Separation
Newsletter

PROJECTIONS

Aloïs Nebel

ALOÏS NEBEL

Film d’animation de Tomás Lunák
République Tchèque – 2011 – 84 minutes
Version originale sous-titrée en français

Film hors-compétition au festival de Venise 2011
Le film sera présenté parXavier Galmiche

1989. Aloïs Nebel est chef de gare dans une petite station tchèque, non loin de la frontière polonaise. Il vit seul, mais quand le brouillard se lève, il croit voir les fantômes de son passé. L’irruption d’un étranger l’obligera à affronter ses cauchemars.

Amérindiens, portrait d’un autre Brésil

Projection du film de Léa Luiz de Oliveira

AMERINDIENS, PORTRAIT D’UN AUTRE BRESIL

Réalisé avec le soutien du FSDIE de l’Université Paris-Sorbonne

La projection du film sera suivie d’un échange.

Buongiorno, notte

L’UFR d’italien et de roumain organisent la projection gratuite de

BUONGIORNO, NOTTE

Film de Marco Bellocchio
Avec Maya Sansa, Luigi Lo Cascio et Roberto Herlitzka
Italie - 2003 - 105 minutes
Version originale italienne sous-titrée en français

Film en compétition au festival de Venise 2003
Le film sera présenté par Paolo Desogus

A Rome, en 1978, Chiara, jeune terroriste engagée dans la lutte armée, est impliquée dans l’enlèvement et la séquestration d’Aldo Moro. A travers ses yeux, nous voyons se dessiner l’univers complexe des "années de plomb". Sa foi absolue dans la révolution l’emprisonne dans les rituels de la clandestinité.
En contrepoint, elle mène une vie au grand jour, un quotidien ordinaire : le boulot, le bureau, les collègues et un petit ami qui semble la connaître si bien, si pleinement, mieux qu’elle ne se connaît elle-même.
Elle s’accroche à des émotions infimes que l’idéologie et la lutte des classes battent continuellement en brèche. En conflit avec les autres membres du groupe, elle se sent de plus en plus mal à l’aise dans son rôle de combattante, tandis que le passé et le présent ébranlent ses certitudes.

Buongiorno, notte

CinéMalesherbes et l’UFR d’Italien, vous proposent, dans le cadre du cycle « Mémoire et images dans le cinéma italien », la projection de :

BUONGIORNO, NOTTE
Film italien deMarco Bellocchio (2004), 105 minutes.
avec Maya Sansa, Roberto Herlitzka et Luigi Lo Cascio.

A Rome, en 1978, Chiara, jeune terroriste engagée dans la lutte armée, est impliquée dans l’enlèvement et la séquestration d’Aldo Moro. A travers ses yeux, nous voyons se dessiner l’univers complexe des "années de plomb". Sa foi absolue dans la révolution l’emprisonne dans les rituels de la clandestinité.
En contrepoint, elle mène une vie au grand jour, un quotidien ordinaire : le boulot, le bureau, les collègues et un petit ami qui semble la connaître si bien, si pleinement, mieux qu’elle ne se connaît elle-même.
Elle s’accroche à des émotions infimes que l’idéologie et la lutte des classes battent continuellement en brèche. En conflit avec les autres membres du groupe, elle se sent de plus en plus mal à l’aise dans son rôle de combattante, tandis que le passé et le présent ébranlent ses certitudes.

Ce film sera projeté en version originale sous-titrée et présenté par Paolo Desogus.

 

Casino royale

Film de Martin Campbell (2006)

Avec Daniel Craig, Eva Green, Mads Mikkelsen et Judi Dench

138 minutes - version-originale anglais sous-titrée

Cinéplastique

Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie propose, en partenariat avec le Service culturel de l’Université Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou, une introduction à la cinéplastique avec séances pédagogiques et projections (films, vidéos, sons).

La deuxième séance a pour thème « Cinéma, vidéo et peinture : citation, traduction, transposition », avec la projection de films de Michael Mazière (Cezanne’s Eye II, 1982-1988), Ian Ladislav Galeta (Water Pulu, 1987-1988), Gary Hill (Bathing, 1977), Andrea Kirsch (Dreaming in Yellow While Searching for Carpaccio Gold, 1990) et Malcolm LeGrice (Berlin Horse, 1970).

Retrouvez le programme complet pour l’ensemble des séances ici.
Entrée libre.

Cinéplastique

Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie propose, en partenariat avec le Service culturel de l’Université Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou, une introduction à la cinéplastique avec séances pédagogiques et projections (films, vidéos, sons).

Cette troisième séance est dédiée au réalisateur américian Kenneth Anger, sur le thème « Couleur et musique  » avec la diffusion, notamment, de ses films Eaux d’artifice (1953) et Inauguration of the Pleasure Dome (1954-1978).

Retrouvez le programme complet pour l’ensemble des séances ici.

Cinéplastique

Cinéplastique dévoile la face cachée de différents médias (film, vidéo et son), c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement, et questionne également la manière de montrer les œuvres.

Cette séance a pour thème « Imaginer des récits » avec la projection de Ed Henderson Suggests Sounds for Photographs de John Baldessari et Two Impossible Films de Mark Lewis.

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le Service culturel de Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou.

Cinéplastique

Cinéplastique dévoile la face cachée de différents médias (film, vidéo et son), c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement, et questionne également la manière de montrer les œuvres.
Cette première séance a pour thème « Voir un scénario » avec la projection de Scénario du film Passion de Jean-Luc Godard.

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le Service culturel de Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Cinéplastique

Cinéplastique dévoile la face cachée de différents médias (film, vidéo et son), c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement, et questionne également la manière de montrer les œuvres.
Cette séance a pour thème « Expérimenter des formes narratives » avec la projection des films de Chris Marker (L’Ambassade et La théorie des ensembles), Josef Daberning (Wilsa) et Mako Idemistu (Great Mother).

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le Service culturel de Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou.

Cinéplastique

Cinéplastique dévoile la face cachée de différents médias (film, vidéo et son), c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement, et questionne également la manière de montrer les œuvres.
Cette séance a pour thème « Disjoindre discours et image » avec la projection des films de Gary Hill (Mediations), Hollis Frampton (Happax Legomena : II Poetic Justice) et Marguerite Duras (Les mains négatives).

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le Service culturel de Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou.

Cinéplastique

Cinéplastique dévoile la face cachée de différents médias, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement, et questionne la manière de montrer les œuvres.

Cette séance du nouveau cycle « Surréalisme : entre scandale et poésie » a pour thème « L’inquiétante étrangeté » avec la projection notamment des films de Luis Buñuel (Un chien andalou), Man Ray (L’Étoile de mer ; Le Mystère du Château de Dé), Norman McLaren (A Phantasy), Marcel Broodthaers (La Pluie), Éric Duyckaerts (La Main à deux pouces) et Leslie Thornton (Peguy and Fred in Hell, A prologue).

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le Service culturel de Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou.

Cinéplastique

Cinéplastique dévoile la face cachée de différents médias, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement, et questionne la manière de montrer les œuvres.

Cette séance du cycle « Surréalisme : entre scandale et poésie » a pour thème « Subversion, scandale » avec la projection de L’Âge d’or de Luis Buñuel et du film anonyme Le scorpion languedocien (Films Scientia).

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le Service culturel de Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou.

Cinéplastique

Cinéplastique dévoile la face cachée de différents médias, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement, et questionne la manière de montrer les œuvres.

Cette séance du cycle « Surréalisme : entre scandale et poésie » a pour thème « Du collage au flux d’image » avec la projection des films de Jean Desvilles (Une semaine de bonté, ou les sept éléments capitaux), Joseph Cornell (Rose Hobart), Maya Deren (At Land), Mario Peixoto (Limite) et Leslie Thornton (Strange Space).

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le Service culturel de Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou.

Cineplastique

Cinéplastique dévoile la face cachée de différents médias (film, vidéo et son), c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement, et questionne également la manière de montrer les œuvres.

Cette séance a pour thème « Nier la narration ? » avec la projection des films de Raphael Montanez Ortiz (Cowboy Indian), Mona Hatoum (So much I want to say), Christoph Girardet (Release), Martin Arnold (Passage à l’acte), Igor et Svetlana Kopystiansky (Fiction double), Dara Birnbaum (Technology / Transformation) et Matthias Müller (Home stories).

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le Service culturel de Paris-Sorbonne et le Centre Georges Pompidou.

CRÍA CUERVOS

Ciné-club en espagnol et en portugais
Dans la thématique “La fin du régime franquiste"

CRÍA CUERVOS

Film de Carlos Saura

Avec Geraldine Chaplin, Monica Randall et Ana Torrent
Espagne - 1976 - 112 minutes

Ana, 9 ans, ne dort plus la nuit dans la grande maison madrilène familiale. Ses parents sont morts récemment. Sa mère s’est éteinte de chagrin et de dépit amoureux, son père a succombé à une maîtresse vengeresse.
Témoin de ces deux morts malgré elle, Ana refuse le monde des adultes et s’invente son univers. Elle s’accroche à ses rêves et ses souvenirs pour faire revivre sa mère et retrouver son amour. Elle remplit son quotidien de jeux qu’elle partage avec ses soeurs.

