Organisé par Sylvie Douche et l’UFR de Musique & Musicologie de Paris-Sorbonne

Récital du Concours Jeunes Solistes Sorbonne Universités

Récital du Concours Jeunes Solistes Sorbonne Universités
Redécorer la chambre (saxophone and co.)

Lauréate du Concours Jeunes Solistes de la Sorbonne 2015, Noa Mick et quelques de ses amis musiciens (pianiste, percussionniste et autres saxophonistes) nous invitent à un itinéraire de découverte du répertoire de musique de chambre avec saxophone. Chaque instrument y a sa place. Le programme fait une large place à la musique contemporaine (XXe et XXIe siècle), à ses différents modes de jeux, à son alchimie sonore, ainsi qu’à ses horizons déroutants.
Au programme, des œuvres de Paul Méfano, Simone Movio, Luis Naon, François Rossé, Christian Lauba et Alexandre Glazounov.

Noa Mick, saxophone

Nicky Purser piano
Quentin Darricau saxophone
Don-Paul Kahl saxophones
Kay Zhang saxophone
Aurélien Perdreau percussion

Crédit photographique : Kathleen Rippert

Soirée Ray Charles : Carte blanche à Stéphane Chausse

Stéphane Chausse : Saxophone, Ewi, Clarinette
André Ceccarelli : Batterie
Diego Imbert : Contrebasse
Benoît Sourisse : Orgue et B3

Clarinettiste, saxophoniste et flûtiste, Stéphane Chausse est diplômé du Conservatoire de Nice et a effectué sa classe de Jazz au Conservatoire
National Supérieur de Paris.
Il s’est produit avec l’Orchestre National de Paris, le Symphonique Européen et a été sollicité par de nombreux orchestres de jazz
parmi lesquels le Paris Jazz Big-band, Jean-Pierre Como Quartet, Hervé Sellin Tentet, Michel Legrand Big-band.
Stéphane Chausse a joué et travaillé aux côtés d’artistes tels que Quincy Jones, Claude Nougaro, Clark Terry, Benny Golson, Diana Krall, Natalie Cole et le génial Ray Charles dont il revisitera le répertoire, entouré par les plus grands musiciens de jazz, ayant pour objectif un vrai mélange de génération. 

Sorbonne Live

Sorbonne live, le tremplin musical des musiques actuelles de Paris-Sorbonne soutenu par Sorbonne Universités, est de retour ! Quatre groupes, dont au moins un membre est ou a été étudiant de cette COMUE, interpréteront un set live original sur la grande scène de FGO-Barbara. Plusieurs prix seront décernés dont celui du Jury (composé de professionnels de la musique) et celui du Public lors d’un vote qui aura lieu au cours de la soirée.

Organisé par le Service culturel de Paris-Sorbonne et des étudiants du Master d’administration et gestion de la Musique, en partenariat avec le centre musical FGO-Barbara.

SORBONNE SCHOLARS

Direction Pierre Iselin
Avec la participation de François Bonnet, luth

Les Sorbonne Scholars est un ensemble vocal et instrumental spécialisé dans le répertoire de la Renaissance, et notamment la musique anglaise de l’époque élisabéthaine.

Sorbonne Scholars

« Musique sacrée à l’aube du baroque allemand : Heinrich Schütz et ses prédécesseurs » (Gabrieli, Monteverdi, Hassler, Schein et Scheidt)

Sorbonne Scholars

« Musique sacrée à l’aube du baroque allemand : Heinrich Schütz et ses prédécesseurs » (Gabrieli, Monteverdi, Hassler, Schein et Scheidt)

Sous la direction de Pierre Iselin

Avec la participation de François Bonnet au théorbe

Concert organisé par Les Heures musicales de Saint-Roch

Sorbonne Scholars

"The Life of Words" : musique anglaise de William Byrd à John Dowland.

Sous la direction de Pierre Iselin.

Sorbonne Scholars

Rencontre de la polyphonie anglaise (carol, messe, anthem) et de la liturgie allemande de la Nativité à l’aube du baroque, avec le choral luthérien et l’oratorio naissant, aux échos si vénitiens.

