Separation
Newsletter

EXPOSITIONS

Albert Coma Estadella, liens

L’univers de l’artiste catalan Albert Coma Estadella (Lleida, 1933-1991) témoigne, depuis les années 60, d’une volonté d’expérimentation sans cesse renouvelée. Son œuvre, dotée d’une forte composante de critique sociale, est imprégnée de poésie visuelle et montre la répression subie dans le pays, les objets trouvés, les matériaux pauvres, les réminiscences ancestrales, la précarité des situations, les rêves doux et tristes, les structures de plaques très structurées et la pureté de leurs lignes. 

Commissaires : Glòria Bosch et Josep Miquel García.

Organisé par le Centre d’Études Catalanes, en partenariat avec la Fundació Vilacasas de Barcelone et l’Institut Ramon Llull.

Barcelona 1974

Photographies de Bernard Plossu
Commissaire de l’exposition : Jacques Terrasa

Blessures de femmes

Dans le cadre des Journées des femmes à Sorbonne Universités

Venez découvrir l’exposition Blessures de femmes de la photographe Catherine Cabrol, pour soutenir la lutte contre les violences faites aux femmes

Chers objets

L’exposition Chers Objets présente le travail de dix-huit artistes diplômés de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (ENSBA) en 2014. Réunis par le collectif Tridécagone, après un appel à projet, les artistes exposés affichent une préoccupation commune pour l’objet dans tous ses états. Chers Objets envisage de multiples voies d’interprétations sur un sujet polymorphe par le biais de différents médiums : installations, photographies, sculptures, performances et vidéos.

Notre environnement quotidien est saturé d’objets qui peuvent nous rendre dépendants comme nous permettre de tisser du lien social ; nous offrir un bonheur illusoire aussi bien qu’un regard neuf sur les choses et les phénomènes qui nous entourent.

Conçue en deux temps, Chers Objets se dévoile dans l’espace patrimonial du Réfectoire des Cordeliers du 4 au 7 juin conférant aux oeuvres une dimension sacramentelle, tandis qu’un simulacre d’intérieur domestique est condensé dans l’espace Immanence du 13 au 28 juin.

Artistes exposés : 
Victoire Barbot / Clarissa Baumann / Io Burgard / Kim Farkas / Arthur Flechard / Louise Gügi / Kieran Jessel / Tarik Kiswanson / Paul Lahana / Martin Monchicourt / André Perfetti / Baptiste Rabichon / Kevin Rouillard / Louise Siffert / Victoire Thierrée / Chloé Tournoux / Florian Viel / Anne-Laure Wuillai
 
Les commissaires / le collectif Tridécagone : 
Tridécagone est un collectif de treize commissaires d’exposition fondé en 2014. Creuset d’individualités issues d’aires géographiques et de parcours intellectuels différents, ce collectif réfléchit aux enjeux de la société actuelle à travers le prisme de l’art contemporain.
Tridécagone se pense comme un laboratoire fondé sur l’échange et la découverte.
Dynamique et polymorphe, tel est le Tridécagone, figure unique de treize regards et réflexions sur l’art d’aujourd’hui.

Chaima Ben Haj Ali / Inès Bouaillon / Marie Brines / Julie Chateignon / Laure Chauvelot / Romy Hammond / Cybèle Mavrokordopoulo / Selma Muzet-Herrström / Laurens Otto / Alexandra Person / Alexandr Pevak / Jacques-Heinrich Toussaint / Chloé Richez

Visites guidées :
Accès libre et gratuit 
 
Jeudi 4 juin / 18h
Vendredi 5 juin / 18h
Samedi 6 juin / 14h 
Samedi 6 juin / 16h
Dimanche 7 juin / 14 h
Dimanche 7 juin / 16 h
 
Les événements : 
Tous les événements sont en accès libre et gratuit.
 