Grand Prix du jury au festival de Cannes 1976

Des trains étroitement surveillés

DES TRAINS ÉTROITEMENT SURVEILLÉS

Film de Jiri Menzel
Avec Vaclav Neckar, Josef Somr et Jitka Bendova
Tchécoslovaquie – 1966 – 92 minutes
Version originale sous-titrée en français

Oscar du meilleur film étranger en 1968
Le film sera présenté par Xavier Galmiche

Milos travaille dans une petite gare tchèque pendant la seconde guerre mondiale. Très timide, il n’arrive pas à séduire la jolie contrôleuse qui pourtant s’offre à lui. Devant cet échec et désespéré de ne pouvoir prouver qu’il est un homme, il tente de se suicider. Une jeune fille va tenter de lui faire surmonter ses craintes.

Diaz : Un crime d’état

Diaz : Un crime d’état
Film de Daniele Vicari, Italie, 2012, 127 minutes, VOSTFR.
Avec Claudio Santamaria, Elio Germano et Ralph Amoussou.

En 2001, pendant la dernière journée du G8 de Gênes plus de 300 policiers prennent d’assaut l’école Diaz, à la recherche des militants du Black Bloc. Dans l’établissement, se trouvent quatre-vingt-dix activistes qui s’apprêtent à passer la nuit à même le sol. Alors que les forces de l’ordre font irruption, les jeunes manifestants lèvent les mains pour se rendre. Imperturbables et implacables, les policiers se livrent à des exactions préméditées d’une violence inouïe.

Séance organisée par Sorbonidea, Cinémalesherbes et l’UFR d’Études italiennes, et présentée par Paolo Degasus.

Docteur Folamour

DOCTEUR FOLAMOUR
Dr. Strangelove or : How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb

Film de Stanley Kubrick
Avec Peter Sellers, George C.Scott et Sterling Hayden
Etats-Unis - 1964 - 74 minutes

Le général Jack Ripper, convaincu que les Russes ont décidé d’empoisonner l’eau potable des États-Unis, lance sur l’URSS une offensive de bombardiers B-52 en ayant pris soin d’isoler la base aérienne de Burpelson du reste du monde. Pendant ce temps, Muffley, le Président des Etats-Unis, convoque l’état-major militaire dans la salle d’opérations du Pentagone et tente de rétablir la situation.

El somni dels herois

Projection du film El somni dels herois ( El sueño de los héroes, Jacobo Sucari, 2013, VO ST Français), en présence du réalisateur, Jacobo Sucari, suivie d’une table ronde coordonnée par Rocío Alcalá (université Paris-Sorbonne) sur le militantisme de l’opposition en Espagne pendant la Transition, avec Román Gubern (université autonome de Barcelone) et Xosé Prieto (université Carlos III de Madrid). Activité culturelle organisée par le Colegio de España, en collaboration avec le CRIMIC (AV et SEC), le Centre d’études catalanes de Paris-Sorbonne et en lien thématique avec le programme Mérimée

El somni dels herois (El sueño de los héroes) es un documental sobre la militancia política de la izquierda anticapitalista en los años 60-70 en España y sus resonancias (o no) en los nuevos movimientos políticos contemporáneos.

Découvrez la fiche technique du film ici.

Jeudi 10 avril 2014 à 19h au Colegio de España (Cité internationale universitaire de Paris)
Entrée libre dans la limite des places disponibles (débat en espagnol)

Festival du cinéma basque

Festival organisé par l’université Paris-Sorbonne et l’institut Basque Etxepare.

Avec :

MERCREDI 4 NOVEMBRE
* Master Class à l’Institut d’Etudes Ibériques.
* Projection de courts-métrages Kimuak en Sorbonne.

JEUDI 5 NOVEMBRE
* Projection de 80 Egunean en Sorbonne, en présence de Jon Garaño, réalisateur.

Retrouvez le programme complet et les horaires ici.

Festival du film africain ADEAS

Ce festival organisé par l’ADEAS (Association des Etudiants Africains de la Sorbonne) a pour but de valoriser et faire découvrir ou redécouvrir les grands classiques du cinéma africain reconnus et largement primés, et de mettre en lumière de jeunes réalisateurs aux influences multiples françaises, américaines et africaines.

Lundi 16 février, 19h30 : Yaaba d’Idrissa Ouédraogo et Twaaga de Cédric Ido (Sorbonne, amphithéatre Richelieu, 17, rue de la Sorbonne 75005 PARIS)
Mardi 17 février, 19h : Guelwaar de Sembène Ousmane et En équipe de Steve Achiepo (Sorbonne, amphithéatre Richelieu, 17, rue de la Sorbonne 75005 PARIS)
Mercredi 18 février, 19h : Sia, le rêve du python de Dani Kouyaté et Le bruit du silence d’Atisso Médessou (amphithéatre Milne Edwards, 17, rue de la Sorbonne 75005 PARIS)
Jeudi 19 février, 19h : La genèse de Cheick Oumar Sissoko et Le retour de Yohann Kouam (Centre Censier, salle 49, 13, rue de Santeuil 75005 PARIS)
Vendredi 20 février, 18h30 : Bal poussière de Henri Duparc et Pour ton bien d’Ibtissem Guerda (Centre Malesherbes, amphithéâtre 120, 108, boulevard Malesherbes 75017 PARIS)
Samedi 21 février, 10h : La mort de Danton d’Alice Diop (Centre Malesherbes, grand amphithéâtre, 108, boulevard Malesherbes 75017 PARIS)
Samedi 21 février, 14h : Yeelen de Souleymane Cissé (Centre Malesherbes, grand amphithéâtre, 108, boulevard Malesherbes 75017 PARIS)

Chaque projection sera suivie d’une rencontre.

Programme complet et résumé des films ici.

Filmique

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels.

 

Pour ce premier semestre 2013-2014, le programme portera sur l’approche graphique du film.

Séance 1 : L’écoulement du temps et sa manipulation
Transformation du réel - Donner à voir le temps - Accélération, ralentissement et inversion du défilement des photogrammes - Montage cut et rythme syncopé - Rapports photographie et cinématrographie - Poétique du temps qui passe, poétique de la métamorphose
Projection de films de Chris Marker (La jetée, 1962), Richard Serra (Hand catching lead, 1971), Len Lye, (Rythm,1957), Miles McKane (Broken blossoms, 1992), Daniel Spoerri (Resurrection, 1968), Chris Gallagher (Terminal City, 1923), Robert Fenz (Meditations on Revolution, Part 1 : Lonly Planet, 1997), Mark Lewis (Downtown : Tilt, Zoom & Pan, 2005) et un film anonyme (Fragment n°40, 1920).

Projection initiée et animée par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le service culturel et le Centre Georges Pompidou.

Filmique

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels.

 

Pour ce premier semestre 2013-2014, le programme portera sur l’approche graphique du film.

Séance 2 : Dessins animés et mouvements qui dessinent
Dimension graphique du mouvement dessiné ou filmé - Usage du rotoscope - Transcription graphique de la musique et du mouvement - Rapports image argentique et image analogique - Poétique des graphes, des graffiti et des griffures
Projection de films de Norman McLaren (Hen Hop, 1942 ; Begone Dull Care, 1949 ; Neighbours, 1962 ; Pas de deux, 1967), Robert Breer (Fuji, 1974), Len Lye, (Free Radicals,1980 ; Tal Farlow, 1980), Peter Stämpfli (Ligne continue, 1974), Paul Sharits (Sears Catalogue / Dots 1 & 2 / Wrist Tricks (Fluxfilm n°26-27-28, 1966), et Nicolas Schöffer (Variations luminodynamiques, 1961).

Projection initiée et animée par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le service culturel et le Centre Georges Pompidou.

Filmique

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels.

Séance 3 : Peinture et film : aller-retour (1ère partie)
Couleur matière et couleur lumière - Dimension graphique de la couleur Devenir pictural du film - Intervention directe sur les couleurs de la pellicule - Etalonnage et saturation chromatique - Poétique et politique de la couleur
Projection de films de William Klein (Broadway by Light, 1957), Jacques Monory (Ex-, 1968), Gérard Fromanger et Marin Karmitz (Le Rouge, 1968-1970), Robert Breer (Form Phase IV, 1954 ; 70, 1970), Len Lye, (Trade Tattoo,1937), Cécile Fontaine (Cruises, 1990), Malcolm LeGrice (Berlin Horse, 1970), Raymond Hains (Pénélope, 1950/1980), Bruce Baillie (All my Life, 1966) et un film anonyme (Danse serpentine, 1899).

Projection initiée et animée par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le service culturel et le Centre Georges Pompidou.

Filmique

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels. Pour ce premier semestre 2013-2014, le programme portera sur l’approche graphique du film.

Séance 4 : Peinture et film : aller-retour (II)
Séance exceptionnelle – Sur une idée du Pr. Bernard Vouilloux (Université Paris-Sorbonne)

– Comment filmer la peinture ? – Mesurer la température des couleurs – Cadrer des tableaux de formats différents – Comment filmer un texte ? – Texte, peinture et film – Problèmes de l’adaptation – Regards croisés : Straub / Cézanne – L’insistance du regard.

Projections de films :

- Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, Cézanne, 1990, film 35 mm couleur, sonore, 52 min (copie numérique institutionnelle des Editions Montparnasse).
- Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, Une visite au Louvre, 2004, film 35 mm couleur, sonore, 49 min (copie numérique institutionnelle des Editions Montparnasse)

Durée de la projection totale des films hors présentations : 1h 41 min environ.

Séance en présence du réalisateur Jean-Marie Straub (sous réserve).

Projection initiée et animée par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le service culturel et le Centre Georges Pompidou.

Filmique

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels.

