Centre d’herméneutique phénoménologique

Présentation Equipe Programme

 

Responsables : Claude Romano (Université de Paris-IV), Jean-Claude Gens (Université de Bourgogne), Michaël Foessel (Université de Bourgogne-IUF)

 

Le propos de ce centre de recherche répond d’abord à un constat simple : il n’existe pas dans notre pays, contrairement à ce qui est le cas à peu près partout en Europe, en Amérique du Nord et du Sud notamment, un centre entièrement consacré à l’herméneutique philosophique, que l’on peut associer aux noms de Schleiermacher, Dilthey, Heidegger, Gadamer, Ricœur, Charles Taylor.

L’objectif de ce centre est de regrouper une certain nombre de chercheurs et d’initiatives autour des questionnements afférents à l’herméneutique, d’organiser des colloques et des journées d’études en partenariat avec de Fonds Ricœur et avec des institutions étrangères, de former des doctorants et de favoriser les échanges et les co-tutelles avec des Universités à l’étranger, mais aussi de contribuer à la traduction et à l’édition de textes. Il est aussi de développer la réflexion sur les rapports que l’herméneutique philosophique entretient avec d’autres courants philosophiques majeurs : la théorie critique de l’Ecole de Francfort, la déconstruction, la philosophie de Blumenberg, la phénoménologie dans ses différentes versions, la philosophie analytique et post-analytique en tentant de prolonger les travaux précurseurs de Charles Taylor. Le Centre veut ainsi contribuer à promouvoir une conception ouverte de l’herméneutique, en débat avec la philosophie contemporaine du langage et de l’action. Il permet ainsi de poursuivre sous une autre forme les travaux du séminaire qui a été organisé à Paris-IV pendant quatre ans (de 2005 à 2009) sur « tradition wittgensteinienne et tradition herméneutique » sous la responsabilité de Claude Romano.

Son activité se développe selon trois axes :

1) L’histoire de la constitution de l’herméneutique comme paradigme philosophique : avant de se constituer comme paradigme philosophique, l’herméneutique se constitue à l’époque moderne d’autant plus comme un simple auxiliaire de la philosophie (Clauberg, Meyer…) que celle-ci relève d’une réflexion et non d’un commentaire ou d’une interprétation. Ce statut subalterne sera néanmoins mis en question, dès lors que l’homme et le monde seront pensés dans leur historicité à partir du 19ème siècle (Droysen, Nietzsche…), et c’est aussi bien cette transformation que les difficultés posées par celle-ci qui demandent à être élucidées (responsable : Jean-Claude Gens).

2) L’actualité de l’herméneutique en France, notamment autour de l’œuvre de Paul Ricœur, et son débat avec la théorie critique : selon quelles modalités une herméneutique de la conscience historique peut-elle être reversée à une critique sociale soucieuse de privilégier l’horizon d’attente sur la tradition ? (responsable : Michaël Foessel)

3) Les débats de l’herméneutique avec la philosophie du langage et de l’action contemporaine, notamment analytique : si l’on suit la suggestion de Georg von Wright, la philosophie du XXè s. pourrait se diviser en deux branches principales, l’une positiviste, l’autre herméneutique, cette dernière comprenant la philosophie du dernier wittgenstein aux côtés de l’herméneutique dialogique de Gadamer. Il s’agirait de mettre à l’épreuve cette hypothèse, en suivant la voie ouverte par Charles Taylor et Paul Ricœur (responsable : Claude Romano).

La recherche en chiffres

750 enseignants-chercheurs

230 professeurs

2300 doctorants

300 thèses par an 

Actualités

Contacts

Maison de la Recherche
28, rue Serpente
75006 PARIS
Tel. 01 53 10 57 00

Suivez Paris-Sorbonne

Liens et partenaires Université Paris-Sorbonne