LE RÉFECTOIRE DES CORDELIERS : 
 
Mercredi 3 juin / à partir de 18h 
Vernissage
Cocktail d’inauguration ouvert à tous, en présence des artistes et des commissaires
La soirée sera ponctuée par des performances :
19h30 : Tempête dans un verre d’eau de Clarissa Baumann
20h30 : Interprétation pour agenda - Mai 2015, 1ère partie d’Anne-Laure Wuillai
Tout au long de la soirée : Le droit à la consolation, d’Arthur Flechard
 
Jeudi 4 juin / 20h

Performance musicale,  Interprétation pour agenda - Mai 2015, 2de partie d’Anne-Laure Wuillai

 
Jeudi 4 juin / 21h
"Lectures d’Objets" 
Les comédiennes Anna Rice, Theresa Berger et Selma Muzet Herrström liront des textes de George Perec, Jean Baudrillard et Sven Lütticken traitant du thème de l’objet.
 
Vendredi 5 juin / 19h30
Soirée projection « L’objet dans tous ses états »
En présence de Philippe-Alain Michaud, Conservateur, Chef du service cinéma au Musée national d’art moderne - Centre Pompidou
19h30 : Présentation de Phillippe-Alain Michaud
Hans RICHTER, Vormittagsspuk, 1928, 7’ (Distribution Light Cone)
Cycle de vidéos du CNAP (Centre national des arts plastiques)
Durée :
Alain BUBLEX, Vidéo Aérofiat prototype 2-1 Bouts d’essais, 04/1995, 12’, FNAC 96674
Saverio LUCARIELLO, Nomadisme glouton et boulimique, 1998, 2’20’’, FNAC 991031
Teun HOCKS, Lamp, 2002, 1’12’’, FNAC 08-404
DUNNE & RABY, All the Robots, 2007, 4’50’’, FNAC 08-731 (5)
 
Samedi 6 juin / 18 h 
L’Etrange Théâtre d’Erasme Atia et Samec Glue 
par la Compagnie en Carton (Marie Astier et Agnès Curel)
Ecrit à quatre mains, ce spectacle s’appuie sur des boniments du XIXe siècle et évolue peu à peu vers une rhétorique publicitaire familière au spectateur du XXIe siècle. A la jouissance de voir différemment un objet grâce au discours qui le présente succède une réflexion sur des enjeux sociétaux actuels, tels que la place de l’art ou de la femme dans le monde d’aujourd’hui.
 
Dimanche 7 juin / 17 h
Performance suivie d’un débat par le collectif YA+K
Durée de l’intervention : 1h30
Le collectif présentera la performance Objet (?) réalisée à l’aide d’une imprimante 3D.

Chers objets

L’exposition Chers Objets présente le travail de dix-huit artistes diplômés de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (ENSBA) en 2014. Réunis par le collectif Tridécagone, après un appel à projet, les artistes exposés affichent une préoccupation commune pour l’objet dans tous ses états. Chers Objets envisage de multiples voies d’interprétations sur un sujet polymorphe par le biais de différents médiums : installations, photographies, sculptures, performances et vidéos.

Notre environnement quotidien est saturé d’objets qui peuvent nous rendre dépendants comme nous permettre de tisser du lien social ; nous offrir un bonheur illusoire aussi bien qu’un regard neuf sur les choses et les phénomènes qui nous entourent.

Conçue en deux temps, Chers Objets se dévoile dans l’espace patrimonial du Réfectoire des Cordeliers du 4 au 7 juin conférant aux oeuvres une dimension sacramentelle, tandis qu’un simulacre d’intérieur domestique est condensé dans l’espace Immanence du 13 au 28 juin.