Séance 5 : Peinture et film : aller-retour (2nde partie)
Couleurs, tâches et applats colorés - Hallucinations, mélanges optiques et scintillement (flicker) - Couleurs pures et abstractions colorées Procédés du haut constraste, du quantizer et de la séparation des trois couleurs - Solarisation et images négatives - Le noir et blanc et la couleur Poétiques de la couleur et de la métamorpose
Projection de films de Martial Raysse (Camembert Martial extra-doux, 1969), Nicolas Schöffer et Tinto Brass (Spatiodynamisme, 1958), Gérard Fromanger et Jean-Luc Godard (Film tract n°1968, 1968), Jean Le Gac (Signal, 1970), Paul Sharits, (N : O : T : H : I : N : G,1968), Roy Colmer (Metamorphosis, 1974), Arthur et Corinne Cantrill (Waterfall, 1984) et Bruce Baillie (Castro Street, 1966).

Projection initiée et animée par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le service culturel et le Centre Georges Pompidou.

FILMIQUE

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels. Pour ce second semestre 2013-2014, le programme portera sur « La Poétique du film à l’époque des avant-gardes : pour une approche graphique du film. »

Séance 6 : Filmer les mouvements d’une ville
Chantiers, mouvements et édifications – Constructions en mouvement – Filmer le déplacement des êtres, le mouvement des foules et la trajectoire des automobiles – Poétique des ponts, des lignes et des flux.

Projections des films :
- Eugène FREYSSINET, Le Pont de Plougastel, 1925-1930, film 35 mm noir et blanc, muet, 09 min16 sec.
- Joris IVENS, De Brug (Le Pont), 1929, film 35 mm noir et blanc, silencieux, 14 min 03 sec.
- Paul STRAND & Charles SHEELER, Manhatta, 1921, film 35 mm noir et blanc, muet, 09 min 48 sec.
- Laszlo MOHOLY-NAGY, The New Architecture at the London Zoo, 1936, film 35 mm noir et blanc, silencieux, 15 min 00 sec.
- Joris IVENS, Etudes des mouvements à Paris, 1927, film 35 mm noir et blanc, silencieux, 05 min 33 sec.

Durée de la projection totale des films hors présentations : 55 min environ.

Projection initiée et animée par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le service culturel et le Centre Georges Pompidou.

>> Plus d’infos sur filmique

Filmique

Saison 2

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels. Pour ce second semestre 2013-2014, le programme portera sur « La Poétique du film à l’époque des avant-gardes : pour une approche graphique du film. »

Séance 7 : Dimension critique du film

Filmer la ville : point de vue social et point de vue politique – Ville et modernité, pauvreté et misère.

Projections des films :
- Laszlo MOHOLY-NAGY, Berliner stilleben (Nature morte berlinoise), vers 1926-1932, film 35 mm noir et blanc, silencieux, 10 min 17 sec.
- Hans RICHTER, Inflation, 1927-1928, film 35 mm noir et blanc, sonore, 02 min 48 sec.
- Jean VIGO, A propos de Nice, 1929-1930, film 35 mm noir et blanc, muet, 33 min 49 sec.
Durée de la projection totale des films hors présentations : 47 min environ.

Projection initiée et animée par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le service culturel et le Centre Georges Pompidou.

>> Plus d’infos sur filmique

Filmique

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels. Pour ce second semestre 2013-2014, le programme portera sur « La Poétique du film à l’époque des avant-gardes : pour une approche graphique du film. »

Séance 8 : Approches graphique et sociale d’une grande ville : Berlin, une symphonie visuelle
approche graphique – point de vue social et point de vue politique

Projections des films :
- Walter Ruttmann, Opus III, 1924, film 35 mm n&b teinté, sonore, 02’19’’→ 06’46’’= 04’27’’ (problème de l’inscription de formes rondes dans des formes carrées)
- Walter Ruttmann, Berlin. Die Sinfonie der Grossstadt (Berlin, Symphonie d’une grande ville), 1927, film 35 mm n&b, silencieux, 1’17’19’’.
Durée de la projection totale des films hors présentations : 1 h 21 min environ.

Projection initiée et animée par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, en partenariat avec le service culturel et le Centre Georges Pompidou.

>> Plus d’infos sur filmique

FILMIQUE

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels. Pour ce second semestre 2013-2014, le programme portera sur « La Poétique du film à l’époque des avant-gardes : pour une approche graphique du film. »

HISTOIRE ET LÉGENDE
Sergueï Paradjanov, La légende de la forteresse de Souram, 1984.

FILMIQUE

Filmique : L’Arche russe
Film d’’Alexandre Sokourov, Russie, 2002, 96 minutes, VOSTFR.

Pour cette quatrième saison de Filmique, Arnaud Maillet vous propose un cycle « Cinéma et narration : modernité, déconstruction et plasticité du récit », avec la projection du film de Sokourov L’Arche russe, sélectionné au festival de Cannes et illustrant le thème « commenter ». Le film sera précédé d’un commentaire oral introductif et explicatif.

Cycle proposé par Arnaud Maillet de l’UFR d’Art et d’Archéologie, avec le soutien du Service culturel de Paris-Sorbonne.

FILMIQUE - Les constituants de l’image en mouvement (poétique de la modernité)

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels.

8 séances seront organisées durant l’année universitaire.

Séance 2 – Cadre, cadrage et mouvement dans l’image
Déplacements à l’intérieur du cadre – Géométrie en mouvement – Mouvements de caméra – Le mouvement, le plan et l’espace – « Rythme dans l’image » (Dulac), compositions dynamiques – Poétique de la vitesse et modernité

Diffusion d’œuvres de Jean-Michel Bouhours, Henri Chomette, Walter Ruttmann, Hans Richter, Werner Graeff et Marcel Duchamp

FILMIQUE - Les constituants de l’image en mouvement (poétique de la modernité)

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est-à-dire les constituants de l’image en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages visuels.

8 séances seront organisées durant l’année universitaire.

Séance 3 – Le montage et le mouvement des images
Alternances, « rythme des images » (Dulac) – Foundfootage – Création d’espaces poétiques et filmiques

Diffusion d’œuvres de Fernand Léger, Hans Richter, Germaine Dulac, Maya Deren et Man Ray

FILMIQUE - Les constituants de l’image en mouvement (poétique de la modernité)

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est‐à‐dire les constituants de l’image
en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des
histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages
visuels.
8 séances seront organisées durant l’année universitaire.

Séance 4 : Métamorphoses et (ciné)plasticité de l’image ‒ Taches, formes, silhouette,
figures (d’une image à l’autre, d’une forme à l’autre) – Le rapport à l’imagination – Fondus,
iris, superpositions, surimpressions, mélanges optiques, dégradés, inversions
positif/négatifs, solarisations, filtres, &c. ‒ Poétique de la métamorphose

‐ Hans Richter, Alles dreht sich, alles bewegt sich [Tout tourne, tout bouge], 35 mm,
N & B, silencieux, 1929, 3 min 26 sec (Fichier Num)
‐ Hans Richter, Vormittagsspuk (Fantômes de la matinée), 1927‐1928, 35 mm, N &
B, sonore, 6 min 25 sec (Fichier Num)
‐ Man Ray (Emmanuel Radnitsky, dit), L’Etoile de mer, 1928, 35 mm, N & B,
silencieux, 17 min 38 sec (Fichier Num)
‐ Germaine Dulac, La Coquille et le clergyman, 1927, 35 mm, N & B, muet, 44 min
18 sec (Filmmuseum Vienne, copie silencieuse très bonne qualité) (Fichier Nu

FILMIQUE - Les constituants de l’image en mouvement (poétique de la modernité)

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est‐à‐dire les constituants de l’image
en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des
histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages
visuels.
8 séances seront organisées durant l’année universitaire.

Séance 5 : Pellicule, dessin animé et bande sonore ‒ Animation – Animation image par
image – Films graphiques – Inscription directe sur la pellicule – Photogrammes et rushs –
Bande sonore – Poésie optique et synesthésies

‐ Viking Eggeling, Diagonal Symphony, 1921, 35 mm, N & B, silencieux, 6 min 31 sec
(Fichier Num)
‐ Len Lye, Colour Box (Boite à couleurs), 1935, VoStfr, 35 mm, couleur, sonore, 3
min 47 sec (Fichier Num)
‐ Len Lye, Kaleidoscope, 1935, 35 mm, couleur, sonore, 2 min 39 sec (Fichier Num)
‐ Len Lye, Swinging in the Lambeth Walk, 1939, 35 mm, couleur, sonore, 3 min 08
sec (Fichier Num)
‐ Len Lye, Musical Poster n° 1, 1940, 35 mm, couleur, sonore, 2 min 30 sec (Fichier
Num)
‐ Len Lye, Trade Tattoo, 1937, 35 mm, couleur, sonore, 5 min 36 sec (Fichier Num)
‐ Norman McLaren, Boogie‐Doodle, 1940, 35 mm, couleur, sonore, 2 min 43 sec
‐ Norman McLaren, Dots, 1940, 35 mm, couleur, sonore, 2 min 28 sec
‐ Norman Mc Laren, Stars and Stripes, 1940, 35 mm, couleur, sonore, 2 min 13 sec
‐ Norman McLaren, Hen Hop, 1942, 35 mm, couleur, sonore, 2 min 53 sec
‐ Alexandre Alexeieff, Claire Parker, Night on Bald Moutain (Une nuit sur le Mont
Chauve), 1933, 35 mm, N & B, sonore, 8 min 01 sec (DVD)
‐ Stefan Themerson, Franciszka Themerson, Calling Mr Smith, 1943,

FILMIQUE - Les constituants de l’image en mouvement (poétique de la modernité)

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est‐à‐dire les constituants de l’image
en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des
histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages
visuels.
8 séances seront organisées durant l’année universitaire.