Ce concert évoque Noël dans l’Angleterre d’Elisabeth Ière avec Tallis, Sheppard, Byrd et Holborne ; puis dans l’Allemagne du 17e avec Praetorius, Scheidt, Hassler et Schütz (l’Histoire de la Nativité). Les voix, souvent en double chœur, dialoguent avec une large formation instrumentale.

Les Sorbonne Scholars
Direction : Pierre Iselin

Organisé par l’Association d’études anglaises et l’Association d’études germaniques du Lycée Henri IV.

Sorbonne Scholars

Sorbonne Scholars

Oeuvres d’Asola, Tallis, Victoria, Dowland et Purcell.
Sous la direction de Pierre Iselin, avec la participation d’Anne Delafosse, soprano et de François Bonnet, luth.

Sorbonne Scholars

« La noise des batailles » : Musiques de guerre dans l’Europe de la Renaissance.
Œuvres de Isaac, Janequin, Werrecore, Pavodano, Banchieri, Gervaise, Scheidt, Gabrieli, Costeley, Byrd, Johnson, Guerrero.

Ensemble vocal et instrumental sous la direction de Pierre Iselin.
Avec la participation de François Bonnet, luth et percussion, du consort de violes et du
nouvel ensemble d’instruments à vent (cornets à bouquin,traverso, chalémies, dulcianes et saqueboutes).

Sorbonne Scholars

Les Sorbonne Scholars présentent un débat musical imaginaire entre l’Angleterre d’Elizabeth Ière et l’Espagne de Philippe II à la fin du 16e siècle. De la même façon que l’Armada reflète deux conceptions de la guerre sur les mers, la confrontation musicale met en évidence deux styles au service de deux cours royales aux traditions très différentes. Œuvres de Victoria, Cabezón, Guerrero, Henestrosa, Byrd et Holborne. Musique vocale et instrumentale avec des instruments d’époque. 

Ce concert propose un débat musical imaginaire entre l’Angleterre d’Elizabeth Ière et l’Espagne de Philippe II, mettant en évidence deux styles de musique au service de deux cours royales aux traditions très différentes. Musique vocale et instrumentale avec des instruments d’époque.

Les Sorbonne Scholars, direction Pierre Iselin.

Dans le cadre des 13es Journées de l’histoire de l’Europe.

 

 

 

 

 

Sorbonne Scholars

Hail ! Bright Cecilia, appelée également Ode to St. Cecilia, composée en 1692, connut un vif succès lors de sa création. Le concert consacré à Henry Purcell et à ses prédécesseurs immédiats, comportera des extraits de cette œuvre pour voix et orchestre, des pièces vocales (anthems, psaumes, magnificat) et des œuvres instrumentales (fantaisies, sonates en trio, et suites) interprétées sur instruments baroques.

Les Sorbonne Scholars
Direction Pierre Iselin

Sorbonne Scholars - Polyphonies Tudors

Les Sorbonne Scholars proposent Musique des Tudors : Polyphonie du 16e siècle à la chapelle royale d’Angleterre
avec le Spem in allium de Thomas Tallis, motet à 40 voix.

Concert présenté par l’Association d’Etudes Anglophones du Lycée Henri-IV

 

Sound of the sand

Pour célébrer les dix ans de Paris Sorbonne Abu Dhabi, le talentueux artiste émirati Jassim Mohammed interprètera des œuvres du patrimoine culturel des Emirats, illustrant la devise de l’université « un pont entre les civilisations ».

Organisé par les étudiants du Master « Performing arts management », en partenariat avec le Service culturel et le Master de gestion de la musique de Paris-Sorbonne, et avec le soutien du Collegium Musicæ.

Taiwan spotlight

Concert de musique traditionnelle chinoise 

Le projet Taiwan Spotlight organise des rencontres entre de jeunes artistes taïwanaise et des artistes français illustrant trois genres musicaux distincts (classique, traditionnel, jazz). Après le jazz en novembre 2014 et le classique en mars 2015, vous pourrez entendre un programme de musique traditionnelle qui évoquera la transformation de ce répertoire à travers les âges autour de l’instrument traditionnel : l’erhu qui s’approprie tous les répertoires musicaux, traditionnels, classiques jusqu’à la rencontre récente avec le Jazz.