Artistes exposés : 
Victoire Barbot / Clarissa Baumann / Io Burgard / Kim Farkas / Arthur Flechard / Louise Gügi / Kieran Jessel / Tarik Kiswanson / Paul Lahana / Martin Monchicourt / André Perfetti / Baptiste Rabichon / Kevin Rouillard / Louise Siffert / Victoire Thierrée / Chloé Tournoux / Florian Viel / Anne-Laure Wuillai
 
Les commissaires / le collectif Tridécagone : 
Tridécagone est un collectif de treize commissaires d’exposition fondé en 2014. Creuset d’individualités issues d’aires géographiques et de parcours intellectuels différents, ce collectif réfléchit aux enjeux de la société actuelle à travers le prisme de l’art contemporain.
Tridécagone se pense comme un laboratoire fondé sur l’échange et la découverte.
Dynamique et polymorphe, tel est le Tridécagone, figure unique de treize regards et réflexions sur l’art d’aujourd’hui.

Chaima Ben Haj Ali / Inès Bouaillon / Marie Brines / Julie Chateignon / Laure Chauvelot / Romy Hammond / Cybèle Mavrokordopoulo / Selma Muzet-Herrström / Laurens Otto / Alexandra Person / Alexandr Pevak / Jacques-Heinrich Toussaint / Chloé Richez

Vendredi 12 juin / à partir de 18h
Vernissage
Cocktail d’inauguration ouvert à tous, en présence des artistes et des commissaires. 
Avec une performance de Louise Siffert. 
 
Samedi 13 juin / 13h-19h
Hospitalités 2015
Organisé par le réseau TRAM, le parcours d’art contemporain Hospitalités fera escale le 13 juin à Immanence, lors d’un parcours dans l’ouest parisien qui emmenera également les visiteurs à l’Espace Culturel Louis Vuitton et au cneia, à Chatou. 

13h : Avec la performance de Louise Siffert et Léo Gobin sur le dispositif de Louise Siffert. 

 
Dimanche 21 juin / à partir de 15 h
Fête de la musique
Avec la performance de Benjamin Effrati et Pierrick Dechaux sur le dispositif de Louise Siffert. 
Programme complet à venir. 
 
Dimanche 28 juin / à partir de 18 h 
Finissage 
Clap de fin, en présence des artistes et des commissaires 
Avec la performance de Romain Grateau sur le dispositif de Louise Siffert.

El periple del set

Le Centre d’Etudes Catalanes, en partenariat avec la Fundació Vila Casas et l’Institut Ramon Llull vous proposent

El periple del set
Une exposition du peintre Pere Bellés

Eugeni Forcano à Paris : 62/15

Présentation d’œuvres d’Eugeni Forcano, photographe catalan né en 1926.

Commissaire de l’exposition : Salvador Munrabà

Entrée libre

Exposition de l’atelier photo

L’atelier / Club Photo de Paris-Sorbonne présente les travaux de ses étudiants.

L’atelier est dirigé par le photogaphe Yann Datessen.

Gabriel Ramon, la cicatrice photographique

En 1982, Gabriel Ramon s’installe comme photographe à Palma de Majorque. 30 ans plus tard, ses boîtes de négatifs conservent l’empreinte des visages offerts à l’échange qu’est toujours un portrait.

Le Temps fait son œuvre sur le visage de Miquel qui s’est prêté durant 28 ans à l’exercice, puis sur le corps d’Arantxa, où le Temps et sa compagne, la Maladie, sont devenus cruels. La cicatrice photographique exposée ici – un choix du travail argentique, mais surtout des portraits au collodion humide – est parfois dérangeante ; mais elle fascine surtout par sa beauté.

Commissaire : Jacques Tarrasa.

Organisé par le Centre d’Études Catalanes, en partenariat avec l’Institut Ramon Llull.

Graffiti et Street Art européen

Remise de prix et démonstration à la suite du concours organisé par les étudiants du Master CIMER sur le thème "au-delà du mur".

En présence de l’artiste tchèque David Černý.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d’informations sur www.facebook.com/ConcoursGraffitiSorbonne

Helena Guàrdia i Francisco Sànchez - Paisatges intims

Le centre d’études catalanes présente une exposition réunissant les travaux de deux artistes andorrans, la photographe Helena Guardia et le peintre Francisco Lopez.