Séance 6 : Lumière, Couleurs, Noir & Blanc ‒ Jeux de lumières, jeux d’ombres, reflets,
scintillements, jeux de couleurs, permutations et combinaisons lumineuses et colorées,
rayographies, solarisations, inversions de couleurs, images négatives, transparences et
opacités – Poétique de la ville et de la modernité

‐ Eugène Deslaw, Nuits électriques, 1928, 35 mm, N & B, muet, 12 min 39 sec
(Fichier Num, Blue Ray)
‐ Joris Ivens, Regen (La pluie), 1929, 35 mm, N & B, silencieux, 14 min 42 sec
(Fichier Num)
‐ Henri Chomette, Cinq minutes de cinéma pur, 1925, 35 mm, N & B, muet, 5 min
(Fichier Num)
‐ Laszlo Moholy‐Nagy, Ein Lichtspiel schwarz‐weiss‐grau (Jeu de lumière noir‐blancgris),
1930, 35 mm, N & B, silencieux, 6 min 34 sec (Fichier Num) 6’34
‐ Man Ray (Emmanuel Radnitsky, dit), Le Retour à la raison, 5 juillet 1923, 35 mm,
N & B, silencieux, 3 min 04 sec (Fichier Num) 3’04
‐ Man Ray (Emmanuel Radnitsky, dit), Emak Bakia (Cinépoème) (Fichez moi la paix),
1926, 35 mm, N & B, silencieux, 19 min 58 sec (Fichier Num)

FILMIQUE - Les constituants de l’image en mouvement (poétique de la modernité)

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est‐à‐dire les constituants de l’image
en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des
histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages
visuels.
8 séances seront organisées durant l’année universitaire.

Séance 7 Le film et le rapport au réel ‒ De la réalité scientifique à l’imaginaire poétique

Anonyme, Les vers marins, 1912, (Films Scientia), 06 min 45 sec (BETA / NUM) (DVD)

Len Lye, Tusalava, 1929, 9 min 56 sec (Fichier Num)

Luis Buñuel, L’âge d’or, 1930, 60 min (Ficher Numérique : 3,32 Go)

FILMIQUE - Les constituants de l’image en mouvement (poétique de la modernité)

FILMIQUE dévoile la face cachée du cinéma : le film, c’est‐à‐dire les constituants de l’image
en mouvement. Les films projetés par FILMIQUE racontent de façon renouvelée des
histoires, inventent des rêveries poétiques ou forment des associations d’idées par collages
visuels.
8 séances seront organisées durant l’année universitaire.

Séance 8
Séance exceptionnelle 
‒ Le film, entre narration et (ciné)plasticité

Marcel L’Herbier, L’Inhumaine, 1923, 35 mm, N & B, muet, 132 min

Filmique : Achik Kerib, conte d’un poète amoureux

Achik Kerib, conte d’un poète amoureux, film de Sergueï Paradjanov, URSS, 1988, 74 minutes, VOSTF.

Pour cette quatrième saison de Filmique, Arnaud Maillet vous propose un cycle « Cinéma et narration : modernité, déconstruction et plasticité du récit », avec la projection du film de Sergueï Paradjanov illustrant le thème « conter ». Le film sera précédé d’un commentaire oral introductif et explicatif.

Organisateurs : Arnaud Maillet de l’UFR d’Art et d’Archéologie, et le service culturel de Paris-Sorbonne

Filmique : Au Seuil de la Vie

Pour cette cinquième saison de Filmique, Arnaud Maillet propose un cycle « Filmer l’être humain », avec la projection du film d’Ingmar Bergman Au Seuil de la Vie, Prix de la mise en scène et Prix d’interprétation féminine au festival de Cannes 1958, qui illustrera le thème « filmer le drame, filmer la joie ». Le film sera précédé d’un commentaire oral introductif et explicatif.

Au Seuil de la Vie
Film d’Ingmar Bergman, Suède, 1958, 79 minutes, VOSTF.
Avec Erland Josephson, Ingrid Thulin et Bibi Andersson.

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, avec le soutien du Service culturel de Paris-Sorbonne.

Filmique : Drôle de Drame

Pour cette cinquième saison de Filmique, Arnaud Maillet vous propose un cycle « Filmer l’être humain », avec la projection du film de Marcel Carné Drôle de drame, scénarisé par Jacques Prévert, qui illustrera le thème « filmer la comédie humaine ». Le film sera précédé d’un commentaire oral introductif et explicatif.

Drôle de drame
Film de Marcel Carné, France, 1937, 110 minutes.
Avec Louis Jouvet, Michel Simon, Françoise Rosay, Jean-Pierre Aumont et Jean-Louis Barrault.

Organisé par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, avec le soutien du Service culturel de Paris-Sorbonne.

 

Filmique : L’Avventura

L’Avventura, film de Michelangelo Antonioni, Italie, 1960, 140 minutes, VOSTF.

Pour cette quatrième saison de Filmique, Arnaud Maillet vous propose un cycle « Cinéma et narration : modernité, déconstruction et plasticité du récit », avec la projection du film d’Antonioni avec Monica Vitti illustrant le thème « dépeindre ». Le film sera précédé d’un commentaire oral introductif et explicatif.

Organisateurs : Arnaud Maillet de l’UFR d’Art et d’Archéologie, et le service culturel de Paris-Sorbonne

Filmique : La règle du jeu de Jean Renoir

Pour cette troisième saison de Filmique, Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, vous propose un cycle « Cinéma et histoire : comment filmer l’histoire ? », avec la projection du chef d’œuvre de Jean Renoir, que François Truffaut considérait comme « le film des films » illustrant la thématique de l’histoire en filigrane dans la fiction.

Le film sera précédé d’un commentaire oral introductif et explicatif d’Arnaud Maillet.

 

Gomorra

GOMORRA

Film de Matteo Garrone
Avec Salvatore Abruzzese, Toni Servillo et Maria Nazionale
Italie - 2008 - 135 minutes
Version originale italienne sous-titrée en français

Grand prix du jury au festival de Cannes 2008
Le film sera présenté par Paolo Desogus

On ne partage pas un empire d’une poignée de main, on le découpe au couteau." Cet empire, c’est Naples et la Campanie. Là-bas, une seule loi : la violence. Un seul langage : les armes. Un seul rêve : le pouvoir. Une seule ivresse : le sang.

Gomorra

Gomorra

Film de Matteo Garrone, Italie, 2008, 137 minutes, VOSTF
Avec Toni Servillo

Le film, tiré du livre de Roberto Saviano, traite du crime organisé napolitain et s’articule autour de six personnages pris à partie par la Camorra dans leur quotidien. Le film se découpe en cinq histoires distinctes dont les vies sont rythmées par le crime organisé. Le film a obtenu le Grand Prix du jury au festival de Cannes 2008.

Le film sera présenté par Paolo Desogus, dans le cadre du cycle « L’Italie des conflits ».

Huit et demi

Dans le cadre du festival "littératures d’Europe", Stefania Cubeddu vous propose (en partenariat avec le Centre culturel italien, l’association Sorbonidea et l’UFR d’italien et de roumain), une journée sous le signe du "rêve dans le cinéma italien" avec la projection de :

HUIT ET DEMI
de Federico Fellini

avec Marcello Mastroianni, Claudia Cardinale et Anouk Aimée
Italie - 1964 - 138 minutes - VOSTF

Oscar du meilleur film étranger 1964

Un cinéaste dépressif fuit le monde du cinéma et se réfugie dans un univers peuplé de fantasmes.

Le film sera suivi d’un débat.

Il était une fois Hamlet et Ophélie à Shangai...

C’est l’histoire d’un pari un peu fou du metteur en scène Daniel Mesguich : monter sa pièce fétiche, Hamlet, en chinois avec de jeunes comédiens de l’Académie de théâtre de Shanghai, en un mois. Le film d’Ellénore Loehr retrace cette aventure extraordinaire de partage et de création.
Daniel Mesguich et la réalisatrice Ellénore Loehr échangeront avec le public à l’issue de la projection.

1411-hamlet-3-ellenore-loehr

Organisé par Florence Naugrette, Professeur à l’UFR de Littérature française et comparée et par le Service culturel de Paris-Sorbonne.

Il divo

IL DIVO

Film de Paolo Sorrentino
Avec Toni Servillo, Anna Bonaiuto et Flavio Bucci
Italie - 2008 - 118 minutes
Version originale italienne sous-titrée en français

Prix du jury au festival de Cannes 2008
Le film sera présenté par Paolo Desogus

A Rome, à l’aube, quand tout le monde dort, il y a un homme qui ne dort pas. Cet homme s’appelle Giulio Andreotti. Calme, sournois, impénétrable, Andreotti est le pouvoir en Italie depuis quatre décennies. Il ne craint personne. Sa satisfaction, c’est le pouvoir.
Il reste insensible et égal à lui-même face à tout. Jusqu’à ce que le contre-pouvoir le plus fort de ce pays, la Mafia, décide de lui déclarer la guerre. Alors, les choses changent. Peut-être même aussi pour l’inoxydable et énigmatique Andreotti. Mais, et c’est là la question, les choses changent ou n’est-ce qu’une apparence ?