T.S Lo Erhu Joe Hsieh Guitar

Organisé par Sorbonne Music Managers, l’UFR de Musique et Musicologie et le Master Administration et Gestion de la Musique de Paris-Sorbonne.

THE BIG BAND de Didier GORET

CINEJAZZ – SOIREE DE CLOTURE DU FESTIVAL

THE BIG BAND de Didier GORET

En clôture du Festival « Cinejazz », le Big Band de Didier Goret donnera un concert en forme d’hommage à la musique au cinéma ayant utilisé, de près ou de loin, le langage du jazz. Le programme sera constitué de thèmes, dont certains sont restés célèbres, issus de films réalisés sur un large panel d’époques (de 1934 à 2011).

Cinejazz est un festival international dédié au lien entre le cinéma et le jazz qui aura lieu du 20 au 30 novembre prochain à Paris et en banlieue. Il a pour ambition de donner au jazz une visibilité grâce à l’utilisation de l’image et de rassembler tous les types de publics autour de deux arts majeurs, le cinéma et la musique. Fortement novateur, il véhicule une image forte et qualitative, soutenue par la présence d’artistes reconnus et de jeunes talents qui s’associent à l’image pour leur création musicale.

Tarif réduit réservé aux étudiants et personnels de Paris-Sorbonne : 10€ (sur présentation d’un justificatif le soir-même).
Réservations : agenda-culturel@paris-sorbonne.fr / 01 40 46 33 72

Réservations externes, programmation et renseignements : http://www.cinejazzparis.org

Trio Henry / Les Concerts de Midi

Différents regards sur l’Espagne, au travers d’œuvres emblématiques de compositeurs français fascinés par les paysages ibériques : Chabrier profondément marqué par son séjour en terre andalouse, Ravel et l’évocation à la fois douloureuse et grinçante de la comédie espagnole, et Debussy qui rêve de Grenade qu’il n’a jamais visitée. Enfin le regard attendri de Granados sur son pays natal avec une œuvre de jeunesse rarement jouée, à découvrir avec bonheur.

Organisé par Les Concerts de midi

Venez chanter avec COSU !

J. Offenbach, La Belle Hélène (extraits)

Ariel Alonso et Vincent Barthe, direction

Vous aimez chanter ? Venez vous joindre aux musiciens du Chœur & Orchestre Sorbonne Universités le temps d’une soirée pour interpréter quelques-unes des pièces les plus réjouissantes de La Belle Hélène !

Venez chanter avec le COSU !

Chœur & Orchestre Sorbonne Universités
Ariel Alonso et Sébastien Taillard, direction

Daniel-Lesur, Chansons de Métiers
Les Savetiers | Le Veigneron | Les Charpentiers du Roi
Rimski-Korsakov, « Polonaise » de la Nuit de Noël

Vous aimez chanter ? Rejoignez le Chœur & Orchestre Sorbonne Universités le temps d’une soirée pour interpréter ensemble des œuvres de Daniel-Lesur et Rimski-Korsakov !

Venez chanter et jouer avec le COSU !

Haendel, Le Messie (extraits)

Ariel Alonso et Vincent Barthe, direction

Vous aimez chanter ? Venez vous joindre aux musiciens du Chœur & Orchestre Sorbonne Universités le temps d’une soirée pour interpréter les plus célèbres extraits du Messie !

Webern | Vaughan Williams

Sheng-Jung Ho, violon
Thomas Lauret, violon
Victoria Gaboune, alto
Victor Combe, violoncelle

Webern, Langsamer Satz
Vaughan Williams, Quatuor en do mineur
Vaughan Williams, Phantasy Quintet

Retrouvez nos jeunes musiciens le jeudi à la bibliothèque pour une pause-musique à l’heure du déjeuner !

Organisé par le Chœur & Orchestre Sorbonne Universités.

QUATUOR RENOIR

Au programme : Gabriel Fauré, Quatuor à cordes, op. 121 et Robert Schumann, Quatuor n° 1, op. 41.

LES CORRESPONDANCES

Au programme : Johannes Brahms, La Belle Maguelonne.