INTELLIGENTSIA Entre France et Russie, archives inédites du XXè siècle

Jaume XIFRA - Le portrait psychomorphe

Commissaire de l’exposition : Eliseu Trenc

Joan Jordà : Des bêtes, des hommes

 

Commissaire de l’exposition : Marie-Linda Ortega

Avec la participation de l’APCCP, la Fundació Congrés de Cultura Catalana et la Diputació de Barcelona.

Joan Rabascall - La leçon de peinture catalane

Artiste catalan dont les œuvres véhiculent toujours un message de critique sociale, Joan Rabascall, né en 1935, est considéré comme un des artistes les plus singuliers des « Catalans de Paris ». Depuis 1964 il a participé à de nombreuses d’expositions individuelles ou collectives en France, aux Etats-Unis ou au Japon. Il présente ici une série de neuf œuvres intitulée La leçon de peinture catalane, présentation détournée et ironique des normes traditionnelles de la peinture académique.

Commissaire : Eliseu Trenc.

Organisé par le Centre d’Études Catalanes, en partenariat avec l’Institut Ramon Llull et l’APCCP.

Joan Vilacasas à Paris : de la bohème à Yves Klein

En partenariat avec l’APCCP.
Commissaire de l’exposition : Àlex Mitrani.
À l’occasion de cette exposition, une table ronde sera organisée le mardi 20 mai à 17h avec Àlex Mitrani, Enric Casasses, Joan Josep Camacho.
Modératrice : Mònica Güell.

Josep Amat

Josep Amat (1901-1991) a été l’un des peintres réalistes les plus marquants de l’après-guerre en Catalogne. Disciple de Joaquim Mir, il se dégagea de son influence et trouva sa propre voie, avec une façon de peindre très caractéristique d’une forte personnalité. Né à Barcelone, il était fasciné par Paris, où il arriva pour la première fois dans les années trente, et où il reviendrait très souvent. La lumière, l’humidité des rues, les visites du peintre au Jeu de Paume, inspirèrent une série de tableaux que l’on pourra voir à l’occasion de cette exposition.
Commissaire : Miquel-Angel Codes Luna

Organisé par le Centre d’Études Catalanes, en partenariat avec la Fundació Amat de Barcelone et l’Institut Ramon Llull.

Josep Maria Garcia-Llort : fables géométriques

Hommage au peintre avant-gardiste catalan disparu en 2003.
Commissaire de l’exposition : Alex Mitrani.
En partenariat avec l’APCCP.

Journées Andorranes

Jordi Pantebre s’est initié à la photographie à l’âge de 11 ans avec son père Francesc Pantebre, et a suivi des études à l’Institut Français de la Photographie et de la Cinématographie de Paris et à l’Académie de Toulouse jusqu’en 1969.
En 2011, en guise d’hommage au cinquantième anniversaire de l’exercice de son métier, en collaboration avec le poète Andreu Escales, est paru le livre Estatges / Instatges, recoupant des images du cadre naturel d’Andorre accompagnées de textes poétiques.

Organisé par l’Ambassade de la Principauté d’Andorre et le Centre d’Études Catalanes, en partenariat avec l’Institut Ramon Llull.

La photographie performe

Commissaires : AGENCY et Pontbriand W.O.R.K.S.
Artistes : Éric BAUDELAIRE, Mohammed BOUROUISSA, Gohar DASHTI, Simon FUJIWARA, Joachim KOESTER, I-Chen KUO, Uriel ORLOW, et Christian PATTERSON

Comment la photographie agit-elle ? Comment est-elle un acte en devenir ? La photographie performe-t-elle ? Dans ce cas de figure, elle se réalise dans un espace-temps qui lui est propre et que nous partageons. La photographie déjà montre les corps dans le monde, elle permet de capter les micro-réalités de cette présence. Elle donne lieu à une archive vivante. Elle capte ce qui échappe au regard du quotidien, qui se laisse emparer par l’immédiateté des choses, les nécessités quotidiennes qui ne permettent pas au regard de se poser. La photographie interpelle le regard, le mobilise, focalise son intensité.