Il divo

CinéMalesherbes et l’UFR d’Italien, vous proposent, dans le cadre du cycle « Mémoire et images dans le cinéma italien », la projection de :

IL DIVO
Film italien de Paolo Sorrentino (2008), 118 minutes.
avec Toni Servillo et Anna Bonaiuto

A Rome, à l’aube, quand tout le monde dort, il y a un homme qui ne dort pas. Cet homme s’appelle Giulio Andreotti. Il ne dort pas, car il doit travailler, écrire des livres, mener une vie mondaine et en dernière analyse, prier. Calme, sournois, impénétrable, Andreotti est le pouvoir en Italie depuis quatre décennies. Au début des années quatre-vingt-dix, sans arrogance et sans humilité, immobile et susurrant, ambigu et rassurant, il avance inexorablement vers son septième mandat de Président du Conseil.
A bientôt 70 ans, Andreotti est un gérontocrate qui, à l’instar de Dieu, ne craint personne et ne sait pas ce qu’est la crainte obséquieuse. Habitué comme il l’est à voir cette crainte peinte sur le visage de tous ses interlocuteurs. Sa satisfaction est froide et impalpable. Sa satisfaction, c’est le pouvoir. Avec lequel il vit en symbiose. Un pouvoir comme il l’aime, figé et immuable depuis toujours. Où tout, les batailles électorales, les attentats terroristes, les accusations infamantes, glisse sur lui au fil des ans sans laisser de trace.
Il reste insensible et égal à lui-même face à tout. Jusqu’à ce que le contre-pouvoir le plus fort de ce pays, la Mafia, décide de lui déclarer la guerre. Alors, les choses changent. Peut-être même aussi pour l’inoxydable et énigmatique Andreotti. Mais, et c’est là la question, les choses changent ou n’est-ce qu’une apparence ? Une chose est certaine : il est difficile d’égratigner Andreotti, l’homme qui mieux que nous tous, sait se mouvoir dans le monde.

Ce film sera projeté en version originale sous-titrée et présenté par Paolo Desogus.

 

INTOX : Enquête sur les lobbies de la pêche industrielle

Le documentaire, "INTOX : Enquête sur les lobbies de la pêche industrielle", réalisé par Laure Ducos, met en lumière les stratagèmes douteux utilisés par les lobbies pour faire dérailler le règlement européen Pêche Profonde. En effet, en juillet 2012, la commissaire européenne à la pêche propose l’interdiction du chalutage en eaux profondes, méthode de pêche « la plus destructrice de l’Histoire » selon les chercheurs. En décembre 2013, sous la pression des lobbies de la pêche industrielle, le Parlement rejette l’interdiction du chalutage profond. La discussion qui aura lieu ensuite portera sur les rouages du monde des lobbies, qui fait partie intégrante du fonctionnement actuel de la démocratie européenne.

Organisateurs : L’Association du Master Affaires Européennes de Paris-Sorbonne, en collaboration avec BLOOM, association engagée dans la préservation des fonds marins.

 

L’événement - L’inspecteur revient à la maison

ATELIER CINEMA SERBO-CROATE (Bosniaque, Croate, Monténégrin, Serbe) animé par Sava Andjelkovic

Cycle de projections consacrées à Vatroslav MIMICA, réalisateur croate de longs-métrages de fiction ainsi que de courts-métrages d’animation.

 

 

 

 

 

 

lundi 4 février - 13h
L’INSPECTEUR REVIENT A LA MAISON

1959 - 11 minutes - Film d’animation

lundi 4 février - 13h15
L’EVENEMENT
1959 - 91 minutes - Avec Pavle Vuisic et Sdran Mimica

La belle endormie

Film de Marco Bellocchio, Italie, 2012, 115 minutes, VOSTF

Avec Isabelle Huppert, Alba Rohrwacher, Toni Servillo et Maya Sansa

Au début du mois de février 2009, l’Italie se divise sur le cas d’une jeune femme plongée dans le coma depuis dix-sept ans et dont l’assistance médicale a été stoppée depuis quelques heures. Sa famille mène un combat en faveur de son euthanasie contre les autorités judiciaires, religieuses et politiques. Dans ce contexte, trois femmes vivent une situation analogue où des proches auront à faire face à des choix lourds.

Le film sera présenté par Paolo Desogus, dans le cadre du cycle « L’Italie des conflits ».

Entrée libre dans la limite des places disponibles

La lenteur de la lumière

Le ciné-club Clignancourt vous propose, dans le cadre de la thématique "Violence coloniale et altérité", la projection de :

LA LENTEUR DE LA LUMIERE (O gotejar da luz)

Film de Fernando Vendrell
Avec Marco d’Almeida, Teresa Madruga, Vitor Norte et Antonio fonseca
Portugal / Mozambique - 2002 - 99 minutes
Version originale sous-titrée

La séance sera présentée par Maria Benedita Basto

Rui grandit au Mozambique dans un petit village situé près d’une rivière mystérieuse. Fils de colons portugais, il est ami avec Ana, une jeune Noire dont sa mère est la marraine.
L’Afrique est en pleine mutation, la fin de l’époque coloniale est imminente. Rui va vivre cet été-là, dans la petite communauté de Bué Maria, des événements qui bouleverseront le début de son adolescence encore innocente et qui le marqueront à jamais. Comme lui dira poétiquement Jacopo, un fleuve a plusieurs marges : cet été-là Rui fera l’expérience des choix possibles.

Le film est une adaptation d’un ouvrage de l’écrivain mozambicain Leite de Vasconcelos. Il a reçu une Mention Spéciale au Festival de Berlin en 2002.

La pecora nera

La pecora nera
Film de et avec Asciano Celestini, Italie, 2010, 93 minutes, VOSTFR.
Avec Giorgio Tirabassi et Maya Sansa.

Nicola a 35 ans. Il vit dans un asile tenu par des religieuses. Le monde qu’il y perçoit n’est pas très diffèrent de la réalité à l’extérieur. Dans son cerveau disloqué, la réalité et la fiction entrent en collision et génèrent des illuminations imprévisibles. Le film d’Ascanio Celestini alterne présent et passé, comédie et tragédie, rire et indignation.

Séance organisée par Sorbonidea, Cinémalesherbes et l’UFR d’Études italiennes, et présentée par Paolo Degasus.

La pianiste

Dans le cadre des "Journées des femmes", et de l’après-midi consacrée au thème "les violences faites au femmes"

LA PIANISTE

Film de Michael Haneke
Avec Isabelle Huppert, Benoît Magimel et Annie Girardot
Autriche-France - 2001 - 130 minutes

Grand Prix du jury, Prix d’inteprétation féminine et Prix d’interprétation masculine au festival de Cannes 2001
Le film sera présenté par Bernard Banoun

Erika Kohut, la quarantaine, est un honorable professeur de piano au Conservatoire de Vienne. Menant une vie de célibataire endurcie chez sa vieille mère possessive, cette musicienne laisse libre cours à sa sexualité débridée en épiant les autres. Fréquentant secrètement les peep-shows et les cinémas pornos, Erika Kohut plonge dans un voyeurisme morbide et s’inflige des mutilations par pur plaisir masochiste.

Jusqu’au jour où Walter, un élève d’une vingtaine d’années, tombe amoureux d’elle. De cette affection naît une relation troublante, mouvementée et perverse entre le maître et son disciple.

Lamerica

LAMERICA

Film de Gianni Amelio
Avec Enrico Lo Verso et Michele Placido
Italie - 1994 - 125 minutes
Version originale italienne sous-titrée en français

Prix de la mise en scène au festival de Venise 1994
Le film sera présenté par Paolo Desogus

Deux magouilleurs italiens débarquent en Albanie. Profitant du chaos qui règne après la chute du régime communiste, les deux hommes vont acheter à l’état une usine de chaussures pour quatre sous. Toutefois, comme l’exige la loi albanaise, ils doivent, pour acquérir l’usine, trouver un associé albanais.

Le jour le plus court

Le Master 2 Lettres Modernes Appliquées vous invite à une projection exceptionnelle, dans le cadre du festival Le Jour le Plus Court, le 20 décembre à partir de 19h30.

Cette projection est placée sous le signe de l’enfance et vous proposera cinq courts métrages : 

  • L’aurore boréale de Keren Ben Rafael
  • La Lettre de Michel Gondry
  • Ceci n’est pas un film de cow boys de Benjamin Parent
  • Le droit chemin de Mathias Gokalp
  • Regards libres de Romain Delange


De nombreux invités surprises seront aussi présents pour parler de ces cinq courts métrages (techniciens, réalisateurs, producteurs...)

Cette soirée se terminera par un verre de l’amitié, dans une ambiance bon "enfant", pour bien commencer ces vacances tant attendues !

Venez nombreux ! Cet événement est gratuit et ouvert à tous !

Le Quepa sur la Vilni

Après Gabrielle, Victor Young Perez et Nesma, Télésorbonne vous invite, pour sa nouvelle avant-première, à découvrir deux comédies du réalisateur Yann Le Quellec !

LE QUEPA SUR LA VILNI (38′)
avec Bernard Menez, Christophe, Bernard Hinault
- Prix Jean Vigo 2013
– Sélectionné à la quinzaine des réalisateurs de Cannes

Aujourd’hui, André sort de sa paisible retraite : sur ordre du maire, il doit mener à travers monts une troupe d’hommes-sandwichs à vélos pour attirer les spectateurs à l’inauguration du cinéma local. Malgré sa détermination, l’ancien facteur a bien du mal à dompter ses jeunes et impétueux coéquipiers.