LA MUSIQUE DANS LES PUYS

Proposition de Paloma Gutiérrez del Arroyo,
étudiante du master Professionnel « Pratique de la Musique médiévale » de l´UFR Musique et Musicologie,
Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

 

Le XIIIe siècle était le théâtre d´une ébullition poétique et musicale qui favorisa la naissance des confréries connues comme puys, dans lesquelles des artistes de toutes origines partageaient leur création.

Ce concert recrée une soirée qui pourrait avoir eu lieu dans un puy du XIIIe siècle du Nord de la France, en proposant des musiques et des poèmes.

La cérémonie sera dirigée par le Prince du Puy, qui présentera les règles du concours et convoquera chacun des trouvères participants pour qu´il interprète son oeuvre, tout en lisant des textes originaux de l´époque, possiblement adaptés au français moderne. Douze chanteurs joueront le rôle d´once trouvères qui participèrent avec leur chansons dans un concours d´un puy, et du Prince du Puy, chargé du couronnement final des pièces lauréates. Ils seront accompagnés instrumentalement par l´ensemble Puy de sons d´autrefois, fondé en 2007 par un groupe international de musiciens (Espagne, Italie, États Unis) inspirés par l´exemple de ces confréries artistiques.

3ème Prix Georges Moustaki

FINALE ET REMISE DU PRIX GEORGES MOUSTAKI 2013 DE L’ALBUM INDEPENDANT ET/OU AUTOPRODUIT

Président d’honneur : Georges Moustaki
Président du Jury 2013 : Alexis HK
Deux Prix seront remis : Prix du Jury et Prix du Public.

Site officiel : www.prixgeorgesmoustaki.com

Les réservations pour le prix Moustaki sont closes. Le spectacle est complet.
La soirée sera retransmise en direct sur Internet : http://www.dailymotion.com/video/xx4y3k_prix-georges-moustaki-2013-la-finale-en-live_music#.USPIxWe5z-u.

FINALISTES DE L’EDITION 2013 : Aliose - Askehoug - La Jeanne - Luciole - Céline Ollivier - Scotch & Sofa - 3 Minutes sur Mer

LA MUSIQUE ANGLAISE ET AMÉRICAINE : DE LA RENAISSANCE À NOS JOURS...

 

 

 

 

 

 

Le programme du concert, alternant chants solos et ensembles, revisitera des compositeurs tels que Dowland, Purcell, Haëndel, Gibbons, Elgar, Britten, Vaughan Williams, Beach, Mechem, Rutter et Stanford.

Le concert comprend 8 chanteurs :
- sopranos : Andreea Cojoc et Morgane Kypriotti
- altos : Charlotte Planchou, Angéline Moizard et Bruno Kele-Baujard
- ténor : Martin Davout
- baryton : Guillaume Durand
- basse : Maxime Saïu.

 Ainsi que 3 pianistes accompagnateurs : Tristan Dunon-Bluteau, Elise Rabiller et Raphaël Laffont.

SORBONNE SCHOLARS

Concert " Musique sacrée à l’aube du baroque allemand : Heinrich Schütz et ses prédécesseurs "
Sous la direction de Pierre Iselin.

Avec la participation de François Bonnet au luth et au théorbe et de John Walthausen à l’orgue.

Libre participation aux frais

NEWSLETTER

Pour vous abonner à l’agenda et à la newsletter mensuelle, envoyez votre demande au Service Culturel :

Contacts

Le Service Culturel
1, rue Victor Cousin - 75 230 Paris Cedex 05
En Sorbonne, Galerie Claude Bernard, escalier i, rez-de-chaussée
Ouvert du lundi au vendredi : 9h-13h et 14h-17h

Au Centre Malesherbes, bureau A110 (en période de cours)
Permanence le mercredi : 9h-13h et 14h-17h

Au Centre Clignancourt, bureau E13 (en période de cours)
Permanences les mercredi et vendredi : 9h-13h et 14h-17h

www.culture.paris-sorbonne.fr
action-culturelle@paris-sorbonne.fr

Chef de service
Yann MIGOUBERT, PRAG

Adjoint au chef de service
Samuël MAHÉ - 01 40 46 33 72

Coordinatrice de projets
Céline RABAUD - 01 40 46 32 83

Responsable technique
Olivier JACQUET - 01 40 46 25 75