La photographie performative passe à travers les formes, comme le dit le mot performer. Il s’agit bien d’inventer de nouveaux parcours, de nouvelles traversées des temps présent, et de voir ce que le réel montre, comment il se manifeste, ce qu’il contient d’inusité, de merveilleux, de redoutable. Ainsi ce projet se décline-t-il sous plusieurs formes : photographies, installations, vidéos, et performances, et réunit-elle des artistes de différentes régions du monde.

En lien à la question de l’archive, la photographie documente et témoigne de l’Histoire. Mais elle incarne aussi la contemporanéité, les temps présents. Ce médium ne sert pas seulement à représenter le monde mais le transforme et l’influence. 

L’exposition rend hommage à l’artiste américain Allan Sekula (1951-2013) et emprunte son sous-titre à l’un de ses principaux textes. Sekula, en arpentant les mouvements sociaux les plus brulants de la fin du siècle a constitué une base d’archive inusitée. Privilégiant l’instantané et le détail, négligeant les protocoles et le spectaculaire, il réussit à donner à la photographie un élan de performativité qui échappe aux carcans idéologiques de l’Histoire.

Le collectif AGENCY, formé par les jeunes commissaires du Master 2 professionnel : « L’art contemporain et son exposition » (UFR Histoire de l’Art, Université Paris-Sorbonne), se base sur l’idée philosophique d’agentivité, soit sur notre capacité à agir sur le monde. Agency et la commissaire Chantal Pontbriand, Pontbriand W.O.R.K.S., professeur associé, sont co-commissaires de l’exposition. La démarche curatoriale de Pontbriand W.O.R.K.S. [We_Others and Myself_Research_Knowledge_Systems] s’appuie sur une approche pragmatiste, sur le travail en commun, le processus et l’investigation.

Agency réunit : Te-Jung Chen, Parand Danesh, Sophie Delhasse, Ana Iwataki, Marilona Kautzmann, Pierre-Alexandre Mateos, Marie-Claire d’Aligny, Raphaëlle Romain, Paola Soave, Lilit Sokhakyan, Charles Tessou, Marion Vasseur Raluy. Le Master 2 professionnel : « L’art contemporain et son exposition » est dirigé par Arnauld Pierre, professeur à l’Université Paris-Sorbonne. Barthélémy Jobert est Président de l’Université Paris-Sorbonne et Marianne Grivel, directrice de l’UFR d’Art et d’Archéologie. 

La Roumanie entre les lignes

L’association Cim & Co vous invite à découvrir, par la photographie, divers aspects de la culture roumaine, comme l’histoire, le cinéma, la religion ou encore la recherche d’un Bucarest perdu.

L’exposition sera présentée du 2 au 5 avril au centre universitaire Malesherbes, puis du 19 avril au 15 mai à l’Institut culturel roumain (1, rue de l’Exposition - 75007 Paris)

La violence au Mexique

Oeuvre de l’étudiante Ana Avila sur la guerre des cartels de la drogue au Mexique.

Là où nous sommes : regards sur l’Anthropocène

Liée à l’actualité internationale, l’exposition de jeunes artistes questionne notre regard sur l’environnement, environnement que nous influençons jour après jour.

Que dire de cette influence ? Que retenir de notre modernité ?

Organisé par Marcel (association étudiante pour l’histoire de l’art de Paris-Sorbonne) en partenariat avec la Direction de la Vie Etudiante de l’UPMC

Le COSU s’expose à l’UPMC !