JE SENS LE BEAT QUI MONTE EN MOI (32′)
avec Serge Bozon, Rosalba Torres Guerrero
- Prix du public, Festival des Lutins du court métrage
– Selectionné au Festival de Locarno

Rosalba, jeune guide touristique, souffre d’une affection étrange : la moindre mélodie provoque chez elle une gesticulation et elle se met à danser, de façon aussi subite qu’incontrôlable. Malgré ses ruses pour cacher son excentricité, ce corps indomptable pourrait bien séduire son surprenant collègue Alain.

Le sortilège de Shanghai

Le ciné-club Clignancourt vous propose, dans le cadre de la thématique "Adaptations cinématographiques : du récit romanesque au récit filmique" la projection de :

LE SORTILEGE DE SHANGHAI (El embrujo de Shanghai)

Film de Fernando Trueba
Avec Ariadna Gil, Fernando Tielve, Aida Folch, Juan José Ballesta et Féodor Atkine.
Espagne - 2002 - 119 minutes
Version originale sous-titrée

Dani, 14 ans, vit seul avec sa mère. Chez la Betibú, une amie de son père, décédé, il rencontre un personnage haut en couleur : le Capitaine Blay. Depuis qu’il a perdu son fils, mort au combat, Blay se terre dans son lit et ne sort que pour faire signer à ses voisins une pétition contre l’usine.

Le film Le sortilège de Shanghai est l’adaptation cinématographique du roman éponyme de l’écrivain espagnol Juan Marsé, publié en 1993.

La séance sera présentée par Irina Enache Vic.

Le voyage d’Ivan

Le 11 juin 2016, dans les anciens studios Pathé-Albatros de Montreuil, les Sorbiquets croisent le fantôme d’Ivan Mozjoukhine, star internationale du cinéma muet. Venez découvrir le film qui résulte de ce téléscopage spacio-temporel, et assister à un spectacle tout aussi original qui mettra en scène les nombreux talents des différents protagonistes de cette étrange aventure.
Organisé par les Sorbiquets (troupe d’improvisation de Paris-Sorbonne) avec Les improvisades et le soutien du FSDIE de Paris-Sorbonne, de PESTAC et de TURTLE PROD.

Les Bruits de Recife

Le cinéma brésilien contemporain
Une conversation à partir de Les bruits de Recife

Les Bruits de Recife (O som ao redor) de Kleber Mendonça Filho
Brésil, 2012, VOSTF, 133 minutes

La vie dans un quartier de classe moyenne de la zone sud de Recife est perturbée par l’arrivée d’une société de sécurité privée. La présence de ces hommes est source de tranquillité pour certains et de tension pour d’autres, dans une communauté qui semble avoir beaucoup à craindre. Une chronique brésilienne, une réflexion sur l’histoire, la violence et le bruit.

Kleber Mendonça Filho est une des figures fondamentales du Septième Art émergeant au Brésil. Son premier long-métrage,  Les bruits de Recife a été reconnu internationalement, notamment avec le prix FIPRESCI et l’inclusion dans les dix meilleurs films de 2012 par The New York Times.
Conscient de l’intérêt académique de son travail, le Centre d’Études Interdisciplinaires sur les Mondes Ibériques Contemporains (CRIMIC), de l’Université Paris IV-Sorbonne, invite Mendonça Filho à participer à une conversation autour de son oeuvre. Cette rencontre permettra d’aborder les questions sociales mises en scène dans son film, notamment l’obsession de la sécurité, ainsi que la situation du secteur cinématographique au Brésil.
Suite à la projection, un débat avec le réalisateur Kleber Mendonça Filho sera animé par Alberto da Silva ( Maître de Conférences à Paris-Sorbonne)

Les chercheurs font leur cinéma

Doc’Up présente la sixième édition des « Chercheurs font leur cinéma »

De jeunes chercheurs s’emparent de la caméra pour expliquer leur sujet de thèse par le biais d’un court-métrage de cinq minutes !

À travers une démarche originale, ils vous offrent leur vision de la recherche. Venez en débattre avec eux !

Cette année, 9 équipes de doctorants présentent leurs thématiques de recherche dans ces très-courts-métrages. Tous ont la même consigne : être compris par un public de non spécialistes et expliquer leur sujet de recherche de manière ludique.

Une projection aura lieu à l’université Paris-Sorbonne le vendredi 16 novembre de 17h à 19h dans le grand amphithéâtre du centre Malesherbes.

Alors venez nombreux !

Vous pourrez débattre avec les réalisateurs et voter pour le prix du public qui sera remis lors de la cérémonie de clôture du festival à la Cité des Sciences. Plus d’informations sur le site http://www.leschercheursfontleurcinema.fr/

Les chercheurs font leur cinéma

De jeunes chercheurs s’emparent de la caméra pour expliquer leur sujet de thèse par un court-métrage de 5 minutes. Une démarche originale où ils offrent leur vision de la recherche. Venez débattre avec eux !
Cette année, 9 équipes de doctorants présentent leurs thématiques de recherche, avec la même consigne : être compris par un public de non spécialiste et expliquer leur travail de manière ludique.
Vous pourrez voter pour le prix du public qui sera remis lors de la cérémonie de clôture du festival organisé par Doc’Up à la Cité des Sciences.

Lundi ou mardi - Kaja, je vais te tuer !

 

ATELIER CINEMA SERBO-CROATE (Bosniaque, Croate, Monténégrin, Serbe) animé par Sava Andjelkovic

Cycle de projections consacrées à Vatroslav MIMICA, réalisateur croate de longs-métrages de fiction ainsi que de courts-métrages d’animation.

 

 

 

lundi 11 février - 13h
LUNDI OU MARDI
1966 - 77 minutes - Avec Pavle Vuisic et Slobodan Dimitrijevic

****

lundi 11 février - 14h30
KAJA, JE VAIS TE TUER !

1967 - 80 minutes - Avec Zaim Muzaferija et Antun Nalis

La tranquillité d’un petit village de Dalmatie est troublée par l’imminence de la Seconde Guerre mondiale. Les murs d’une maison s’écroulent, un enfant provoque le conflit, le temps se détraque et l’orage s’annonce...

 

 

Memoria del Saqueo / Mémoire d’un saccage

Ciné-club en espagnol et en portugais

Thématique du mois de novembre : "L’Amérique Latine aujourd’hui"

MEMORIA DEL SAQUEO/ MÉMOIRE D’UN SACCAGE de Fernando Solanas (Argentine, Suisse, France 2005)
avec Juan Carlos Macías, Alejandro Fernández Mouján et Gerardo Gandino
Ours d’Or Festival de Berlin, 2004
Documentaire, Version Originale sous-titrée en français.
Film présenté par Irina Enache Vic

 

Ce documentaire de Fernando “Pino” Solanas explique l’histoire de la crise économique en Argentine depuis la dictature de Videla jusqu’aux évènements tragiques de décembre 2001. C’est un regard implacable sur l’ère Menem. Un président qui danse avec une odalisque sur un plateau de télévision, un ministre qui annonce des privatisations à tout va, des gens qui perdent leurs emplois à cause de ces privatisations, une petite fille de Tucuman qui meurt de faim... ce sont les images que veut nous montrer Solanas, dénonçant les dégâts causés durant le règne de Carlos Menem.

Mémoire d’un Saccage/ Memoria de un saqueo c’est l’histoire de cette Argentine qui a subi une crise économique sans précédent. Un pays considéré comme "le grenier du monde" victime du jeu des multinationales sous le regard complice du FMI et des grandes puissances mondiales : il met en cause l’ultra-libéralisme, la corruption politique et financière, la spoliation des biens publics, la faim, le sacrifice de vies humaines qui en découlent. Mémoire d’un saccage montre les mécanismes qui ont provoqué cette catastrophe, en mettant en évidence le courage et la résistance de millions d’argentins qui ont lutté pour ne pas tomber dans la misère. Pour Fernando Solanas ce film est un devoir de mémoire et une manière de contribuer au débat qui se déroule en Argentine et dans le monde entier au sujet de la globalisation inhumaine. Et il nous laisse dans son film un message d’espoir qu’un autre monde est possible.

Lettre du réalisateur
"Ce film est né pour faire vivre la mémoire contre l’oubli, reconstruire l’histoire d’une des étapes les plus graves de l’Argentine, pour inciter à dénoncer les causes qui ont provoqué la mise à sac économique et le génocide social. Saccage est aussi un cinéma libre et créatif réalisé pendant les mois incertains de 2002, quand il n’existait pas de certitudes sur le futur politique du pays.
Trente cinq ans après L’Heure des brasiers, j’ai voulu reprendre l’histoire à partir des paroles et des gestes de ses protagonistes et remettre les images dans leur contexte. Des procédures et des images qui avec leurs traits propres ont également touché d’autres pays frères. C’est une façon de contribuer à la tâche plurielle d’une refondation démocratique de l’Argentine et au débat qui se développe dans le monde face à la mondialisation déshumanisée avec la certitude qu’un autre monde est possible."
Fernando Solanas

Memories of murder

MEMORIES OF MURDER

Film de Bong Joon-Ho
Avec Sonh Kang-Ho et Kim Sang-Kyung
Corée du Sud - 2004 - 130 minutes

En 1986, dans la province de Gyunggi, le corps d’une jeune femme violée puis assassinée est retrouvé dans la campagne. Deux mois plus tard, d’autres crimes similaires ont lieu. Dans un pays qui n’a jamais connu de telles atrocités, la rumeur d’actes commis par un serial killer grandit de jour en jour.
Une unité spéciale de la police est ainsi créée dans la région afin de trouver rapidement le coupable. Elle est placée sous les ordres d’un policier local et d’un détective spécialement envoyé de Séoul à sa demande. Devant l’absence de preuves concrètes, les deux hommes sombrent peu à peu dans le doute...

