Separation
Newsletter

Les gendarmes à la Sorbonne ! Quand les historiens enquêtent sur la maréchaussée

Dans le cadre d’une convention entre Paris-Sorbonne et la direction générale de la gendarmerie nationale, des recherches et des formations ont été consacrées à la gendarmerie, en partenariat, pour certaines opérations, avec l’ancien service historique de la gendarmerie, la société nationale de l’histoire et du patrimoine de la gendarmerie (SNHPG), la délégation au patrimoine, le centre de recherche de l’EOGN et le musée de la gendarmerie.

Formation à destination des étudiants

► Un cours de 3e année de licence relit l’histoire de la France depuis la Révolution à la lumière des interactions entre les forces de police, la sécurité et la société.

► Un séminaire de master-doctorat (Acteurs, pratiques et représentations de la sécurité : gendarmes, policiers, douaniers et pompiers, aux XIXe et XXe siècles) a déjà produit plus de 170 mémoires, 10 thèses et 40 ouvrages.

Travaux de recherche

Séminaire sur les acteurs, les pratiques et les représentations de la sécurité, XIXe - XXIe siècles
Ouvert en 2000, ce séminaire poursuit deux objectifs :
- étudier l’histoire de la gendarmerie ;
- élargir les travaux à la police nationale et aux autres forces (civiles ou militaires, publiques ou privées, professionnelles ou informelles), qui contribuent à la sécurité, intérieure et extérieure,
afin de participer au décloisonnement des recherches et à une meilleure compréhension de l’histoire de la sécurité, en France et à l’étranger.

Ouvrage

À l’issue d’un colloque international coorganisé avec la SNHPG, Jean-Noël Luc, ancien directeur de l’UFR d’histoire, professeur des universités en histoire contemporaine, et Arnaud-Dominique Houte, maître de conférences à l’UFR d’histoire, ont réalisé l’ouvrage Les Gendarmeries dans le monde, de la Révolution française à nos jours.

 

 

Cet ouvrage collectif propose une longue synthèse détaillée, 20 études de cas (La diffusion des gendarmeries en Europe – L’essaimage mondial des gendarmeries – Le rôle des gendarmeries dans la colonisation, la décolonisation et la coopération), un tableau synoptique de 98 institutions, 72 notices, des statistiques par continent et une carte de l’état des lieux en 1939 et 2015. Il élargit l’histoire, comparée et connectée, des systèmes policiers. Il enrichit l’histoire des constructions étatiques et impériales, des relations internationales, de la colonisation et de la décolonisation, ainsi que celle des politiques de sécurité depuis la fin du xxe siècle.

Résumé : Les Gendarmeries dans le monde, de la Révolution française à nos jours

Où aller pour ne plus trouver de gendarmes, se lamente George Sand, en 1841 ? Pas dans la centaine de pays du monde où une gendarmerie a été créée sous différents noms, depuis la fin du xviiie siècle, après la sortie de cette institution de son berceau français !

Quelles sont les péripéties de cette expansion, entre importation forcée et choix délibéré, imitation et réinterprétation, hybridation et suppression ? Comment la gendarmerie française, organisatrice d’une trentaine d’institutions, les Carabinieri, la Guardia civil et les autres corps européens y participent-ils ? Que retient-on du « modèle gendarmique », parfois transformé en libre-service, voire en simple étiquette ? Que nous apprend cette diffusion d’une police à statut militaire sur les représentations dont elle est l’objet, ses fonctions multiples et les interrelations des forces armées avec l’État et la société ?

Réf : Arnaud-Dominique Houte, Jean-Noël Luc (dir), Les Gendarmeries dans le monde, de la Révolution française à nos jours, PUPS, 2016.