(Re-)Découvrez l’exposition Regards | Musique du photographe Léo Andrés et son travail sur le COSU : portraits d’étudiants et prises de vue des coulisses et des concerts… Ses photos seront exposées à l’UPMC du 4 avril au 29 avril à l’Atrium café et du 2 mai au 27 mai à l’Espace vie étudiante.

Organisé par l’Université Pierre et Marie Curie et le Chœur & Orchestre Sorbonne Universités.

Le Goethe se met à nu

Le Goethe se met à nu
Rencontre littéraire – Exposition

Comment écrire le corps ? Venez débattre autour de cette question lors d’une rencontre littéraire franco-allemande avec Mathieu Riboulet (Entre les deux il n’y a rien, Éditions Verdier, août 2015) et David Wagner (En vie, à paraître aux Éditions Piranha). La rencontre sera animée par Alban Lefranc. Une exposition de jeunes artistes franco-allemands aura lieu dans la bibliothèque afin de prolonger la discussion autour d’un verre.

Organisé par les étudiants du master MEGEN de Paris-Sorbonne, en partenariat avec l’Institut Goethe.

Le Misteri d’Elx entre ciel et mer

A travers des photographies accompagnées de textes, huit étudiants inscrits en Master à Paris-Sorbonne font partager leur découverte du Misteri d’Elx, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, et des rapports qu’il entretient avec le patrimoine naturel et culturel de sa région.

Le Misteri d’Elx est une représentation assomptionniste d’origine médiévale intégralement chantée, qui raconte la mort, les funérailles et le couronnement de la Vierge. L’exposition en déploie les diverses facettes, visibles ou secrètes : éclairages sur l’inscription du Misteri dans un cycle de célébrations dédié à la statue de la Vierge patronne de la cité, mais aussi dans un contexte traversé de distinctions et de tensions sociales ; aperçu sur l’envers du décor, sur les mécanismes et machineries qui font la magie de la pièce ; liens entre le Misteri et la mer, notamment le tout proche port de Santa Pola, ainsi qu’entre le Misteri, la Vierge et la célèbre palmeraie de la ville, également classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

En contrepoint de panneaux illustrant et expliquant ces différents aspects, l’exposition propose aux visiteurs des « regards sur... » le Misteri d’Elx, sous la forme de textes subjectifs rédigés par les participants.

Exposition réalisée avec le soutien du FSDIE « Aide aux projets » de Paris-Sorbonne.

Le Misteri d’Elx entre ciel et mer

A travers des photographies accompagnées de textes, huit étudiants inscrits en Master à Paris-Sorbonne font partager leur découverte du Misteri d’Elx, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, et des rapports qu’il entretient avec le patrimoine naturel et culturel de sa région.

Le Misteri d’Elx est une représentation assomptionniste d’origine médiévale intégralement chantée, qui raconte la mort, les funérailles et le couronnement de la Vierge. L’exposition en déploie les diverses facettes, visibles ou secrètes : éclairages sur l’inscription du Misteri dans un cycle de célébrations dédié à la statue de la Vierge patronne de la cité, mais aussi dans un contexte traversé de distinctions et de tensions sociales ; aperçu sur l’envers du décor, sur les mécanismes et machineries qui font la magie de la pièce ; liens entre le Misteri et la mer, notamment le tout proche port de Santa Pola, ainsi qu’entre le Misteri, la Vierge et la célèbre palmeraie de la ville, également classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

En contrepoint de panneaux illustrant et expliquant ces différents aspects, l’exposition propose aux visiteurs des « regards sur... » le Misteri d’Elx, sous la forme de textes subjectifs rédigés par les participants.

Exposition réalisée avec le soutien du FSDIE « Aide aux projets » de Paris-Sorbonne.

Lumière sur la Sierra Prod

Lumière sur… La Sierra Prod !