Midnight express

Film d’Alan Parker
1978 - Version originale sous-titrée - 106 minutes

Moi qui duperais le bon dieu

Projection du film-documentaire de Maria Pinto, Moi qui duperais le bon dieu, produit par Antoine Martin Production, avec le concours du Service culturel de l’université Paris-Sorbonne.

Le marquis de Sade est à nouveau sous les verrous.
Emmuré vivant, plongé dans la frustration et l’abstinence, privé d’air et de liberté, le vertige le saisit, sa raison chavire.
Alors pour ne pas devenir fou, il lit, étudie, écrit, des pièces de théâtre, des récits et surtout des lettres à sa femme, la marquise de Sade, son seul lien avec le monde des vivants.
Le film est construit comme la fiction d’une pièce de théâtre dans les prémices de sa création : tableaux vivants, improvisations, expérimentations diverses ou leçons de mise en voix de cette correspondance volcanique font pénétrer par effraction sur une scène où le dérèglement des sens est jubilatoire à l’instar des divertissements de l’enfance.
Dans le film tout concourt à incarner cette foudroyante maxime de l’écrivain, "Il n’y a pas d’idées sans corps, ni de corps sans idées » !

Mort d’un cycliste

Ciné-club en espagnol et en portugais
HOMMAGE AU CINÉASTE JUAN ANTONIO BARDEM
Mort d’un cycliste (’Muerte de un ciclista’, Espagne, 1954) Drame psychologique.
Réalisé par Juan Antonio Bardem. Avec Lucia Bose, Alberto Casaravilla, Bruna Corra.
Version espagnole avec sous-titre. Film présenté par Irina Enache Vic

María-José, épouse d’un riche industriel, et Juan, professeur d’université et intellectuel tourmenté, entretiennent une relation amoureuse clandestine. Au cours d’une de leurs promenades, elle heurte accidentellement un ouvrier à vélo. Juan descend et, alors qu’il s’approche de la victime constatant qu’elle est encore en vie, entend María José l’appeler et rebrousse soudainement chemin… en effet, assumer leurs responsabilités mettrait en danger leur relation secrète. Les faits divers les informent de la mort d’un cycliste anonyme. Alors qu’elle craint un scandale qui la mettrait à la rue, Juan, lui, désire avouer la vérité à la police. Profondément bouleversé, il démissionne de son poste à l’université et tente de la convaincre de passer aux aveux, ce qu’elle feint accepter…

Prix de la critique à Cannes en 1955, ce film, frappé par la censure franquiste, impressionne par la satire sociale en demi-teintes qui s’en dégage, par l’intensité dramatique du scénario et par une mise en scène d’une grande virtuosité. D’une esthétique impeccable, Mort d’un cycliste attire depuis des décennies le regard des cinéphiles.
Le 30 octobre 2012, nous célébrons le dixième anniversaire depuis la disparition du réalisateur Juan Antonio Bardem. Avec cette projection, le Ciné-club Clignancourt souhaite rendre hommage à ce grand cinéaste du cinéma espagnol.

Nada (rien)

Le ciné-club Clignancourt vous propose, dans le cadre de la thématique "Adaptations cinématographiques : du récit romanesque au récit filmique" la projection de :

RIEN (Nada)

Film d’Edgar Neville
Avec Conchita Montes, Fosco Giachetti, María Denis, Tomás Blanco, María Cañete et Rafael Bardem.
Espagne - 1947 - 120 minutes
Version originale sous-titrée

Dans l’après-guerre civile espagnole, Andrea va à Barcelone pour y entamer ses études universitaires. Elle arrive, par une nuit pluvieuse, à la maison de sa grand-mère maternelle où elle devra habiter. Ayant grandi dans une petite ville, elle rentre, seule, dans la grande capitale catalane exaltée par un sentiment de liberté et d’indépendance, débordante d’enthousiasme et d’espoir. Mais, cette exaltation disparaîtra subitement à peine franchi le pas de la porte : l’état déplorable des lieux de cette bourgeoisie décadente et le comportement excentrique de ses oncles et tantes donnent l’impression d’une descente aux enfers.
S’étant liée d’amitié à l’université avec Ena, jeune femme fascinante de la haute société, Andrea ne conçoit pas d’interférence entre le monde sordide de sa maison familiale et celui de son nouvel entourage. Mais des liens secrets surgissant du passé rendront cette séparation impossible…

Le film Nada (1947) est l’adaptation cinématographique du roman éponyme de l’écrivaine espagnole Carmen Laforet qui a connu un succès retentissant auprès du public et de la critique.

La séance sera présentée par Irina Enache Vic.

 

Nuits blanches

Dans le cadre du festival "littératures d’Europe", Stefania Cubeddu vous propose (en partenariat avec le Centre culturel italien, l’association Sorbonidea et l’UFR d’italien et de roumain), une journée sous le signe du "rêve dans le cinéma italien" avec la projection de :

NUITS BLANCHES
de Luchino Visconti

avec Marcello Mastroianni, Maria Schell et Jean Marais
Italie - 1957 - 97 minutes - VOSTF

Lion d’argent au festival de Venise 1957

Mario, jeune employé de banque, rencontre Natalia un soir au bord d’un canal. Le comportement de la jeune fille l’intrigue. Il revient, la retrouve et découvre bientôt qu’elle attend l’homme qu’elle aime qui lui a donné rendez-vous un an auparavant au bord du canal. Mario va tenter et presque réussir à se substituer à cet amour qui lui semble désormais improbable.

Le film sera suivi d’un débat.

Old boy

 

Projection gratuite du film de Park Chan-Wook

Grand prix du festival de Cannes 2004

120 minutes, version originale sous-titrée en français

Palombella rossa

CinéMalesherbes et l’UFR d’Italien, vous proposent, dans le cadre du cycle « Mémoire et images dans le cinéma italien », la projection de :

PALOMBELLA ROSSA
Film italien de Nanni Moretti (1989), 89 minutes.
avec Nanni Moretti, Silvio Orlando et Asia Argento.

Lieu : une piscine des années cinquante dans une ville de Sicile. Action : un match de water-polo, sport préfère du réalisateur. Temps : la durée d’un match. A partir de ces trois classiques unités, Moretti règle quelques comptes avec son pays et son époque.

Ce film sera projeté en version originale sous-titrée et présenté par Paolo Desogus.

 

Paris-Sorbonne court(s) au cinéma

Vous êtes invités à une soirée de projection mettant en avant les courts-métrages étudiants qui ont bénéficié d’un soutien financier de la commission FSDIE (Fonds de Solidarité au Développement des Initiatives Étudiantes) de Paris-Sorbonne.

Les auteurs seront présents pour un temps d’échanges autour de leurs productions.

Soirée organisée par le Service culturel et le Pôle de la vie étudiante de Paris-sorbonne


Printemps, été, automne, hiver...et printemps

PRINTEMPS, ETE, AUTOMNE, HIVER...ET PRINTEMPS

Film de Kim Ki-Duk
Corée du Sud - 2003 - 103 minutes
Version originale sous-titrée en français

Un maître zen et son disciple vivent au coeur d’un temple bouddhiste en bois : au fil des saisons, leurs sentiments évoluent...

Primé aux festivals de Locarno et de San Sebastian

Prométhée de l’île de Visevica - Le solitaire

ATELIER CINEMA SERBO-CROATE (Bosniaque, Croate, Monténégrin, Serbe) animé par Sava Andjelkovic

Cycle de projections consacrées à Vatroslav MIMICA, réalisateur croate de longs-métrages de fiction ainsi que de courts-métrages d’animation.

 

lundi 18 février - 13h
PROMETHEE DE L’ILE DE VISEVICA

1964 - 95 minutes - AvecSlobodan Dimitrijevic, Janez Vrhovec et Dina Rutic

À l’occasion de l’inauguration d’un monument à la mémoire des combattants de la Seconde Guerre mondiale, Mate retourne dans sa ville natale. Ce lieu convoque son passé, le mouvement partisan, leurs combats et leurs échecs.

****

lundi 18 février - 14h45
LE SOLITAIRE

1958 - 12 minutes - Film d’animation
Lion d’Or à Venise

Reality

Reality
Film de Matteo Garrone, Italie, 2012, 115 minutes, VOSTF

Napolitain, marié et père de trois enfants, propriétaire d’une modeste poissonnerie dans un quartier populaire de Naples, Luciano Ciotola, est obsédé par l’idée de participer à la grande émission de téléréalité italienne, « Il Grande Fratello ». Le film a obtenu le Grand Prix du jury au festival de Cannes 2012.

Le film sera présenté par Paolo Desogus, dans le cadre du cycle « L’Italie des conflits ».

