Separation
Newsletter
Partager sur : Facebook Twitter

Des écrivains face à la persécution, au massacre de masse et au génocide

20 février 2016

La journée d’études Des écrivains face à la persécution, au massacre de masse et au génocide se donne pour objectif d’interroger les écrits des auteurs (fictions, carnets, témoignages, pièces de théâtre) d’une part dans leur rapport à la réalité historique précise, notamment celle des régimes totalitaires nazi et communiste, et d’autre part dans le sens où elles ouvrent l’espace du débat éthique. Ce n’est pourtant pas pour porter un jugement qu’une œuvre d’art affirme son appartenance à une certaine littérature « engagée », mais surtout par son « dégagement », au sens où Levinas l’entend lorsqu’il parle d’un dégagement « en deçà ».

Si les comportements de résistance, d’accommodement ou de collaboration en régime de terreur ont donné lieu à de nombreuses études en histoire sociale, il existe à ce jour peu de travaux sur les stratégies proprement littéraires face à la persécution. C’est cette face de la planète littéraire que nous voudrions interroger, dans un premier temps sur des corpus russe, français et géorgien, avant d’élargir cette réflexion, lors d’un colloque international à venir, à d’autres aires culturelles concernées par ces questions au XXe siècle, en tout premier lieu l’Europe centrale. Cette journée d’étude est conçue comme une introduction méthodologique à ce vaste thème.

 

Informations pratiques

Lieu : Salle D 040, Maison de la recherche

28 rue Serpente 75006

Horaires : 9h30

Contact : Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr