Separation
Newsletter

La semaine franco-allemande : retour sur un succès !

Paris-Sorbonne a proposé une semaine franco-allemande avec un programme riche et varié : des projections, des visites guidées, des expositions, des conférences, des rencontres avec des réfugiés syriens, des écrivains, des compositeurs, des ateliers de récitation, de théâtre, de lecture ainsi que des concerts. Bernard Banoun, directeur de l’UFR d’études germaniques et nordiques, dresse le bilan de cette opération qui a eu lieu du 23 au 28 janvier à Paris-Sorbonne. Rencontre.

Atelier d’improvisation théâtrale
Crédit photos : Olivier Jacquet - Université Paris-Sorbonne

Paris-Sorbonne (PS) : Comment est née cette opération ?

Bernard Banoun (BB) : Cette semaine franco-allemande s’est tenue dans le cadre de la cérémonie de Doctorat Honoris Causa en l’honneur de Monsieur Joachim Gauck, Président de la République fédérale d’Allemagne. 
Les études germaniques à Paris-Sorbonne sont les héritières d’une tradition présente à la faculté des lettres de la Sorbonne depuis le XIXe siècle et plus encore après la création d’une chaire de langue et littérature germaniques en 1901. De nos jours, les chercheurs et enseignants-chercheurs germanistes ne sont cependant pas seuls à travailler sur l’Allemagne et avec l’Allemagne. Cette première semaine franco-allemande à Paris-Sorbonne a été l’occasion de mettre en valeur les multiples liens unissant Paris-Sorbonne à l’Allemagne, tant en recherche qu’en pédagogie, au sein de partenariats institutionnels et individuels dans la quasi-totalité des disciplines existantes à Paris-Sorbonne.

PS : Vous dites première semaine franco-allemande, d’autres opérations de ce type sont-elles prévues ?

BB  : Face au succès de cette semaine, nous envisageons effectivement de renouveler l’opération. Cet événement a rempli plusieurs objectifs. Il a permis, à la fois de mettre en évidence les coopérations entre Paris-Sorbonne et les institutions telles que la maison Heinrich-Heine, le Goethe Institut, l’Institut historique allemand, le Centre allemand d’histoire de l’art, l’Office allemand d’échanges universitaires - DAAD et le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne mais également de faire connaître ces structures auprès des étudiants de Paris-Sorbonne. En effet, la semaine était banalisée pour les étudiants de licence dont les activités étaient inclues dans leur cursus. Enfin, cette semaine a donné lieu à un renouvellement pédagogique. Les étudiants ont pu échanger entre eux et avec leur professeur de manière différente, en dehors du cadre académique habituel. Les enseignants-chercheurs ont, quant à eux, pu se rencontrer et échanger sur leur pratique de recherche et pédagogique. L’implication a été totale entre les professeurs, les maîtres de conférences et les étudiants.

PS : Cette semaine était ouverte également au grand public ?

BB : Oui effectivement, même si cette semaine franco-allemande a réuni un public essentiellement universitaire, nous avons également, accueilli des enseignants du secondaire, venus avec leur classe. Ils ont d’ailleurs également assisté à la cérémonie de remise des insignes de Docteur Honoris Causa. Le bilan est donc très positif.

Exposition "Luther Superstar"
Crédit photo : Olivier Jacquet - Université Paris-Sorbonne