Exposition / rencontre

L’association Sierra Prod a pour objet de lutter contre l’isolement social, culturel et éducatif que trop souvent la ville engendre dans ses quartiers en périphérie. Epaulés par des professionnels, des jeunes vont à la rencontre d’autres habitants moins jeunes pour réaliser des documentaires, des portraits photographiques ou des chansons sur leur histoire, leur quotidien, leur quartier. Les liens se nouent tandis que les œuvres se construisent ensemble.

Organisateurs : le Service Culturel de l’université Paris-Sorbonne en partenariat avec la Sierra Prod ;

Made in Balears - Photographes internationaux dans les îles

Le Centre d’Etudes Catalanes vous invite à l’exposition, en partenariat avec L’universitat Les Illes Balears et l’Institut Ramon Llull (langues et cultures catalanes)

Made in Balears. Fotògrafs internacionals a les Illes /Made in Balears. Photographes internationaux dans les Îles

Commissaires de l’exposition : M. J. Mulet Gutiérrez, J. Terrasa, C.Aguiló Ribas, X. Rossell Potau

Narcís Comadira

Né en Catalogne en 1942, poète, écrivain et peintre, Narcís Comadira est attiré par les volumes, la géométrisation, la simplification des formes et le sens de la couleur.

Organisé par le Centre d’Études Catalanes, en partenariat avec la Fundació Vilacasas de Barcelone et l’Institut Ramon Llull.

Quand passent les cigognes

L’association OH-MY-ART est une jeune association fondée en 2013 par les étudiants en Master de recherche en Histoire de l’art à Paris-Sorbonne. L’association a pour objet la promotion de l’art contemporain sous toutes ses formes. Pour ce faire, elle organise notamment des expositions et évènements culturels présentant des œuvres sur supports variés, ainsi que des pièces sonores issues des musiques actuelles.

Le projet « Quand passent les cigognes  » est leur premier projet organisé sous une forme de performance artistique. En collaboration avec le studio-photos et vidéo DELOS, cette exposition-performance vise à faire la démonstration de la diversité des mediums auxquels touche aujourd’hui un artiste qui va de l’objet à la photo, de la photo à la vidéo, de l’installation à la vidéo ou de dessin graphique au dessin animé. Les œuvres seront accompagnées de pièces sonores issues d’inspiration expérimentale/analogique. 

L’exposition vise à prouver au spectateur que l’art nous entoure partout, sous les formes les plus inattendues, il suffit juste d’ouvrir les yeux !

Regards de Grèce

 

REGARDS DE GRECE

Exposition photographique de Haris Yiakoumis et Manos Eleftheriou

Regardez et explorez le monde de la Grèce, de cette Hellade tant modelée et métamorphosée au long des siècles, tant visitée et tant admirée ou critiquée. La magie de la photographie, en un très bref instant, a rendu immortels et éternellement offerts aux yeux de tous ces regards pénétrants et vrais. L’itinéraire de cette exposition, proposé comme un voyage rêvé, prend le chemin de la langue du peuple grec qui nous guide, à travers son alphabet, entre l’Alpha et l’Oméga des poètes, des philo­sophes et des Dieux.

Le jeudi 28 mars à 15h30 en salle D035, une conférence inaugurale ayant pour thème "voyage photgraphique et littéraire en Grèce du XIXème au XXème siècle" sera assuré par Haris Yiakoumis.

Ricard Duran et Narcis Nader - Barcelone années soixante

Commissaires de l’exposition : Ricard Duran et Isabel Darder
En partenariat avec l’APCCP

Sabine Finkenauer : cercle, carré et autres espaces

Présentation d’œuvres de Sabine Finkenauer, peintre, dessinatrice et sculptrice née en Allemagne et résidant à Barcelone depuis 1993.

Commissaire de l’exposition : Alex Mitrani

Si Pétra m’était contée

Pourquoi le site de Pétra (Jordanie) fascine-t-il les archéologues, les historiens et les voyageurs ?