 

Romanzo criminale

ROMANZO CRIMINALE

Film de Michele Placido
Avec Kim Rossi Stuart, Anna Mouglalis, Riccardo Scamarcio et Claudio Santamaria
Italie - 2006 - 148 minutes
Version originale italienne sous-titrée en français

Le film sera présenté par Paolo Desogus

1975. Le Libanais a un rêve : conquérir Rome. Pour réaliser cette entreprise sans précédent, il met en place une organisation criminelle sans pitié. Pendant 25 ans elle se développera et son histoire sera indubitablement liée à la période la plus noire que l’Italie ait connue ces années-là : terrorisme, enlèvements et corruption au plus haut niveau politique.

Silencis / No pasaran, album souvenir

Le ciné-club Clignancourt vous propose, dans le cadre de la thématique "La guerre civile et l’exil", en collaboration avec l’association LAZOS, dirigée par Renaud Malavialle, à la projection de :

SILENCIS

Film de Silvia Castro
Documentaire
Catalogne - 2011 - 30 minutes
Version originale sous-titrée

Février 1939, la guerre civile espagnole touche à sa fin et 500 000 personnes franchissent la frontière et s’exilent en France, fuyant la nouvelle Espagne fasciste. Ils laissent derrière eux le rêve d’une république et d’une révolution populaire.
Ce documentaire écrit à partir des mémoires d’un soldat de l’armée républicaine, alterne les témoignages de personnes ayant vécu cette période, d’interviews d’historiens et d’images d’archives.

NO PASARAN, ALBUM SOUVENIR

Film de Henri-François Imbert
Documentaire
France - 2003 - 70 minutes

Enfant, le cinéaste avait trouvé chez ses grands-parents une série incomplète de cartes postales photographiées dans le village de sa famille à la fin de la guerre d’Espagne en 1939. Vingt ans plus tard, il part à la recherche des cartes manquantes...

La séance sera présentée par David Marcilhacy et Rocio Alcala.
Les films seront suivis d’un échange-débat avec Silvia Castro, réalisatrice de Silencis.


 

Sin nombre

Ciné-club en espagnol et en portugais

Thématique du mois de novembre : "L’Amérique Latine aujourd’hui"

Sin nombre(USA-México2009), Fiction, Drame dirigé par Cary Joji Fukunaga.

Avec Paulina Gaitan, Edgar flores, Kristyan Ferrer, Tenoch Huerta, Méjia, Diana García, Luis Fernando Peña et Héctor Jiménez.


Version espagnole avec sous-titres français.

Film présenté par Maria Luisa Rico.


Sin nombre es la tercera película de Cary Fukunaga, un drama que tiene como escenarios varias regiones de Centroamérica y que relata los peligros de la migración hacia Estados Unidos. Cuenta la historia de varias personas en su intento de cruzar México para llegar a la tierra prometida. A esa lucha personal de abandonar la tierra natal, se unen otros conflictos como el de la policía nacional, en algunos casos corrupta, que vigila la migración ilegal ; y las mafias, sobre todo las Maras que, como si de una llamada divina se tratara, se auto-consideran líderes y salvaguardas del mundo libre, asesinando a todos aquellos que no son Maras.

Sayra (Paulina Gaitán), una joven hondureña, y Casper (Edgar Flores) son la pareja central de Sin nombre. Sayra viaja en tren junto a su padre y su tío desde el norte de Honduras hasta México con la idea de llegar a Nueva Jersey, mientras que Casper, miembro de la Mara Salvatrucha de Tapachula, en México, intenta esconder una relación amorosa que mantiene junto a Martha (Diana García). El conflicto surge cuando el líder de la banda obliga a Casper y a un joven aprendiz, Smiley, a asaltar el tren en el que viajan Sayra y su familia ; a partir de ese momento, las vidas de todos los protagonistas se entrecruzan hasta malograr un fatal desenlace.

 

Sogni d’oro

Dans le cadre du festival "littératures d’Europe", Stefania Cubeddu vous propose (en partenariat avec le Centre culturel italien, l’association Sorbonidea et l’UFR d’italien et de roumain), une journée sous le signe du "rêve dans le cinéma italien" avec la projection de :

SOGNI D’ORO
de Nanni Moretti

avec Nanni Moretti et Laura Morante
Italie - 1981 - 105 minutes - VOSTF

Prix spécial du jury au festival de Venise 1981

Michele est un jeune cinéaste à succès. Gigio Cimino, un talent émergent qui imite Michele et que Michele méprise cordialement. Mais il découvre que son producteur s’apprête à produire, en même temps que La Mama di Freud, son prochain film, le projet de Cimino : une comédie musicale sur Mai 68. Le mépris se transforme alors en guerre sans merci. Un combat entre les deux réalisateurs est orchestré par la télévision italienne...

Le film sera suivi d’un débat.

Vincere

L’UFR d’italien et de roumain organisent la projection gratuite de

VINCERE

Film de Marco Bellocchio
Avec Giovanna Mezziogiorno et Filippo Timi
Italie - 2009 - 119 minutes
Version originale italienne sous-titrée en français

Film en compétition au festival de Cannes 2009
Le film sera présenté par Paolo Desogus

Dans la vie de Mussolini, il y a un lourd secret que l’histoire officielle ne raconte pas : une femme, Ida Dalser, et un enfant, Benito Albino - conçu, reconnu puis désavoué. Ida rencontre Mussolini de manière fugace à Trente et en est éblouie. Elle le retrouve à Milan où il est un ardent militant socialiste qui harangue les foules et dirige le quotidien l’Avanti. Ida croit en lui, en ses idées. Pour l’aider à financer le Popolo d’Italia, point de départ du futur parti fasciste,elle vend tous ses biens... Lorsque la guerre éclate, Benito Mussolini s’engage et disparaît de la vie de la jeune maman, qui découvrira avec stupeur qu’il est déjà marié avec une autre femme. Ida n’aura dès lors de cesse de revendiquer sa qualité d’épouse légitime et de mère du fils aîné de Mussolini, mais sera systématiquement éloignée de force et son enfant mis dans un institut. Pourtant, elle ne se rendra jamais et ne cessera de revendiquer haut et fort sa vérité.

Vincere

CinéMalesherbes et l’UFR d’Italien, vous proposent, dans le cadre du cycle « Mémoire et images dans le cinéma italien », la projection de :

VINCERE
Film italien de Marco Bellocchio (2009), 118 minutes.
avec Vittoria Mezzogiorno et Filippo Timi.

Dans la vie de Mussolini, il y a un lourd secret que l’histoire officielle ne raconte pas : une femme, Ida Dalser, et un enfant, Benito Albino – conçu, reconnu puis désavoué. Ida rencontre Mussolini de manière fugace à Trente et en est éblouie. Elle le retrouve à Milan où il est un ardent militant socialiste qui harangue les foules et dirige le quotidien l’Avanti. Ida croit en lui, en ses idées. Pour l’aider à financer le Popolo d’Italia, point de départ du futur parti fasciste,elle vend tous ses biens… Lorsque la guerre éclate, Benito Mussolini s’engage et disparaît de la vie de la jeune maman, qui découvrira avec stupeur qu’il est déjà marié avec une autre femme. Ida n’aura dès lors de cesse de revendiquer sa qualité d’épouse légitime et de mère du fils aîné de Mussolini, mais sera systématiquement éloignée de force et son enfant mis dans un institut. Pourtant, elle ne se rendra jamais et ne cessera de revendiquer haut et fort sa vérité.

Ce film sera projeté en version originale sous-titrée et présenté par Paolo Desogus.

 

Xingu

Ciné-club en espagnol et en portugais

Thématique du mois de novembre : "L’Amérique Latine aujourd’hui"

XINGU
Brésil 2012. Réal : Cao Hamburger. 102 minutes. VO sous-titré en anglais

Scénario : Elena Soarez, Cao Hamburger, Anna Muylaert
Producteur : Fernando Meirelles, Andrea Barata Ribeiro, Bel Berlinck
Avec : João Miguel, Felipe Camargo, Caio Blat, Maria Flor


Xingu raconte l’histoire incroyable des frères Villas-Boas - Orlando, Cláudio et Leonardo - qui s’engagèrent en 1944 dans l’expédition Roncador-Xingu. Organisée par le gouvernement, qui prétendait vouloir explorer des territoires inconnus au centre du Brésil, cette expédition avait en réalité des fins purement lucratives. Ces trois frères qui initialement étaient à la recherche d’aventure, sont finalement devenus un élément important de l’histoire du Brésil, des véritables héros nationaux, qui ont contribué à la création du Parc National de Xingu, la première grande réserve indigène du Brésil. Ce film retrace un moment oublié et émouvant de l’histoire brésilienne et traite un sujet sensible plus que jamais d’actualité.

NEWSLETTER

Pour vous abonner à l’agenda et à la newsletter mensuelle, envoyez votre demande au Service Culturel :

Contacts

Le Service Culturel
1, rue Victor Cousin - 75 230 Paris Cedex 05
En Sorbonne, Galerie Claude Bernard, escalier i, rez-de-chaussée
Ouvert du lundi au vendredi : 9h-13h et 14h-17h

Au Centre Malesherbes, bureau A110 (en période de cours)
Permanence le mercredi : 9h-13h et 14h-17h

Au Centre Clignancourt, bureau E13 (en période de cours)
Permanences les mercredi et vendredi : 9h-13h et 14h-17h

www.culture.paris-sorbonne.fr
action-culturelle@paris-sorbonne.fr

Chef de service
Yann MIGOUBERT, PRAG

Adjoint au chef de service
Samuël MAHÉ - 01 40 46 33 72

Coordinatrice de projets
Céline RABAUD - 01 40 46 32 83

Responsable technique
Olivier JACQUET - 01 40 46 25 75