Une exposition de photographies et de reproductions de lithographies anciennes de Pétra est organisée du mardi 24 novembre au jeudi 10 décembre.

Moment fort de cette période le mardi 1er décembre à 18h, où une rencontre réunira les archéologues François Villeneuve, Pascale Linant de Bellefonds, Charlène Bouchaud et le poète Emeric de Monteynard, dont le récit Pétra, s’égarer vers le ciel (Tertium, 2014) servira de motif et de trame à l’évocation de la cité nabatéenne.

Rencontre animée par Amélie Le Bihan.

01 12 Pétra 4 © Emeric de Monteynard

Organisé par la Bibliothèque Michelet (Service Commun de la Documentation de Paris-Sorbonne).
Entrée libre

01 12 Pétra © Emeric de Monteynard

Crédits photographiques : Emeric de Monteynard

Sotto voce

Le Centre d’Etudes Catalanes, en partenariat avec la Fundació Vila Casas et l’Institut Ramon Llull vous proposent

Sotto Voce
Une exposition du peintre Xavier Valls

Commissaire de l’exposition : Glòria Bosch

Taulé i el seus cercles / Taulé et ses cercles

Commissaire de l’exposition : Joaquim Sala-Sanahuja
Avec la participation de l’APCCP, la Fundació Congrés de Cultura Catalana et la Diputació de Barcelona

Torres Monsó

Torres Monsó
Anar fent i prou

Commissaire de l’exposition : Glòria Bosch et Pep Admetlla

En partenariat avec la Fondation Vila Casas

20ème exposition annuelle de Philandorre

 

Dans le cadre de la douzième édition des Journées Andorranes, organisées par l’Ambassade de la Principauté d’Andorre.

1814, l’année incroyable

Composée de 15 panneaux, cette exposition donne un aperçu et une compréhension de ce qui s’est passé entre la signature du traité de paix de Kiel, le 14 janvier 1814, et l’approbation de la nouvelle Constitution norvégienne, le 4 novembre.
1er janvier 1814. La Norvège est jusque-là sous domination du Danemark. Toutes les décisions importantes concernant la Norvège sont prises à Copenhague. Nous sommes en monarchie absolue. Un an plus tard, la situation est changée du tout au tout. La Norvège devient une nation indépendante. Bien qu’elle fît partie d’une Union avec la Suède, la Norvège obtient une grande autonomie, sa propre capitale, et se dote d’un système politique complètement différent. Comment cela a-t-il pu être possible ?
L’exposition « 1814 L’année incroyable » a pour but de vous apporter quelques éléments de réponses.

L’exposition « 1814 L’année incroyable » a pour but de vous apporter quelques éléments de réponses.
L’exposition est réalisée par le Parlement norvégien (Stortinget) et éditée par les Archives du Parlement (Stortingsarkivet), en partenariat avec l’UFR d’Études Germaniques et Nordiques de l’université.

NEWSLETTER

Pour vous abonner à l’agenda et à la newsletter mensuelle, envoyez votre demande au Service Culturel :

Contacts

Le Service Culturel
1, rue Victor Cousin - 75 230 Paris Cedex 05
En Sorbonne, Galerie Claude Bernard, escalier i, rez-de-chaussée
Ouvert du lundi au vendredi : 9h-13h et 14h-17h

Au Centre Malesherbes, bureau A110 (en période de cours)
Permanence le mercredi : 9h-13h et 14h-17h

Au Centre Clignancourt, bureau E13 (en période de cours)
Permanences les mercredi et vendredi : 9h-13h et 14h-17h

www.culture.paris-sorbonne.fr
action-culturelle@paris-sorbonne.fr

Chef de service
Yann MIGOUBERT, PRAG

Adjoint au chef de service
Samuël MAHÉ - 01 40 46 33 72

Coordinatrice de projets
Céline RABAUD - 01 40 46 32 83

Responsable technique
Olivier JACQUET - 01 40 46 25 75